LHJMQ

La cerise sur le Sidney

La cerise sur le Sidney

Mikaël Lalancette

Publié 28 septembre
Mis à jour 28 septembre

Sidney Crosby se souviendra longtemps de l’hommage qu’il a reçu vendredi soir à Rimouski.

Quatorze ans après son départ pour la Ligue nationale de hockey, l’ancien attaquant de l’Océanic a été honoré comme il le fallait. Avec classe et dans le plus grand souci du détail, une priorité pour l’organisation.

Crosby a été accueilli de façon triomphale : l’ovation lors de son arrivée sur la glace a duré 8 minutes 35 secondes. 

Les gens du Bas St-Laurent ne font jamais les choses à moitié : l’attaquant des Penguins a été acclamé aussi longtemps que le Rocket lors de la fermeture du Forum de Montréal. Juste ça.

Crosby semblait mal à l’aise devant ces applaudissements qui n’en finissaient plus de finir. 

La vedette de la soirée aurait bien aimé que le maître de cérémonie Michel Germain, enchaîne mais les 5062 spectateurs ont renchéri quand les applaudissements devenaient moins nourris. C'était trop pour un homme humble comme lui.

On a senti Crosby ému. Les yeux humides, il a dû prendre de grandes respirations quand il s’est adressé à ses parents et à l’ancien propriétaire de l’équipe Maurice Tanguay, affaibli par le poids des années qui défilent.

À l’image de l’homme qu’on voulait célébrer, la cérémonie a été empreinte d’authenticité. Crosby a aimé profondément sa ville d'adoption.

«Merci Rimouski. Merci du fond de mon coeur», ont été les derniers mots de son discours. En français s’il vous plait! 

De l’authenticité, je disais.

Prenons le discours enflammé d’Éric Neilson, son grand ami et ex coéquipier. C’est dur à croire qu’un dur de dur comme lui soit devenu un des amis très proches de Crosby.

Il a raconté qu’à 16 ans, Sidney lui avait peut-être appris plus de choses que toutes les autres personnes que la vie a mises sur son chemin. 

C’est un peu beaucoup ça Sidney Crosby. Un grand athlète et un grand homme.

Les preuves se sont multipliées par dizaines durant la soirée.

Il était près de minuit quand le numéro 87 des Penguins s’est rendu dans le vestiaire de l'Océanic pour féliciter les joueurs après leur victoire contre le Phoenix de Sherbrooke.

Il a pris le temps de jaser avec Alexis Lafrenière, le brillant espoir de l’organisation, qui a mis un terme au match en prolongation. La cerise sur le Sidney... si vous me permettez le jeu de mots.

Crosby a signé des dizaines d’autographes et il n’a oublié personne. Pensons à ce clin d’oeil à un autre choix de premier tour des Penguins, Samuel Poulin, durant son discours.

Il a pris le temps de rencontrer les amateurs qui le pourchassaient durant ses déplacements. Il a multiplié les autographes et les photos avec des gens de toutes les couches de la société.

Il a salué des dizaines de visages qui lui étaient familiers, reconnaissant certaines personnes à qui il avait déjà parlé une fois il y a 15 ans!

Le souci du détail, je disais.

Prenons la collection de 200 casquettes de cette soirée spéciale lancée par l’organisation. Il allait de soi qu’on lui remette la numéro 87, un petit geste mais qui en dit long sur tout le travail accompli pour réussir cette soirée que tous les Rimouskois attendaient depuis 14 ans.

Ou encore ce cadeau qu’on lui a remis lors de la cérémonie sur la patinoire, le casier qu’il occupait durant ses deux saisons juniors à Rimouski.

La direction de l’Océanic l’avait conservé lors des rénovations du vestiaire de l’équipe il y a deux ans.

On s’est assurés qu’on lui remette le bon casier, ce qu’a validé Donald Dufresne, le premier entraîneur-chef de Sidney à Rimouski. 

L’entraîneur adjoint de l’Océanic se souvenait avec précision de l’emplacement du numéro 87 dans le vestiaire : les pattes de son casier étaient différentes en raison de la présence d’une trappe d’aération... 

L’annonce du retrait du numéro 87 par la Ligue de hockey junior majeur du Québec est venue boucler la boucle d’une soirée réussie.

Il faudra maintenant trouver une façon de faire la même chose avec le 4 de Guy Lafleur et le 66 de Mario Lemieux, sacrés les deux meilleurs joueurs de l’histoire du circuit Courteau lors de la saison 50e anniversaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Ce ne sera pas une mince affaire de trouver une façon originale d’honorer ces deux légendes après la célébration de Sidney Crosby à Rimouski.

Une bien belle soirée...