Les Partants

Un texto de Sidney Crosby a ému son ancien capitaine

Publié | Mis à jour

Incapable de faire le voyage à Rimouski pour assister au retrait du chandail de Sidney Crosby, vendredi soir, l’ancien capitaine de l’Océanic Marc-Antoine Pouliot a écrit au futur immortel.

Voyez l'intervention de Marc-Antoine Pouliot aux «Partants» dans la vidéo, ci-dessus. Et dès 19 h, TVA Sports diffusera la cérémonie en l'honneur de Sidney Crosby, puis le match opposant l'Océanic au Phoenix de Sherbrooke. 

Celui qui a côtoyé le célèbre no 87, premier choix au total au repêchage de 2005, pendant deux campagnes l’a félicité pour l’honneur que lui réserve son club junior. La réponse de «Sid», elle, fut encore plus touchante.

«Il a aimé non seulement que je lui écrive, mais aussi que j’aie été "vraiment gentil" les deux saisons que j’étais son capitaine», a-t-il raconté aux «Partants», vendredi matin, à TVA Sports.

«Qu’il me réponde ainsi, ça démontre la grande classe de Sid.»

De la nostalgie à distance

Pouliot, qui porte aujourd’hui les couleurs du HC Biel, en Ligue nationale suisse, ne peut assister à la cérémonie parce que son équipe est en action vendredi.

Près de 14 heures d’avion séparent la ville bernoise de celle du Bas-Saint-Laurent. Mais la nostalgie n’a pas de frontières et Pouliot sent qu’une partie de lui sera au Colisée Financière Sun Life avec son ancien camarade, avec lequel il maintient une certaine amitié. À distance.

«Ça me remémore des souvenirs incroyables de lui, a-t-il admis. On reste en contact. Il est toujours aussi humble malgré tout le succès qu’il a connu.»

À titre de capitaine de l’Océanic, Pouliot a soulevé la Coupe du Président avec Crosby à ses côtés en 2005. Un fait d’armes qui restera à jamais gravé dans sa mémoire, tout comme l’expérience vécue avec le futur premier choix au total des Penguins de Pittsburgh.

«L’engouement se faisait sentir partout où on allait. Dans les arénas, partout où on jouait, c’était plein. Les gens voulaient le voir», raconte l’athlète originaire de Québec.

«D’avoir pu jouer sur le même trio que lui et Danny (Roussin), qui était aussi un excellent joueur, et le côtoyer à l’extérieur de la glace tout en ayant une belle chimie d’équipe, ce sont des moments que je n’oublierai jamais.»

Un impact à l’extérieur de la patinoire

Si la quasi-totalité des partisans s’exaltait devant les prouesses de Crosby dans l’uniforme de l’Océanic, Pouliot a été parmi un cercle restreint de privilégiés qui a connu «Sid the Kid» intimement.

C’est donc dans les coulisses, aux dires de l’ex-capitaine, qu’il a le plus observé le jeune prodige.

«Son côté réservé et discipliné. Il avait quelques superstitions avant les matchs, mais on comprenait que ça fonctionnait très bien pour lui. On le laissait faire.»

«C’est un des plus grands joueurs de toute l’histoire, sans doute.»

Crédit photo : REUTERS

Aux dires de Pouliot, les anecdotes au sujet de Crosby sont nombreuses pendant son passage dans le circuit Courteau. Si elles sont peu connues du public, il a choisi d’en partager une, qui est strictement sur le plan hockey et qui démontre le talent du talent spécial dont il se dotait.

«J’étais dans les gradins pendant son premier match préparatoire. On avait entendu parler de lui. À son premier match, il a marqué quatre buts et je pense qu’il a dû avoir dix échappées. C’était incroyable!

«C’était comme une drogue, je voulais encore le voir jouer. Ce n’était qu’un match préparatoire, mais on pouvait déjà voir que c’était un joueur exceptionnel.»