LHJMQ

Sidney Crosby avait hâte de rencontrer Alexis Lafrenière

Publié | Mis à jour

Sidney Crosby allait avoir les yeux rivés sur son chandail numéro 87, retiré par l’Océanic de Rimouski avant le match contre le Phoenix de Sherbrooke, vendredi...

Mais la vérité, c’est que l’attaquant des Penguins de Pittsburgh entretenait un intérêt particulier envers un joueur de la cuvée actuelle de son ancienne équipe, le soir même où on célébrait sa grande carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

«Je suis (Alexis Lafrenière) et l’équipe de près, a confié Crosby lors de la conférence de presse précédant la cérémonie. J’adorerais le rencontrer. Je sais qu’il a probablement beaucoup de choses en tête présentement, avec les attentes et ce genre de choses. J’ai vécu ces choses et je sens que je peux l’aider un peu.»

À LIRE AUSSI : Sidney Crosby immortalisé par l'Océanic

Hors de tout doute, Crosby et Lafrenière allaient certainement trouver un moment pour discuter un peu, avant ou après le match de l’Océanic. Impensable qu’il en ait été autrement, au vu des tonnes de comparaisons faites par les amateurs et les médias entre «Sid the Kid» et le jeune prodige québécois, pressenti pour devenir le premier choix du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH).

À l’instar de Crosby à l’époque, Lafrenière, 17 ans, s’est établi comme le grand leader offensif de la formation du Bas-Saint-Laurent, tandis qu’il entame sa troisième saison dans la LHJMQ. Après une campagne de 37 buts et 68 aides pour un total de 105 points en 2018-2019, on souhaite à Rimouski que l’ailier imite son prédécesseur et guide l’Océanic à une coupe du Président.

«Il y a une raison pour laquelle on parle de lui, a convenu Crosby. Il a accompli et prouvé beaucoup de choses déjà. Il aura de beaux souvenirs de ces moments de sa carrière. Il y a la pression et les attentes,  mais s’il reste sur son chemin, il aura du plaisir. C’est un beau moment dans une vie.»

Le point de presse de Sidney Crosby à Rimouski - TVA Sports

Imaginez la coïncidence, si Lafrenière en venait à débarquer chez les Penguins lors du camp d’entraînement de 2020. Le joueur de St-Eustache pourrait difficilement trouver meilleur mentor que Crosby lors de son arrivée chez les professionnels.

Le numéro 87 avait lui-même profité des conseils d’un sage, à son arrivée en Pennsylvanie : «Quand tu commences, il y a tant de nouveauté, tant de pression, c’est important d’avoir le soutien d’un vétéran. Dans mon cas, c’était Mario Lemieux, quelqu’un qui avait vécu tant d’expériences, certaines qui ressemblaient à celles que je vivais...

«Je me souviens lui avoir demandé des milliers de questions et obtenir des réponses généreuses de sa part.»