Crédit : STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Football universitaire RSEQ

Le questionnement de Danny Maciocia

Publié | Mis à jour

C’est avec une fiche immaculée et une victoire contre leurs éternels rivaux que les Carabins amorceront la deuxième partie de leur calendrier régulier, vendredi soir, contre les Stingers de Concordia.

À LIRE AUSSI | André Bolduc fier de son fils

En effet, l’équipe de l’Université de Montréal ne pourrait être mieux placée. Elle a maintenu un dossier de 4-0 et vaincu le Rouge et Or de l’Université Laval pour une première fois depuis le 9 septembre 2017.

Qu’à cela ne tienne, l’entraîneur-chef Danny Maciocia ne tient rien pour acquis et a servi une mise en garde à ses athlètes.

«La phrase que j’ai utilisée cette semaine et après la victoire contre Laval est la suivante : "comment nous allons gérer le succès?". [...] L’attitude, la préparation physique et mentale de nos joueurs vont nous démontrer s’ils sont capables de composer avec un petit peu de succès», a révélé l’ancien pilote des Eskimos d’Edmonton.

Maciocia aura une première réponse à sa question ce vendredi, lorsque sa troupe recevra les Stingers au CEPSUM. La semaine dernière, la formation de Concordia a signé un premier gain en un an et sera galvanisée après avoir enfin goûté au bonheur de la victoire.

«C’est sûr que Concordia est gonflé à bloc avec sa première victoire et je suis sûr que ça lui fait beaucoup de bien, a affirmé le demi défensif Bruno Lagacé. Ils ont un super quart-arrière avec Adam Vance. Nos demis défensifs ne pourront pas se permettre de jouer sur les talons. Ce sera un match compétitif.»

Une menace provenant des airs

Lagacé n’est pas le seul membre des Carabins à craindre Vance et ses coéquipiers en attaque. En effet, ils parlent tous de la menace aérienne que représentent les Stingers. Ceux-ci sont d’ailleurs au sommet dans le circuit québécois avec 1098 verges par la voie aérienne.

«Nous sommes très conscients qu’ils sont capables de lancer le ballon, a indiqué Maciocia. Nous avons vu cela lors des quatre dernières semaines et ils ont probablement le meilleur quart-arrière dans notre division avec Adam Vance. Nous savons qu’il distribue bien le ballon et que les Stingers ont de bons receveurs de passes. Ce sera tout un défi de nous défendre contre tous ces éléments-là.»

«Ils n’ont pas seulement un bon quart-arrière, a renchéri le secondeur Redha Kramdi. Ils ont également trois bons receveurs en James Tyrrell, [Jeremy] Murphy et [Vince] Alessandrini. [...] Nous devons être prêts pour les contrer.»

Une confrontation de premier de classe

De son côté, la défensive des Carabins est en première place en ce qui a trait aux interceptions avec neuf, dont trois ont été retournées pour des touchés.

«Comme unité, notre objectif est de faire des interceptions et de créer des revirements, a exprimé le vétéran Jean-Sébastien Bélisle. Nous savons que nous avons une bonne défensive et que nous sommes capables de contribuer en inscrivant des points. Chaque semaine, notre but est de mettre des points sur le tableau. Nous voulons aider le plus possible notre attaque.»

«Nous entrons dans la dernière ligne droite avant les éliminatoires, a-t-il poursuivi. Chaque équipe commence à être bien installée, autant en défensive qu’en offensive. Ce sera une bonne partie contre les Stingers, particulièrement parce que nous revenons d’une semaine de congé. Il sera intéressant de voir comment nous allons réagir après notre pause.»

Voilà une affirmation qui démontre que le message de Maciocia a bien été entendu.