LNH

Comment Crosby et cie ont accueilli Poulin

Publié | Mis à jour

Samuel Poulin a assez bien fait au camp d’entraînement des Penguins de Pittsburgh pour décrocher un premier contrat professionnel, le week-end dernier...

Mais pas assez pour se tailler une place immédiatement dans l’effectif de départ du club de la Pennsylvanie en vue de la saison 2019-2020 de la Ligue nationale de hockey (LNH) – ou encore pour allonger son séjour en présaison.

Pas de quoi en faire un plat, selon Poulin, choix de premier tour des Penguins au dernier repêchage de la LNH, surtout après l’accueil que lui ont réservé Sidney Crosby, Kristopher Letang et compagnie en septembre.

«Crosby est venu me voir au début du camp pour me souhaiter la bienvenue dans l’équipe, a raconté l’attaquant, mardi, en entrevue à l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Il a pris de mes nouvelles, il m’a demandé comment avait été mon camp à Sherbrooke. Même chose pour Letang. Il a été chummy avec moi.»

Comme quoi la vie est parfois bien faite, Poulin retrouvera Crosby à Rimouski quand l’Océanic retirera le chandail numéro 87 de celui qui les a menés au triomphe en finale de la Coupe du Président, en 2005. La formation du Bas-Saint-Laurent affrontera le Phoenix après la cérémonie de vendredi.

À LIRE AUSSI : Poulin rétrogradé après avoir signé son contrat avec les Penguins

 

Une intensité appréciée

Poulin s’attendait à passer plus de temps au camp d’entraînement des Penguins et à goûter un peu plus à la LNH, mais sa brève expérience chez les pros l’a tout de même gonflé à bloc avant son retour chez le Phoenix de Sherbrooke, à l’occasion du début de la campagne de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

«Jouer pro à 18 ans, c’est quelque chose de quasiment impossible, a relativisé le capitaine du Phoenix. C’est la bonne décision de revenir à Sherbrooke. Je vais avoir une grosse année.»

«Ça n’arrive pas tous les jours que tu passes un entraînement avec un Crosby, un (Evgeni) Malkin, un Letang, des gars comme eux.»

Poulin a également eu l’occasion d’étoffer sa relation avec Jacques Martin. L’entraîneur adjoint des Penguins avait invité la recrue à son école de hockey dans la région d’Ottawa cet été, histoire de faire connaissance.

Selon les dires de Poulin, le message de Martin, du reste du personnel d’entraîneurs des Penguins et de la haute direction, est assez simple : s’il s’accroche à son intensité, sa progression vers la LNH s’effectuera possiblement sans anicroche.

«Ils veulent que je continue comme j’ai été au camp, a dit Poulin. Ils n’ont rien à me reprocher. Je dois juste amener mon intensité du niveau pro dans la LHJMQ. Mon échec-avant, mon intensité, ils ont vraiment aimé ça.»

Auteur de 29 buts et 47 aides pour un total de 76 points en 67 rencontres la saison dernière dans la LHJMQ, la vedette du Phoenix est titulaire d’un nouveau contrat de trois ans d’une valeur annuelle de 925 000 $ avec les Penguins.