Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Football universitaire RSEQ

André Bolduc fier de son fils

Publié | Mis à jour

Le fils était nerveux, mais le paternel l’était tout autant.

«Le Rouge et Or, c’est une grosse organisation qui n’a pas l’habitude de perdre et je souhaitais que ça aille bien pour Thomas, a raconté André Bolduc au sujet des débuts de son fils comme quart-arrière partant des champions de la Coupe Vanier. Sans match présaison et devant plus de 14 000 spectateurs, je suis vraiment content de la façon dont il a joué. Thomas avait beaucoup de pression.

«Il a lancé de belles balles profondes et j’ai aimé ça, de poursuivre l’entraîneur des demis offensifs des Alouettes de Montréal. Il n’a pas lancé d’interceptions. Justin [Éthier] a misé sur un plan de match assez simple parce qu’il prévoyait que Thomas allait être nerveux. À son retour au banc tôt dans le match, Thomas m’a fait un sourire parce qu’il savait où je me situais pour regarder la défensive. Il a par la suite complété trois passes consécutives. Je savais alors qu’il était très confortable. Même avec un pointage de 14-2 pour McGill, il était relaxe.»

Cohésion

Le paternel est-il surpris de voir son fils gravir les échelons aussi rapidement? «On a avait parlé de toutes les possibilités, dont celle qu’il ne soit pas habillé, a-t-il raconté. Il était prêt mentalement à cette possibilité. On savait qu’il allait amorcer le camp comme 4e quart-arrière parce qu’il n’était pas au camp de printemps en Floride. Il a connu un très bon camp et sa présence comme réserviste lors du match à Montréal était un signal clair.

«Thomas doit travailler sa cohésion avec ses receveurs, mais il a démontré qu’il peut dégainer rapidement, d’ajouter Bolduc. Il y a de la matière à développer. Sam [Chénard] peut lui apporter beaucoup dans les réunions et à l’entraînement tout en étant capable de prendre la relève à n’importe quel moment. Le Rouge et Or se retrouve dans une bonne situation.»

Présence calculée

Coach de carrière, ancien joueur de la LCF et produit des Stingers de Concordia, Bolduc apprécie le travail du coordonnateur offensif Justin Éthier. «Tout est pensé et tout est calculé, a-t-il affirmé. Après ce premier match de Thomas, le Rouge et Or bénéficie d’une semaine de congé et il pourra obtenir un plus grand volume à l’entraînement. Par la suite, le Rouge et Or reçoit Concordia. Le Rouge et Or n’a pas voulu le placer dans un environnement difficile en l’envoyant dans la mêlée en cours de match à Montréal.»

Éthier confirme que le bye dont profite le Rouge et Or a été un élément dans sa réflexion d’apporter un changement au poste de quart-arrière.

«Le bye a fait partie de notre décision la semaine dernière, a confirmé Éthier. C’est facile d’apporter un changement en fin de saison ou dans les séries, mais tu lances un quart-arrière avec zéro expérience dans la mêlée et il y a un danger. C’est trop tard pour apporter un changement. Dans notre réflexion au début de la semaine dernière, on aurait pu décider d’embarquer Thomas avec une grosse avance contre McGill, mais cela n’aurait pas été possible puisque le match a été serré jusqu’en milieu du 4e quart.»

Justin Éthier satisfait de sa recrue

Justin Éthier estime que le premier départ de Thomas Bolduc s’est déroulé dans un contexte idéal pour bien évaluer le pivot recrue.

«Ce ne fut pas un match facile contre une très bonne défensive, un retard de 14-2 et une foule de plus de 14 000 spectateurs, mais Thomas a bien géré le stress, a mentionné le coordonnateur offensif lavallois. Il a commis quelques erreurs de lecture qui étaient prévisibles, mais il a bien protégé le ballon et pris de bonnes décisions pour une recrue qui n’avait pas eu beaucoup de volume. Il n’a pas forcé les choses en lançant le ballon à l’extérieur quand ça chauffait.

«Thomas a lancé quelques longues passes où il a donné la chance aux receveurs de faire un jeu, d’ajouter Éthier au sujet de son pivot qui a complété 12 de ses 25 passes pour 156 verges. Cela a fonctionné à quelques reprises et échoué à d’autres. Il doit améliorer certaines choses, mais c’est normal. On a réduit un peu le cahier de jeux, mais pas tant que ça. Il avait donc plusieurs choses à assimiler. Dans un match avec un grand écart, on aurait pu prendre plus de risques et vivre avec les interceptions, mais ce n’était pas le cas. Thomas a bien exécuté et il a bien géré le stress. Dans le passé contre McGill, on a déjà eu des parties où l’offensive embarquait et on menait déjà 14-0. Si on avait eu droit à une autre partie facile, Thomas n’aurait pas vécu la pression.»

Chénard réserviste

Le bonheur des uns fait le malheur des autres, dit le proverbe. Partant lors des trois premières parties et attendant son tour depuis quatre ans, Samuel Chénard a été relégué à un rôle de réserviste.

«En début de semaine, Samuel était déçu, ce qui est tout à fait normal, mais en bout de ligne, je n’ai rien à lui reprocher, a indiqué Éthier. Ce n’était pas évident et il a eu une bonne attitude. Pendant le match, Sam et David [Pelletier] se sont ralliés autour de Thomas. Ce n’est pas facile, mais Samuel doit se préparer si son numéro est appelé. Si le premier départ de Thomas avait été une catastrophe, on aurait pu réévaluer la situation et se dire qu’il n’était pas prêt, mais il a très bien fait pour un premier match. On va travailler sur nous cette semaine et se préparer pour Concordia seulement la semaine prochaine.»