SPO-Gagnant du 21.2 km du marathon Rock&Roll Oasis à Montréal

Sports amateurs

Un Kényan triomphe au Marathon de Montréal

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL - C’est sous un soleil radieux et une chaleur accablante que s’est déroulée le Marathon international de Montréal, édition qui a couronné les Kényans Boniface Kongin et Grace Momanyi pour la distance de 42,2 kilomètres, tandis que les Québécois, menés par François Jarry, ont plus que comblé les attentes, dimanche.

Jarry a terminé cinquième au classement général et a du même coup été sacré meilleur Canadien et meilleur Québécois. Ses compatriotes Maxime Leboeuf et Olivier Roy-Baillargeon l’ont suivi en sixième et septième places, dans l'ordre.

Le départ de l’épreuve a toutefois été perturbé par une attente supplémentaire de 50 minutes en raison du manque de personnel pour assurer la supervision du parcours, ce qui a passablement assombri la performance de Jarry.

«Ce n'était pas génial. Je n’ai pas vomi, mais à la fin, mes muscles étaient fatigués. [...] Je suis vraiment chronométré pour mes collations. J’avais fait mon échauffement et tout ça est tombé à l’eau. Mais bon, c’est la même chose pour tout le monde et j’ai l’impression que c’est pour ça que les temps sont moins bons cette année,» a mentionné l’auteur d’un chrono de 2 h 26 min 18 s.

Il ne faut pas croire que Jarry n’est pas satisfait de sa performance du week-end. «Au final, je voulais être le meilleur Québécois et je l’ai eu, a confié l’athlète de 25 ans. Je suis satisfait. J’ai encore un marathon à Toronto dans un mois, donc il ne fallait pas que je pousse trop.»

Les Kényans raflent tout

Si la chaleur, l’attente de 50 minutes et la présence des demi-marathoniens sur le parcours en a gêné plusieurs, ça n’a pas empêché Kongin d’inscrire un excellent temps de 2:15:18.

«C’est une surprise pour moi, a révélé le Kenyan. Ça allait vite et mes concurrents étaient rapides. C’était ma première fois à Montréal et la foule était incroyable. L’attente ne m’a pas trop perturbé parce qu’on est censé être prêt pour toutes les situations.»

Le podium masculin a été complété par le Marocain Mohamed Aagab (2:19:43) et Isaac Maiyo (2:23:17), un autre Kényan. La course des hommes a été marquée par l’abandon de l’un des favoris, Robert Chomesin, du Kenya, qui s’est retiré autour du 32e kilomètre.

Chez les femmes, Momanyi, la grande favorite, a triomphé grâce à un chrono de 2:40:51. La marathonienne de 38 ans était exténuée et avait quelques difficultés à récupérer à la suite de sa performance digne de mention. Une autre Kényane, Joan Massah (2:42:46) a pris le deuxième rang, tandis que l’Éthiopienne Magarsa Tafa (2:46:41) a obtenu la médaille de bronze.

Paméla Bouvier, de Sainte-Julie, a été sacrée meilleure Québécoise en vertu de son sixième rang. Elle a été rejointe par les Québécoises Lei Fang et Stéphanie Jobin dans le top 10.