Crédit : Kevin Sousa-USA TODAY Sports

Impact de Montréal

Le Championnat canadien, d’abord et avant tout

Publié | Mis à jour

Si les joueurs de l’Impact de Montréal souhaitent vivre des moments positifs dans les prochains jours, ils ont tout intérêt à porter leur attention sur le match-retour de la finale du Championnat canadien prévu mercredi contre le Toronto FC.

Effectivement, sans trop de surprise aux yeux de plusieurs observateurs, le Bleu-Blanc-Noir a encaissé un revers de 2 à 1 aux mains du Galaxy de Los Angeles, samedi soir. Ce résultat, prévisible en raison de l’absence notamment d’Ignacio Piatti, a rendu davantage utopique une participation aux prochaines séries éliminatoires de la Major League Soccer (MLS).

Avec 37 points en 32 sorties, la troupe de l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera occupe le neuvième rang de l’Association de l’Est et accuse un retard de quatre points sur le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. La bonne nouvelle, c’est que celui-ci peine à gagner, comme en fait foi son verdict nul de 0 à 0 contre le Real Salt Lake en fin de semaine. Cependant, au chapitre des moins bonnes nouvelles, le club du Massachusetts possède un match en main sur l’Impact, tandis que le Fire de Chicago s’est glissé entre les deux équipes et devance Montréal.

Conséquemment, autant penser à la finale nationale où l’Impact se trouve dans une position acceptable. Il mène la confrontation 1 à 0 au total des buts et s’il parvient à faire bouger les cordages au moins une fois au BMO Field, toute la pression se transportera sur les épaules des «Reds». Ces derniers devront à ce moment-là marquer minimalement deux fois pour forcer la prolongation.

«Mercredi soir est la priorité. Nous devons tout faire pour gagner le match, comme on a essayé pour celui-ci [samedi]. On a pu garder quelques gars hors de la formation afin qu’ils soient frais et dispos pour le prochain affrontement. Ce sera une grosse partie et on veut être prêt», a commenté le gardien Evan Bush après l’échec des siens en Californie.

«On doit maintenant se concentrer sur cette rencontre; c’est à tout ce que nous penserons. Mais après cela, évidemment, nous aurons deux matchs à domicile contre d’excellents rivaux et peu importe, nous devrons gagner.

L’heure des regrets

Si le onze montréalais avait joué de la même façon que samedi pendant les dernières semaines, il ne serait certes pas dans une situation précaire au classement. Il a quand même limité le dangereux Zlatan Ibrahimovic à un but et a trouvé le fond du filet tôt en seconde demie grâce à Lassi Lappalainen.

Toutefois, une bourde de Bush – toujours aussi irrégulier en 2019 – a fait mal. Le gardien a réalisé une dizaine d’arrêts, mais on se souviendra surtout de son revirement permettant à Cristian Pavon de lui subtiliser le ballon sur une simple tentative de dégagement. Pavon a aussitôt repéré Uriel Antunia, qui a redonné l’avance au Galaxy.

« Oui, ce fut un bon match, mais on commet les mêmes erreurs. Je l’ai dit aux joueurs : on ne peut pas continuellement remettre le ballon au gardien. [...] L’Impact de Montréal est une bonne équipe, mais il refile des passes à l’arrière trop souvent. On ne s’est pas occupé du ballon sur un jeu et ça nous a coûté le but décisif, a déclaré Cabrera, visiblement exaspéré de répéter cette directive à ses ouailles. Ce sont des choses qu’on a déjà évoquées et travaillées. Il faut changer notre mentalité pour connaître du succès.»

«J’ai pris une mauvaise décision et on en a payé le prix, c’est aussi simple que cela. J’assume la responsabilité de cette erreur», a de son côté précisé Bush.

-En MLS, l’Impact a encore deux parties à disputer et devra les remporter, en plus d’obtenir de l’aide, pour demeurer en vie. Le 29 septembre, il accueillera l’Atlanta United FC avant de clore le calendrier régulier face aux Red Bulls de New York le 6 octobre au Stade Saputo.