Impact de Montréal

Une question d’équilibre pour l'Impact

Publié | Mis à jour

Après une belle victoire contre le Toronto FC pour amorcer la finale du Championnat canadien, mercredi, l’Impact doit gérer un déplacement à Los Angeles pour affronter le Galaxy, samedi soir.

Une visite en Californie qui sera bien loin d’être une partie de plaisir puisque les joueurs de Wilmer Cabrera devront récupérer à temps pour le deuxième duel du Championnat canadien qui sera présenté à Toronto, mercredi prochain.

Le match sera présenté à TVA Sports, dès 22h.

Au moins, les Torontois ont le même type d’horaire puisqu’ils se trouvent quelques kilomètres plus au nord pour affronter le Los Angeles FC. Et à travers tout ça, le Bleu-blanc-noir a cruellement besoin de points pour maintenir ses espoirs de faire les séries éliminatoires.

L’Impact occupe le huitième rang de l’Association Est avec 37 points, trois de moins que le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, actuel détenteur du septième rang qui vient avec le dernier billet pour les séries. L’équipe de Bruce Arena reçoit le Real Salt Lake samedi soir.

Cabrera doit trouver l’équilibre très fragile entre aider son équipe à coiffer Toronto en Championnat canadien et lui permettre de rester dans le coup en MLS.

Des points

Bacary Sagna n’a pas tourné autour du pot bien longtemps et a affirmé que la victoire était la seule option possible.

«On sait ce qui nous reste à faire pour bien terminer la saison. On sait qu’on doit ramener des points de L.A., on sait qu’on doit gagner, tout simplement, parce que les autres équipes ne vont pas attendre notre résultat pour faire de même.»

Ses propos ont été repris par Nacho Piatti qui devait avoir congé ce week-end, mais qui pourrait devoir faire des heures supplémentaires en raison de blessures à Maxi Urruti et Bojan Krkic.

«On doit gagner pour continuer la course aux séries, a insisté l’Argentin. L’unique résultat possible est une victoire pour continuer de lutter avec la Nouvelle-Angleterre.»

Défi

Ce match coincé entre la finale du Championnat, que l’Impact mène 1 à 0 après la première rencontre, présente un véritable défi de gestion pour le personnel d’entraîneurs.

De fait, il y a un moment qu’on semblait appréhender cette fin de semaine.

«Depuis le début de la semaine, on essaie d’anticiper ce qu’on va faire avec ce match. On a discuté avec beaucoup de joueurs afin de prendre la meilleure décision pour l’équipe», a confirmé l’adjoint Wilfried Nancy.

Ce dernier soutient que la profondeur de l’équipe devrait suffire pour assurer de bonnes performances sur les deux fronts.

«On a ce match, mais on a aussi celui de mercredi. On a la chance d’avoir un groupe qui est étendu.»

Changements

Il y a fort à parier que Wilmer Cabrera apportera quelques changements à son alignement. On pense notamment à Daniel Lovitz, qui n’a pas joué comme arrière gauche mercredi.

Ça pourrait aussi être le match où Rod Fanni effectue son retour dans un maillot bleu-blanc-noir, auquel cas Bacary Sagna retournera sans doute sur le flanc droit.

Si Krkic devait être tenu à l’écart du jeu, l’option en attaque pourrait être d’utiliser Orji Okwonkwo, dont la grande vitesse peut embêter la défense adverse.

«Orji, ça fait pas mal de temps qu’on en parle de l’utiliser en pointe. Selon l’opposition que l’on rencontre, il peut faire partie du plan», a expliqué Nancy.

«Il peut avoir la possibilité d’étirer la défense adverse. On doit d’abord bien analyser le Galaxy pour voir ce qu’on va faire.»

Sagna à l’aise au centre

Lors du match de mercredi, on a vu Bacary Sagna au poste d’arrière central, et il affirme qu’il est à l’aise à cette position qu’il a déjà occupée.

«J’ai essayé de communiquer amplement avec la ligne défensive, a-t-il expliqué. Je crois qu’en général, ça s’est bien passé. Je me sentais en confiance, et tout est une question de communication, tant qu’on se parle, ça sera difficile pour l’adversaire.»

«Je donne toujours le meilleur de moi, que je joue comme latéral ou comme central.»

L’entente est toujours bonne

Saphir Taïder et Bacary Sagna ont eu une bonne prise de bec mercredi, ce qui n’a pas échappé à l’attention des partisans, mais il n’y a pas de tension entre eux.

«Saphir, je l’aime comme mon frère, a commenté Sagna. Il n’y a pas de problème, il faut savoir se dire les choses sur le terrain, et j’estimais qu’on avait bien fait en première mi-temps et qu’on avait un plan de jeu à respecter.»

«En deuxième mi-temps, on était beaucoup trop bas, je n’ai pas attendu qu’on prenne un but pour essayer de réveiller tout le monde.»