Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Canadiens

«Je n’ai pas très bien paru» - Kotkaniemi

Publié | Mis à jour

«Si tu compares mon camp des recrues de l’an dernier et ce camp-ci, c’est pas mal similaire. N’est-ce pas?»

Non, Jesperi Kotkaniemi ne donnait pas l’allure d’un joueur qui était prêt à amorcer la saison dans la LNH au terme du tournoi réunissant les espoirs des Maple Leafs, des Sénateurs et du Canadien, l’an dernier.

Le constat avait été flagrant dans la première rencontre où Brady Tkachuk n’en avait fait qu’une bouchée sur plusieurs facettes.

Mercredi soir, à Bathurst, trois jours après une bonne performance lors de l’affrontement entre les Rouges et les Blancs, on a semblé revoir ce même grand gringalet un peu perdu.

«Je dois tout faire mieux. Je n’ai pas très bien paru lors du dernier match», a-t-il reconnu.

«Par contre, c’était mon premier match préparatoire, alors c’est un peu tôt pour ressentir de la frustration, a-t-il ajouté. L’an dernier, j’étais arrivé avec l’expérience du camp des recrues sous la cravate.»

Le Finlandais aura l’occasion de se reprendre dès samedi soir à Ottawa. Une fois de plus, il sera jumelé à Charles Hudon et Joel Armia.

Encore le plus jeune

La tenue de ce trio, mercredi, n’était pas étrangère à la sortie de Claude Julien espérant de ces vétérans une meilleure tenue.

«J’ai 19 ans, alors je ne me considère pas encore comme un vétéran. Mais, oui, on doit faire mieux. Lors du dernier match, nos deux premiers trios ont été terribles», a lancé Kotkaniemi, d’un air timide.

On a tendance à l’oublier, mais, peu importe quelle sera la composition des 23 joueurs qui amorceront la saison à Raleigh, le 3 octobre, Kotkaniemi sera encore le plus jeune joueur de l’équipe.

S’ils devaient se tailler une place avec le Canadien, Ryan Poehling et Nick Suzuki seraient plus vieux que lui d’une année. Un détail à ne pas sous-estimer, selon Julien.

Suzuki à droite

D’ailleurs, pendant que Poehling sera sur la touche, Suzuki prendra part à un troisième match préparatoire, un premier sur le flanc droit.

«On a vu qu’il était capable de faire le travail au centre. Maintenant, on veut voir ce qu’il sera en mesure d’accomplir à l’aile, a expliqué l’entraîneur du Canadien. On est au camp d’entraînement, c’est le temps de faire des essais.»

Également utilisé à droite lors du tournoi des recrues, l’attaquant de 20 ans aura une excellente chance de s’illustrer puisqu’il composera un trio avec Tomas Tatar et Phillip Danault.

«C’était difficile d’évaluer ce qu’il pouvait faire à ce tournoi parce que le niveau de joueur avec qui il se trouve n’est pas la même chose. Par contre, ce qu’on a vu de lui à l’aile, c’est qu’il y avait toujours quelque chose qui se passait lorsqu’il était sur la patinoire.»

Puisque la ligne de centre est passablement occupée chez le Canadien, Suzuki pourra ajouter une corde à son arc.

«C’est important de se garder des options. Si un gars mérite un poste, il faut lui donner un poste», a lancé l’entraîneur du Canadien.

À l’entendre parler, on dirait que Julien tient absolument à trouver un trou pour le jeune homme.