Crédit : MARC GRANDMAISON/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Performance réconfortante pour Alex Belzile

Performance réconfortante pour Alex Belzile

Félix Séguin

Publié 19 septembre
Mis à jour 19 septembre

Il est difficile de demeurer insensible à la performance d’Alex Belzile, mercredi soir, dans le match des Canadiens à Bathurst.

Au cours des sept dernières années, le Québécois a joué à Gwinnett (Georgie), à Hamilton (Ontario), en Alaska, en Idaho, à Fort Wayne (Indiana), San Antonio (Texas), au Colorado et à Laval.

Il a traîné son baluchon et il l’a fait dans la plus grande discrétion.

Des efforts, des sacrifices. Les déceptions ont sûrement été nombreuses pour celui qui n’a jamais été repêché par une équipe de la LNH.

Âgé de 28 ans, Belzile s’est accroché à son rêve de jouer un jour dans le circuit Bettman.

Quand il a déjoué le gardien des Panthers, Chris Driedger, en 3e période, Belzile a vécu l’extase. Un moment qu’il a sûrement pensé impossible à vivre.

Ce parcours sinueux et chaotique dans les rangs mineurs a laissé place à un grand moment de bonheur et de satisfaction d’avoir persévéré. De ne jamais avoir abandonné.

En l’espace d’une soirée, il s’est fait un nom. On le connaît et son histoire est propagée.

À Laval

Ceci étant dit, les chances sont très minces de le voir amorcer la saison avec les Canadiens.

Le plan initial était de le retourner avec le Rocket de Laval afin de produire offensivement (il a été le meilleur pointeur l’an dernier) et d’aider les jeunes espoirs du Tricolore.

Au sein de l’organisation des Canadiens, Belzile est perçu comme un joueur responsable, travaillant. Il est reconnu pour son talent offensif, mais il peut être utilisé à toutes les sauces. On peut avoir confiance en lui.

À Laval, il va donner l’exemple. Les jeunes auront un modèle à suivre.

Donc, le plan pour Alex Belzile est à Laval.

Mais qui sait. En cours de saison, s’il y a des blessés avec le grand club, il pourrait devenir un incontournable et être rappelé pour jouer des matchs avec les Canadiens.

Et par la suite, on ne sait jamais ce qui peut arriver.