Blue Jackets c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Un 17e camp pour Thompson

Publié | Mis à jour

À 34 ans, Nate Thompson jouera un rôle de grand frère dans le vestiaire du CH. Des 57 joueurs invités au camp de l’équipe, le joueur de centre originaire de l’Alaska est le plus vieux.

Dans la vie de tous les jours, les aînés racontent souvent des histoires. Ils parlent de leur jeunesse avec bonheur à leurs enfants ou petits-enfants. Ils partagent des récits d’une autre époque. Dans un vestiaire de hockey, Thompson se retrouve dans la peau d’un aîné.

Avant d’attaquer les examens physiques et médicaux, l’Américain a justement parlé de ses expériences du passé avec ses coéquipiers. Il a participé à son premier camp en 2003 avec les Bruins de Boston.

«Je parlais justement de ça avec les gars tantôt, a dit Thompson jeudi. J’en suis à mon 17e camp. À mon premier camp avec les Bruins, il y avait des gars comme Sandy McCarthy, P.J. Stock et Joe Thornton. Je formais un trio avec Stock et McCarthy. J’avais juste 18 ans et ils m’avaient dit que je serais en sécurité avec eux. Je pouvais me permettre de donner deux ou trois coups de bâton à des rivaux.»

«Si on m’avait dit il y a 10 ans qu’un jour j’étais pour être le plus vieux joueur à un camp, je n’aurais pas cru cette affirmation, a-t-il poursuivi. Mais je me sens bien. J’ai le sentiment que j’ai encore 22 ans, j’ai encore la même excitation. Je dirais même que je le suis encore plus puisque je ne sais pas combien de camps il me restera après cette année. Je veux en profiter.»

Une saine compétition

Acquis des Kings de Los Angeles au mois de février, Thompson a paraphé un contrat d’un an et 1 million $ avec le CH le 25 avril. Malgré son expérience, il aura à se battre pour son poste de quatrième centre d’ici les prochains jours.

Décrit comme un grand frère par Marc Bergevin pour les jeunes de l’organisation, il se retrouvera dans une lutte contre un Ryan Poehling.

«Ça me tient jeune, a répliqué Thompson lorsque questionné sur cette réalité. Je joue au hockey pour l’aspect compétitif. Je veux aussi gagner. Les gars se poussent les uns les autres, ils se battent pour des postes et pour jouer tous les soirs. J’ai toujours eu à me battre pour ma place depuis mes débuts. Ça ne changera pas. Mais je trouve ça positif de voir qu’il y aura de la compétition.»

Weber, La brute

En cette première journée du camp, les joueurs du CH ont passé les différents tests physiques. Parole de Thompson, il n’a pas aperçu un seul coéquipier vomir lors des épreuves du Wingate (pour mesurer la puissance) et du VO2 max (le débit maximal d’oxygène qu’un individu consomme lors d’un effort intense).

«Il n’y a rien de facile avec ces tests, mais quand tu es en bonne condition physique, il n’y a pas de problème», a répliqué Thompson.

Pierre Allard, le responsable de la préparation physique et directeur de la science du sport et du développement, a supervisé les différents tests. Encore une fois, Allard a été conquis par le capitaine de l’équipe.

«Tous les ans, je suis ébloui par la force de Shea Weber. C’est une brute sur le plan physique. Quand je le vois soulever des charges, je me dis qu’il est vraiment dans un autre niveau. Il est un meneur autant sur la glace que dans le gymnase. Il a toujours pris à cœur sa condition physique.»

Des 57 joueurs au camp, il y a trois blessés, soit l’ailier Joël Teasdale et les défenseurs Gianni Fairbrother et Gustav Olofsson.