Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Impact

Rod Fanni a choisi Montréal

Publié | Mis à jour

Montréal à la cote auprès des joueurs français de l’Impact et Rod Fanni est le dernier en lice à le confirmer.

Le défenseur central, embauché en catastrophe il y a deux semaines, était déjà installé en ville même s’il ne portait plus les couleurs de l’équipe depuis octobre dernier.

«Je suis revenu depuis trois ou quatre mois parce que j’avais une proposition pour acheter un appartement au centre-ville», a-t-il expliqué lors d’une rencontre, mercredi midi.

«J’avais vraiment l’intention de m’installer, mais en signant avec l’équipe, ça m’a donné envie d’aider l’équipe et les jeunes de la région parce que c’est important.»

Bon voisin

Fanni est à Montréal avec sa conjointe et leur fils de trois ans, et leur histoire semble arrangée avec le gars des vues.

En effet, par un bien drôle de hasard, et il jure que c’en est un, l’appartement qu’il a acheté vient avec des voisins qu’il connaît très bien, son bon copain Bacary Sagna et sa famille.

«Ce n’est pas possible d’habiter plus près, on est dans le même immeuble, sur le même étage, la porte d’à côté.»

Un peu comme le faisait Kramer dans Seinfeld, les deux hommes entrent chez eux pratiquement sans frapper.

Adaptation

Pour les deux coéquipiers et amis, cette proximité est utile à bien des égards.

«Pour nos femmes, c’est génial parce qu’elles s’entendent très bien. Pour l’adaptation, c’est super, surtout pour elles.»

«Quand tu arrives dans un club, tu es bien entouré, alors que pour elles c’est un peu plus délicat de tisser des liens et de ne pas rester isolées.»

On le sent, Fanni aime beaucoup la ville et n’écarte pas la possibilité d’y rester un bon moment.

«Le seul point noir, c’est qu’on n’a pas encore vécu un hiver ici. On croise beaucoup de gens qui disent que l’hiver est dur, mais ils sont ici depuis plusieurs années», concède-t-il tout en relativisant l’impact de la saison froide.

S’installer

Fanni avait donc derrière la tête de s’installer à Montréal avant même que l’Impact lui lance un cri d’alerte récemment.

«Ma famille et moi sommes bien ici et je développe des choses entre les États-Unis et ici. J’étais sollicité par pas mal de personnes pour développer des choses dans des académies.»

D’ailleurs, il était sur le point de s’engager dans un emploi au Québec quand le téléphone a sonné.

«J’espère avoir mon CSQ [certificat de sélection du Québec] pour pouvoir rester un peu plus longtemps ici. On ne se prend pas la tête. On se sent très bien ici et on va rester ici un bout de temps, et on verra par la suite. Peut-être qu’on deviendra Canadiens, qui sait.»

Tranquillité

La qualité de vie et surtout l’anonymat relatif sont aussi attrayants pour les joueurs européens qui viennent s’installer en Amérique du Nord.

«Ce qui m’a plu, c’est la tranquillité. Je ne suis pas une superstar en Europe, mais j’ai une certaine notoriété et on n’a pas cette tranquillité quand je suis à Marseille.»

«On peut vivre paisiblement et se balader sans être dérangés. On a moins de pression et les gens sont plus cordiaux. Mais je reste très amoureux de ma région et je pense y retourner un jour.»

Déçu, mais pas rancunier

Rod Fanni l’admet sans gêne, il a vécu une déception quand l’Impact n’a pas prolongé son association avec lui, l’hiver dernier.

«Ça traînait un peu, mais j’étais persuadé que ça allait se faire parce que c’était ce qui était prévu, a-t-il confié. J’avoue avoir été un peu déçu parce que j’avais une option qui garantissait mon retour si nous faisions les séries.»

Il souligne d’ailleurs que la direction de l’Impact l’a contacté avec une pointe de gêne quand elle a eu besoin de ses services pour les derniers matchs de la saison.

«Je les ai sentis un peu gênés quand ils m’ont appelé dans ces circonstances-là parce que ça aurait pu se faire autrement. Je ne suis pas un homme à entretenir de la rancœur, je n’attendais pas après Montréal pour vivre.»

De l’aide

Même s’il ne portait plus le maillot bleu-blanc-noir, Fanni n’est pas resté tellement à l’écart.

«J’ai essayé d’aider Rémi Garde dans son recrutement et j’ai aussi essayé d’aider mes partenaires quand ils m’appelaient et que quelque chose n’allait pas. Ils m’ont beaucoup téléphoné.»

Il faut dire que comme sa situation a changé sur le tard, il s’est retrouvé dans une situation où il ne pouvait plus vraiment aller ailleurs.

«Mon dossier a un peu tardé et on s’est retrouvés à être les derniers du carrosse. Entre-temps, on m’avait appelé plusieurs fois, que ce soit en Europe ou en MLS.»

«Je n’ai pas eu d’offres officielles parce que j’ai fermé les portes. Je me suis un peu retrouvé le bec à l’eau.»

En plus de ne pas vouloir aller dans n’importe quelle ville de la MLS, il n’était pas tenté par un retour en France.

«La porte de la France s’est ouverte, mais ce n’était pas nécessairement au goût du jour parce que je voulais m’installer ici.»

Pas de pression

Fanni a passé les deux dernières semaines à retrouver le rythme, même s’il dit s’être entraîné pendant la dernière année. Il prévient qu’il n’arrive pas en sauveur et que de ce fait, il jouera sans pression.

«Dans ma situation, je n’ai pas une pression énorme, a-t-il affirmé. J’ai tout à gagner. Si ça se passe bien, on dira que j’ai eu une super influence et si ça se passe moins bien, on dira que c’était super compliqué.»

«Mais je me mets tout de même de la pression parce que je veux qu’on fasse les séries. Je me fais du mal depuis trois semaines, ce n’est pas pour me tourner les pouces et ne pas rendre service.»

À 37 ans, Fanni n’écarte pas la possibilité de revenir une dernière saison en 2020, histoire de mettre un terme à sa carrière en jouant une saison complète plutôt que quatre matchs.