JiC

Joueurs autonomes avec compensation: l’étau se resserre

Publié | Mis à jour

De plus en plus, la tendance est aux contrats de transition pour les joueurs autonomes avec compensation de renom plutôt que d’accepter des contrats de longue durée. Ces joueurs au statut particulier sont en train de changer la donne dans la Ligue nationale de hockey.

Auston Matthews (5 ans), Timo Meier (4 ans), Zach Werenski (3 ans) ont tous accepté de leur formation des contrats qui les rapprocheront de leur autonomie complète plutôt que d’apposer leur signature au bas d’un contrat de sept ou huit années, comme l’a fait Clayton Keller avec les Coyotes de l’Arizona.

Les contrats de Meier et de Werenski sont bâtis de la même façon.

Tout d’abord, le Suisse a accepté un pacte de quatre ans et 24 millions $ des Sharks de San Jose. Meier touchera 4 millions $ lors des deux premières années du contrat, puis 7 millions $ et finalement 10 millions $. Ceci le mènera ainsi à la fin de la campagne 2022-2023 où il devrait recevoir une offre qualificative d’un an et 10 millions $ des Sharks pour que l’équipe puisse retenir ses droits. Il pourrait ainsi accepter cette offre ou faire une demande d’arbitrage en tant que joueur autonome avec compensation. Si Meier accepte l’offre qualificative, ce serait 34 millions $ empochés pour les cinq dernières années. Et il aura droit à l’autonomie complète par la suite.

Le même raisonnement s’applique pour Werenski, qui touchera 4 millions $ lors des deux premières saisons d’un pacte de trois campagnes et 15 millions $. Ainsi, il aura droit à 7 millions $ lors de la dernière année de son contrat. Par la suite, ce sera l’offre qualificative ou l’arbitrage. Puis, l’autonomie complète un an plus tard.

«C’est en train de tout changer et le statut de joueurs autonomes avec restriction va être modifié, a indiqué l'analyste-hockey Yvon Pedneault lors de l'émission JiC, mercredi. Si tu es Winnipeg avec Patrik Laine, tu fais quoi?»

Et le raisonnement s’applique également aux Canadiens de Montréal, qui devront régler le statut contractuel de l’attaquant Max Domi. Ce dernier écoulera en 2019-2020 la dernière année de son contrat et pourrait avoir le statut de joueur autonome avec compensation par la suite.

«Maintenant, il y aura des décisions à prendre avec Max Domi et plus tard avec Brendan Gallagher (qui pourrait être joueur autonome sans compensation après la campagne 2021-2022), a continué Pedneault. Ce qui est important pour Marc Bergevin, c’est le risque que tu prends avec Max Domi. Tu as manqué ton coup avec Matt Duchene et tu as fait chou blanc avec l’offre hostile avec Sebastian Aho. Ça veut dire que tu avoues clairement que tu n’as pas de joueur de centre numéro 1.»

Bergevin optera-t-il pour l’option Meier-Werenski ou celle Keller?

«Marc Bergevin n’a pas aimé la signature de Clayton Keller en Arizona, a opiné Jean-Charles Lajoie. Raisonnablement, on doit faire pareil avec Domi. On ne veut pas se ramasser là dans un an. Il a tourné ça dans les «technicalités» contractuelles. Oublie ça. On doit le régler pour longtemps. Et ça presse.

À voir dans la vidéo ci-dessus.