Tennis

Bianca Andreescu a un grand rêve pour 2020

Publié | Mis à jour

Le triomphe de Bianca Andreescu aux Internationaux de tennis des États-Unis a clairement élevé la joueuse de tennis au statut d’héroïne nationale.

La preuve a une fois de plus été faite, mercredi, quand Andreescu a reçu un accueil triomphal à son retour au pays au moment de rencontrer les journalistes canadiens à Toronto. Elle est d’ailleurs revenue au Canada en jet privé, avouant avoir particulièrement apprécié le fait d’être exemptée des formalités douanières habituelles.

Voyez son point de presse dans la vidéo ci-dessus. 

Rappelons qu’Andreescu a touché une bourse de 3,85 millions $ US, soit plus de 5 millions de dollars canadiens, pour sa victoire à Flushing Meadows, ce qui change inévitablement une vie.

Dans cette veine, la jeune athlète de 19 ans a par ailleurs dévoilé avoir finalement reçu les félicitations du rappeur Drake à la suite d’une amusante demande en ce sens, lundi soir, lors de son passage au talk-show américain de Jimmy Fallon.

«C’est cool, mais je ne sais pas trop quoi lui répondre», a avoué candidement Andreescu, à propos du texto envoyé par le célèbre chanteur.

Durant la conférence de presse, on a même demandé à Andreescu l’identité de l’actrice qu’elle choisirait advenant le cas où son histoire serait adaptée au cinéma.

«Jennifer Lawrence», a-t-elle répondu, expliquant avoir une énergie similaire à l’actrice américaine.

Une participation aux Jeux olympiques

Au-delà de sa percée dans le vedettariat, la nouvelle sensation au pays a mentionné qu’elle rêvait d’une participation aux Jeux olympiques pour le Canada.

«Oui, je pense à aller aux Jeux olympiques depuis quelques années, a-t-elle répondu à une question sur le sujet. Je pense que c’est un événement spécial. Tu fais partie d’une délégation et ce serait différent de n’importe quel tournoi sur le tour. Si je peux faire ça, ce serait fantastique.»

En attendant les Jeux de Tokyo, l’athlète de 19 ans a résumé le déroulement des derniers jours.

«J’ai vécu un très beau moment avec Serena [Williams] dans le vestiaire quand elle est venue me voir après le match, a mentionné Andreescu, qui l’a emporté en deux manches de 6-3 et 7-5 contre la championne américaine. J’ai vraiment apprécié. Elle m’a dit de très belles choses, notamment que j’allais être une très bonne joueuse», a-t-elle révélé, se gardant toutefois de donner trop de détails par respect pour la championne américaine.

En plus de sa rencontre avec Jimmy Fallon, elle a pris la traditionnelle photo avec le trophée sur le toit du Rockefeller Center. L’athlète a géré ses messages sur les réseaux sociaux, de Shania Twain à Justin Trudeau en passant par l’organisation des Maple Leafs à celle des Raptors, avant de s’offrir quelques gâteries.

«Les trois derniers jours ont été plutôt désastreux pour ma diète», a rigolé Andreescu, mentionnant la tenue d’un bon souper à New York afin de festoyer avec son équipe et sa famille.

La Canadienne assure avoir pu se reposer un peu dans la journée de mardi. De retour à la maison, elle compte maintenant voir un peu ses amis avant de quitter pour la Chine, où elle compte participer au tournoi de Pékin à compter du 28 septembre.

«Je reste concentrée sur ce qui s’en vient, a-t-elle mentionné, disant ne pas ressentir de pression supplémentaire. Je suis certaine que le Canada veut que je fasse très bien, mais le plus important: je veux moi-même faire très bien.»

Une inspiration

En gagnant un titre majeur, Andreescu a reconnu qu’elle avait peut-être désormais un rôle de modèle à jouer auprès de la population.

«Un de mes objectifs est d’être une inspiration, ça commence et ça veut dire beaucoup pour moi, a noté l’athlète, avec modestie. J’ai déjà reçu certains messages de personnes disant qu’ils n’avaient jamais regardé le tennis auparavant, mais qu’ils allaient maintenant le faire. Et il y en a d’autres qui mentionnent avoir commencé à pratiquer le sport, ce qui est vraiment bien.»

Il y a aussi la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, qui parle de lui remettre les clés de sa ville natale, en plus d’envisager la possibilité de rebaptiser une rue à son nom.

«Si jamais ça arrive, ce serait tellement fou, a réagi la jeune joueuse. Je n’ai jamais imaginé qu’une telle chose puisse arriver.»