Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Cyclisme

Un cadeau pour les 10 ans des GPCQM

Publié | Mis à jour

En voyant rentrer les inscriptions, les organisateurs des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal (GPCQM) ont eu l’impression de récolter ce qui a été semé au cours de la dernière décennie. Comme si les équipes s’étaient consultées pour célébrer en grand les 10 ans de l’événement.

«Pour notre 10e édition, c’est comme si c’était notre cadeau. On nous le rend bien avec le peloton qui va être ici, je pense qu’on va avoir de très belles courses», a ainsi observé Marcel Leblanc, vice-président exécutif des GPCQM.

Avec enthousiasme, ce passionné de vélo énumère les noms de Geraint Thomas, Greg Van Avermaet, Oliver Naesen et Remco Evenepoel, qu’il décrit comme «la jeune vedette montante». Il y aura aussi Julian Alaphilippe, Peter Sagan et Michael Matthews, sans oublier le Québécois Hugo Houle.

«Lors des premières éditions, c’était moins évident de savoir si on allait attirer les gros noms. Nous étions une nouvelle course et les athlètes devaient traverser en Amérique, a rappelé Leblanc. Honnêtement, on a eu un certain stress en se demandant si les figures importantes allaient venir.»

«Dès le début, avec notre équipe, on a décidé de miser sur le produit premier qui est le cycliste. Faut qu’on s’occuper des cyclistes comme il faut. Quand ils arrivent ici, on met tout à leur disposition afin qu’ils aient simplement à se concentrer sur leur entraînement et à se remettre du décalage horaire.»

D’une punition au plaisir

Les différentes équipes sont très bien accueillies à Québec et Montréal, ce qui incite évidemment les têtes d’affiche à revenir.

«Dès la première année, on a quand même eu un très beau peloton, puis le mot s’est passé à l’intérieur des équipes, a relaté Leblanc. Avec le temps, le stress est moins là. On a toujours hâte de voir les cyclistes envoyés par les différentes équipes, mais avec les dernières années, on peut dire qu’on a toujours des beaux pelotons.»

«C’est devenu un peu une chasse gardée aussi auprès des équipiers, comme les mécanos. Dans les premières années, c’était quasiment une punition pour eux de venir à Québec et Montréal. Ils ne savaient pas dans quoi ils s’embarquaient. Après 10 ans, je revois les mêmes visages et ils semblent tous heureux d’être là.»

La chaîne TVA Sports diffusera les GPCQM vendredi et dimanche.