Crédit : AFP

NFL

Antonio Brown accusé de viol

Publié | Mis à jour

Le joueur de la NFL Antonio Brown est poursuivi par son ancienne entraîneuse, qui l’accuse de l’avoir violée.

La nouvelle a été rapportée par le quotidien «New York Times», mardi soir.

La poursuite affirme que le receveur de passes, qui a récemment été libéré par les Raiders d’Oakland pour ensuite signer un contrat avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, aurait agressé sexuellement Britney Taylor à trois reprises, deux fois en juin 2017 et une fois en mai 2018.

Brown se serait tout d’abord dénudé devant la présumée victime et aurait tenté de l’embrasser sans sa permission. Plus tard au mois de juin 2017, Brown se serait masturbé en la présence de Taylor.

Cette dernière aurait alors mis fin à la relation professionnelle entre les deux parties. Brown l’aurait ensuite contactée pour s’excuser et l’assurer qu’il mettrait un terme à ses avances sexuelles.

Enfin, en mai 2018, Brown aurait eu une relation sexuelle non consensuelle avec la présumée victime. Taylor a indiqué avoir tenté de résister, avoir dit non et avoir demandé à son présumé agresseur d’arrêter, ce qu’il aurait refusé de faire.

«En tant que victime de viol, ce fut difficile de décider d’en parler, a dit Taylor, selon des propos rapportés par le "New York Times". J’ai trouvé la force dans ma foi, dans ma famille et dans les témoignages d’autres survivantes d’agressions sexuelles.»

Taylor a également affirmé qu’elle était prête à collaborer à une enquête de la NFL.

Selon le quotidien américain, il n’est pas clair si la présumée victime a fait part de ces accusations à la police.

Brown nie tout

Brown a immédiatement nié les accusations dans un communiqué publié par son avocat, Darren Heitner, mardi.

«M. Brown nie l’ensemble des allégations dans la poursuite, peut-on lire dans le document. Il prend tous les moyens légaux pour prouver son innocence et également protéger d’autres athlètes professionnels contre de fausses accusations.»

Le communiqué explique que la victime alléguée aurait approché le footballeur, en 2017, pour qu’il investisse une somme de 1,6 million $ dans sa compagnie. Une requête qu’aurait refusée l’athlète. La victime présumée aurait ensuite coupé les communications avec Brown et serait finalement revenue dans la vie de l’accusé en 2018.

«La demanderesse a entrepris une relation personnelle et consensuelle avec M. Brown. Tous actes sexuels avec M. Brown étaient entièrement consensuels», est-il également écrit.

«La demanderesse n’a pas seulement voyagé pour aller à la résidence de M. Brown à plusieurs occasions, elle a fait le voyage du Tennessee à la Floride pour retourner à 2 h du matin à la maison de M. Brown, et ce, 10 jours après l’agression alléguée.»