Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Sidney Crosby le regrette amèrement

Publié | Mis à jour

Difficile à croire, mais Sidney Crosby est sur le point d’entamer sa 15e saison dans la LNH.

À 57 matchs d’atteindre le plateau des 1000 dans le circuit Bettman, le #87 présente un palmarès des plus étoffés.

Après tout, qui peut se vanter d’avoir remporté trois coupes Stanley, deux trophées Art Ross, deux trophées Hart, deux trophées Maurice-Richard, deux trophées Conn Smythe et deux médailles d'or olympiques?

Ces innombrables réussites pourraient, de façon tout à fait logique, laisser croire que «Sid the Kid» n’a aucun regret quant à son parcours dans la LNH jusqu’ici. Mais c’est faux.

Si l’on s’attarde aux statistiques de Crosby, on finit par observer quelque chose d’assez flagrant.

Lors de quatre de ses cinq premières saisons dans la LNH, le capitaine des «Pens» a dépassé le cap des 70 minutes de pénalité, en récoltant même 110 lors de son année recrue.

Depuis, l’emblématique gaucher n’a jamais passé plus de 47 minutes au cachot en une campagne.

Des regrets

À l’occasion d’un entretien avec Sportsnet, Crosby s’est ouvert sur la question, disant regretter amèrement le comportement qu’il a eu avec les officiels à ses premiers pas dans la LNH.

«J'étais tellement insupportable. Je regarde en arrière et je me sens si mal», a-t-il d’abord déclaré.

«Je pense que j'ai eu deux inconduites de 10 minutes à ma première saison! Je ne veux pas m’en servir comme excuse, mais je me rappelle que la pression et les attentes envers l’équipe et moi étaient énormes cette année-là.

«Nous étions censés gagner la coupe Stanley. Nous étions parmi les favoris pour cette saison, mais nous avons perdu nos neuf premiers matchs. C'était vraiment difficile pour moi.»

Et cette pression, clame Sidney Crosby, a ensuite énormément influencé sa façon de se comporter avec les officiels.

«Je pense que cette frustration s’est transposée sur les arbitres. C'était immature. Si je pouvais m'excuser auprès de chaque officiel, je le ferais sans hésiter.»