Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

«Former une paire avec lui, c’est incroyable» - Maxence Guénette

Publié | Mis à jour

Il n’y a pas que les espoirs du Canadien qui profitent de ce tournoi des recrues pour acquérir une bonne dose d’expérience. Chez les Sénateurs, Maxence Guénette a eu droit à tout un week-end.

Lors des affrontements contre les jeunes des Jets et contre ceux du Canadien, le défenseur des Foreurs de Val-d’Or a eu la chance d’être jumelé à Erik Brannstrom. Acquis dans la transaction ayant fait passer Mark Stone aux Golden Knights de Vegas, le Suédois est un jeune espoir sur qui les représentants de la capitale fédérale fondent beaucoup d’espoir.

«Former une paire avec lui, c’est incroyable. C’est un défenseur vraiment agile et intelligent. J’apprends beaucoup à pouvoir jouer avec un gars comme lui. J’en profite pour poser des questions», a indiqué Guénette, auteur de trois mentions d’assistance dans la rencontre de vendredi.

Manifestement, le défenseur québécois n’a pas raté sa chance. De plus, l’équipe ontarienne présente à Belleville regorgeait de recrues possédant une certaine expérience de la LNH. Pas moins de sept d’entre elles ont disputé au moins une rencontre, au cours de la dernière campagne, dans le circuit Bettman.

«Beaucoup de joueurs ont de l’expérience. Tu vois qu’ils sont ici pour jouer au hockey, qu’ils pensent business. Il faut apprendre le plus possible d’eux, garder ça simple et ne pas essayer de donner un spectacle», a indiqué le choix de septième tour des Sénateurs, en juin dernier.

D’ailleurs, noircir la feuille de pointage, c’est bien. Mais dans un tournoi des recrues, c’est loin d’être ce que les entraîneurs retiennent. Or, au-delà de ses points de vendredi, Guénette croit avoir bien répondu aux attentes.

«Je voulais d’abord être stable défensivement. Pour un défenseur, c’est difficile de s’adapter à un calibre comme celui-là quand on est jeune. Les gars sont gros, mais j’essaie de me servir de mon sens du hockey pour jouer contre eux», a-t-il mentionné.

«J’ai essayé de me concentrer sur les détails, ne pas faire d’erreurs et ne pas être trop stressé.»

Troisième saison à Val-d’Or

Âgé de 18 ans, l’athlète originaire de L’Ancienne-Lorette disputera une troisième saison avec les Foreurs. D’abord et avant tout, il souhaite afficher plus de constance, ce qui semble ne pas avoir fonctionné l’an dernier.

«J’ai connu une saison en dents de scie. Ça n’a pas été bon toute l’année», a admis Guénette, 57e espoir nord-américain sur la liste de la centrale de recrutement précédant le repêchage.

Plus il s’acquittera bien de sa tâche de général à la ligne bleue, plus il augmentera les chances des Foreurs, en reconstruction au cours des deux dernières campagnes, de gravir quelques échelons.

«On a eu deux années difficiles, alors que j’avais 16 et 17 ans. J’avais beaucoup de responsabilités pour un jeune. Par contre, ça m’a permis d’apprendre beaucoup plus que d’autres au même âge. C’est positif. On voit qu’on grimpe la pente au cours des années. On est rendus dans nos bonnes années.»

L’équipe abitibienne est loin d’aspirer aux grands honneurs. Toutefois, elle devrait être en mesure de se hisser en milieu de peloton de la LHJMQ.