Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Vitalii Abramov coule les recrues du CH

Publié | Mis à jour

On se demandait bien comment les espoirs du Canadien allaient réagir devant ceux des Sénateurs. Avec sept joueurs ayant disputé au moins un match dans la LNH, les petits Sens avaient rossé les jeunes Jets 8 à 1, vendredi soir.

Finalement, la troupe de Joël Bouchard s’est plutôt bien tirée d’affaire. Avec Ryan Peohling comme seul joueur ayant vécu l’expérience du circuit Bettman, les Montréalais ont baissé pavillon au compte de 4 à 2, samedi soir au CAA Arena de Belleville.

«C’est le jour et la nuit si on compare avec l’an passé. On a exécuté des jeux, on a raté des chances de marquer, des cages désertes, a lancé Bouchard, heureux du travail de ses hommes. J’ai aimé l’effort des gars et je considère qu’ils ont donné ce qu’ils avaient à donner.»

On comprendra qu’il s’agit du tout premier match d’un tournoi des recrues et qu’il ne faut pas nécessairement accorder une grande importance à la composition des trios. Toutefois, lorsque vous avez l’occasion de jouer sur la même unité que Poehling et Nick Suzuki, les deux plus beaux joyaux de la couronne bleu-blanc-rouge, il faut savoir la saisir.

Voilà précisément ce que Rafaël Harvey-Pinard a fait.

«J’ai respecté mon identité. J’ai travaillé fort, j’ai amené des rondelles au filet et une présence devant le but», a décrit Harvey-Pinard, sans être totalement satisfait de sa soirée.

«En général, je suis satisfait, mais je pense que je peux en donner encore plus. Je peux être meilleur», a-t-il soutenu.

Un but mérité

Bien que son trio était souvent opposé à celui d’Alex Formenton, Logan Brown et Drake Batherson, Harvey-Pinard n’a jamais paru intimidé.

«Je vous l’ai dit ce matin (samedi) qu’il savait jouer au hockey. Il en a vécu des gros matchs, a martelé Bouchard. Il a été bon dans toutes les situations.»

Le choix de septième tour du Canadien a démontré combativité, vitesse et intensité. Trois qualités qu’il a mises à profit sur le but qu’il a inscrit au cours du deuxième vingt. En fonçant dans l’enclave à partir du coin de la patinoire, le Jonquiérois s’est donné l’espace nécessaire pour déjouer Joey Daccord entre les jambières.

Un but un brin chanceux, mais résultant d’un bel effort.

«Je ne le connaissais pas du tout en arrivant au camp, mais j’ai vite compris que c’est un bon joueur. Il est combatif», a d’ailleurs déclaré Poehling à son égard.

Suzuki a également eu de bons mots pour celui qu’il a affronté dans le tournoi de la Coupe Memorial.

«C’est un gars qui chasse la rondelle de belle façon et il couvre toujours nos arrières. Avec Ryan et lui, ça s’est vraiment bien passé», a soutenu le numéro 14.

Primeau solide

La contribution du Québécois a toutefois été éclipsée par la soirée de travail de Vitaly Abramov. L’ancien joueur des Olympiques de Gatineau et des Tigres de Victoriaville a joué le rôle de poison pour le Canadien avec un tour du chapeau.

Toutefois, le Russe a été le seul à déjouer Cayden Primeau, l’autre but ayant été l’œuvre de Jonathan Aspirot dans un filet désert. Pour cette première soirée de travail avec l’écusson du Canadien sur la poitrine, l’Américain a stoppé 20 des 23 tirs auxquels il a fait face. Il a entre autres eu le meilleur lors d’une échappée de Nicholas Welch.

Le gardien de 20 ans s’est assuré de mettre à profit ses 6 pieds, 3 pouces et ses 198 livres en couvrant bien ses angles et en étant efficace dans ses déplacements. Son calme dans le demi-cercle est également exemplaire.

Des signes encourageants

Sur papier, les Sénateurs d’Ottawa ont la meilleure équipe au tournoi des recrues. Ils ont maintenant deux victoires en deux matchs contre les Jets et le Canadien. Mais il n’y a aucun trophée à gagner à cette compétition. Dans le camp du CH, Joël Bouchard a donné une bonne note à ses joueurs malgré un revers de 4 à 2. Parmi les plus méritants, il y avait deux choix de 7e tour au repêchage, Jake Evans et Rafaël Harvey-Pinard.

ILS SE SONT ILLUSTRÉS

► Jake Evans

Centre | Un centre responsable et intelligent. Evans a réussi une multitude de bons jeux même s’il se retrouvait souvent contre le trio de Logan Brown.

► Ryan Poehling

Centre | Il a un bon sens du jeu et une très bonne vision. Il a formé un bon trio avec Nick Suzuki et Rafaël Harvey-Pinard.

► R. Harvey-Pinard

Ailier gauche | Mario Pouliot le décrivait comme un travailleur acharné. L’entraîneur des Huskies avait raison. Harvey-Pinard a du talent, mais aussi du chien.

► Gianni Fairbrother

Défenseur | Pour un jeune défenseur de 18 ans, repêché au 3e tour cette année, Fairbrother a montré de belles qualités. Il était calme et il relançait bien le jeu.

ILS DEVRONT FAIRE PLUS

► Cole Fonstad

Ailier gauche | On s’attend à plus de cet attaquant doué sur le plan offensif et qui a reçu une invitation au camp estival d’Équipe Canada. Il a été invisible samedi.

► Otto Leskinen

Défenseur | Il aura besoin de temps pour s’adapter à la réalité du jeu nord-américain. C’était une première expérience assez pâle, mais c’était aussi prévisible.

► Allan McShane

Ailier gauche | Il est sorti de sa coquille dans les dernières secondes du match. À l’image de Fonstad, il aura intérêt à générer plus d’attaque.

► Josh Brook

Défenseur | Il cherchait probablement à trop en faire et il a fini par se perdre à quelques reprises. Il a commis un revirement bête sur le deuxième but d’Abramov.

-Blessé à la main droite à la suite d’une collision en toute fin de deuxième période, Ryan Poehling est demeuré dans le match. Cependant, il n’a effectué aucune mise en jeu en troisième période.