Crédit : AFP

Pool Pro

Pool: ces joueurs qui pourraient rapporter gros

TVA Sports

Publié | Mis à jour

Rarement les premiers choix d’un pool auront un effet direct sur le gagnant à la fin de la saison, car ce sont des choix, somme toute, évidents, où les poolers n’ont pas beaucoup de questions à se poser. En revanche, les choix de 10e, 15e ou 20e tours peuvent permettre à un participant de remporter les grands honneurs ou de subir les affres de la défaite.    

C’est pour cette raison que tout bon pooler se doit d’avoir en tête une liste de cartes cachées à sortir au bon moment.    

Voici quelques joueurs (en ordre alphabétique) qui, sélectionnés au bon moment, pourraient vous faire gagner votre pool.        

Attaquants 

Tyler Bertuzzi (Red Wings de Detroit)  

La progression de Bertuzzi est constante. L’an dernier, il a amassé 47 points en 73 matchs, mais a connu une fin de saison exceptionnelle grâce à 13 points en sept rencontres.    

En compagnie d’Anthony Manta et Dylan Larkin, Bertuzzi pourrait obtenir une part importante de la production offensive des jeunes Wings.    

Il pourrait être un vol en fin de repêchage.    

Oliver Bjorkstrand (Blue Jackets de Columbus)  

Bjorkstrand a trouvé le fond du filet à 23 reprises l’an dernier. Avec les nombreux départs à Columbus, dont Artemi Panarin et Matt Duchene, la voie sera libre pour le Danois pour tenter de surpasser sa marque.    

Bjorkstrand a trouvé le filet partout où il a passé. C’est un marqueur né.    

Pavel Buchnevich (Rangers de New York)  

Le Russe a terminé la dernière campagne avec 38 points en 64 matchs, obtenant du temps de jeu de qualité sur le premier trio.    

La venue de son compatriote Artemi Panarin pourrait augmenter sa production offensive de même que celle du plus récent choix de premier tour Kaapo Kakko.    

Ryan Donato (Wild du Minnesota)  

Après avoir été échangé par les Bruins dans la transaction qui a amené Charlie Coyle au Massachusetts, Donato a amassé 16 points en 22 matchs avec le Wild.    

Donato devrait obtenir du temps de jeu de qualité, notamment en raison des départs de Coyle, Nino Niederreiter et Mikael Granlund.    

Alex Galchenyuk (Penguins de Pittsburgh)    

Respirez par le nez!    

Avec les Coyotes, l’ancien attaquant des Canadiens a amassé 41 points en 72 parties en 2018-2019, dont plus de la moitié en avantage numérique.    

Maintenant avec les Penguins, Galchenyuk obtiendra probablement sa part de temps sur l’attaquant massive avec Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang.    

De plus, à forces égales, se retrouver avec Crosby, si jamais c’est le souhait de l’entraîneur Mike Sullivan, ce n’est jamais une mauvaise chose.    

Coyotes c. Canadiens
Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Nikita Gusev (Devils du New Jersey)  

Gusev a tout cassé dans la KHL l’an dernier avec 82 points en 62 matchs. Toutefois, la transition entre la KHL et la LNH peut être imprévisible.    

Les Devils ont pris un pari en lui accordant un contrat de deux ans et 9 millions $. Ça pourrait s’avérer un coup de circuit à la Evgeni Dadonov (Panthers) ou un retrait sur trois prises à la Vadim Shipachev (Golden Knights).    

Andreas Johnsson (Maple Leafs de Toronto)  

Le Suédois de 24 ans, qui a en poche un nouveau contrat de quatre ans, a eu sa part de succès lorsqu’il était jumelé à Auston Matthews.    

Sa récolte de 43 points en 73 rencontres pourrait être un plancher raisonnable s’il continue d’évoluer aux côtés du talentueux numéro 34.    

Nazem Kadri (Avalanche du Colorado)  

Au Colorado, Kadri n’aura plus à jouer les troisièmes violons comme il le faisait en compagnie d’Auston Matthews et John Tavares à Toronto. Il sera le deuxième joueur de centre derrière Gabriel Landeskog.    

Si le capitaine suédois devrait continuer d’évoluer en compagnie de Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen sur l’un des trios les plus dangereux de la LNH, Kadri aura pour responsabilité de permettre à la deuxième unité de produire. S’il se découvre une chimie instantanée avec un autre nouveau-venu, Andre Burakovsky, il pourrait obtenir plus que les 44 points de 2018-2019.    

De plus, il pourrait passer du temps sur la première vague d’avantage numérique en compagnie de Cale Makar et des trois joueurs du premier trio.    

Nazem Kadri
Crédit photo : AFP

Anthony Mantha (Red Wings de Detroit)  

Mantha devrait, selon toute vraisemblance, surpasser les 48 points qu’il a amassés en 2018-2019. En compagnie de Dylan Larkin et Tyler Bertuzzi, Mantha a fait la pluie et le beau temps en fin de campagne.    

S’il parvient à continuer sur cette lancée, il pourrait être un vol dans votre pool.    

Kyle Palmieri (Devils du New Jersey)  

Il n’y a rien de moins sexy que de choisir Kyle Palmieri dans un pool. Mais c’est exactement le genre de joueurs qui ont tendance à être ignoré ronde après ronde.    

Palmieri est un récent abonné aux saisons de 50 points. Avec l’attaque améliorée des Devils, son total pourrait être revu à la hausse.    

Sa sélection vous attirera probablement les moqueries de vos comparses et vous laissera probablement un goût amer dans la bouche après avoir prononcé son nom lors de l’avant-dernier tour de votre pool. Mais il devrait vous être utile... s’il reste en santé.    

Mats Zuccarello (Wild du Minnesota)  

Le Norvégien est un joueur que plusieurs poolers sous-estiment et qui a tendance à glisser dans un repêchage. En 2018-2019, il a été échangé, blessé et s’est prévalu de son droit à l’autonomie en acceptant un pacte avec le Wild. Au final, il n’a amassé que 40 points... en 48 parties! De plus, il a produit à une hauteur de 11 points en 13 duels en éliminatoires.    

Mais Zuccarello évoluera avec l’une des pires offensives de la LNH.    

Ne le prenez pas trop haut, mais s’il est disponible alors que les joueurs de 50 points se font rares, prenez une chance avec lui, il pourrait vous en donner 60... et même plus.    

Défenseurs 

Vince Dunn (Blues de St. Louis)  

Les Blues sont bien nantis à la défense, mais le jeune Dunn pourrait être celui qui héritera de l’avantage numérique dans un avenir pas si éloigné.    

Avec les Alex Pietrangelo, Colton Parayko et compagnie, la bataille pour obtenir du temps de jeu en supériorité numérique pourrait être rude, mais l’arrière de 21 ans devrait avoir sa part du gâteau.    

En 2018-2019, il a obtenu 35 points en 78 duels.    

Samuel Girard (Avalanche du Colorado)  

Avec le départ de Tyson Barrie vers Toronto, le Québécois obtiendra toutes les opportunités de se faire valoir.    

Tout comme Cale Makar, il devrait voir du temps de jeu sur l’avantage numérique. Et avec des joueurs comme Nathan MacKinnon, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen (si ce dernier obtient un nouveau contrat), les points pourraient s’accumuler pour le natif de Roberval.    

Crédit photo : AFP

Filip Hronek (Red Wings de Detroit)  

Le Tchèque a bien représenté son pays au dernier Championnat du monde de hockey et avait connu une bonne fin de saison avec les Wings l’an dernier.    

Il pourrait être une option viable sur l’avantage numérique en compagnie de Mike Green, si ce dernier reste en santé.    

À sa première saison dans la LNH, Hronek a tout de même amassé 23 points en 46 duels.    

Josh Morrissey (Jets de Winnipeg)  

Morrissey profitera du départ de Jacob Trouba vers New York et deviendra de facto le second derrière l’imposant Dustin Byfuglien.    

L'arrière a montré ce dont il est capable avec une surprenante récolte de 31 points en 59 matchs en 2018-2019. Le plafond est plutôt haut dans son cas.    

Gardiens de but 

Mackenzie Blackwood (Devils du New Jersey)  

Théoriquement, Cory Schneider est le gardien numéro un au New Jersey.    

Mais Blackwood a bien fait lorsqu’il a été appelé pour seconder Keith Kinkaid lorsque Schneider est tombé au combat. Au final, il a disputé 23 parties et conservé une moyenne de buts alloués de 2,61 avec un taux d’efficacité de ,918.    

De son côté, Schneider n’a remporté que six parties, conservant une moyenne de buts alloués de 3,06 et un taux d’efficacité de ,903.    

Juuse Saros (Predators de Nashville)  

Saros est l’héritier direct de Pekka Rinne et le jour approche où l’élève surpassera le maître. Rinne a encore un contrat de deux ans en poche, mais la transition s’opère.    

Toutefois, bien malin celui qui pourra prédire le moment exact où le changement de la garde arrivera. Mais, ça pourrait rapporter gros.