Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Les Carabins doivent retrouver leurs repères offensifs

Publié | Mis à jour

S’ils veulent conserver un dossier immaculé en cette saison, les Carabins de l’Université de Montréal devront trouver le moyen de vaincre l’équipe de football de l’Université McGill, samedi, au Stade Percival-Molson.

L’équipe anglophone a causé une certaine surprise en pulvérisant les Stingers de Concordia 40 à 14, la semaine dernière. À l’inverse, les Bleus ont eu toute la misère du monde à battre le Vert & Or de l’Université Sherbrooke au compte de 18 à 9.

C’est particulièrement à l’attaque que les Carabins connaissent des difficultés, eux qui n’ont inscrit qu’un seul touché offensif en deux parties.

«Chaque match représente un défi, a affirmé le receveur de passes Kevin Kaya. Nous devons cependant nous réveiller en attaque et ce sera notre objectif de la semaine. Nous voulons démontrer que nous sommes une attaque performante.»

L’entraîneur-chef Danny Maciocia aborde dans le même sens que son étudiant-athlète.

«Nous voulons être une attaque équilibrée, gagner la bataille des lignes de mêlée et avoir du succès avec notre jeu au sol, a dit le pilote de 52 ans. Nous voulons obtenir des deuxièmes essais avec quatre ou six verges à franchir. Nous devons également bien distribuer le ballon et ainsi impliquer tous nos receveurs de passes.»

«Dans la zone payante, nous devons aller chercher des points et je parle de touchés ici.»

Construire sur le positif

Les mauvaises langues diront qu’il n’y a pas grand-chose de positif à l’attaque chez les Carabins, mais ce n’est pas l’avis de l’entraîneur de la ligne offensive, Mathieu Pronovost.

«Nous sommes dans une ligue qui est plus compétitive que l’année dernière, mais ç’a revient toujours à être en mesure d’exécuter nos jeux, a-t-il attesté. Nous ne devons pas douter de ce que nous sommes capables de faire et changer ce que nous faisons depuis plusieurs semaines. Nous allons construire sur ce que nous avons bien fait et il faut que nous apprenions à moins nous tirer dans le pied. C’est arrivé beaucoup trop souvent.»

«Je ne sais pas trop pourquoi nous avons de la difficulté présentement en attaque, a pour sa part dit Kaya. Je vois cependant que nous avons été meilleurs au dernier match que lors de notre première partie. Nous allons poursuivre notre progression et ce sera de mieux en mieux dans les prochains matchs.»

«Nous allons l’emporter»

La tâche ne sera cependant pas évidente pour l’unité offensive, car la défensive de McGill est composée de nombreux vétérans, qui ont démontré de très belles choses contre les Stingers.

«McGill est probablement la défensive la plus expérimentée que nous allons affronter cette année, a exprimé le quart-arrière Dimitri Morand. Ce sont des gars qui jouent ensemble depuis longtemps et des vétérans. Nous prenons cela en compte, mais nous ne nous inquiétons pas et nous allons l’emporter.»

Le pivot devra d’ailleurs élever son niveau de jeu d’un cran, lui qui a complété 61% de ses passes pour 373 verges en deux rencontres. Morand croit que de simplifier les choses pourrait lui permettre de connaitre du succès en 2019.

«Nous devons revenir à la base. Nous devons nous concentrer sur nos responsabilités individuelles. Je pense que cela pourra nous permettre de nous aider collectivement. Personnellement, je ne dois pas essayer d’en faire trop.»