Tennis

Le clan Andreescu jubile encore

Publié | Mis à jour

Pour Sylvain Bruneau, il ne pouvait y avoir de meilleur scénario pour conclure les Internationaux des États-Unis.

L’entraîneur de l’Ontarienne Bianca Andreescu était encore sur un nuage, vendredi matin, quelques heures seulement après l’impressionnante performance de sa protégée contre la Suisse Belinda Bencic en demi-finales.

Faisant fi de la pression, la jeune sensation canadienne de 19 ans a réussi à combler un retard de 2-5 en remportant cinq jeux de suite en deuxième manche, filant ainsi vers la victoire.

«Dans les grands moments, elle a la qualité de hausser son niveau de jeu. Elle a réalisé des coups incroyables qui ont cassé son adversaire. Elle a joué du grand tennis en fin de match, après avoir été accrochée pendant une partie du duel.

«Bianca, c’est une bagarreuse, une guerrière, elle ne baisse jamais les bras. Elle est restée dans son match», a indiqué Bruneau en entrevue à l’émission Le Québec Matin sur les ondes de LCN. À voir dans la vidéo ci-dessus.

«Une finale de rêve»

Grâce à sa prestation inspirée, Andreescu a pris rendez-vous avec la toute-puissante Américaine Serena Williams en grande finale. Son entraîneur avoue que «c’est un gros mandat» qui l’attend.

«C’est la finale de rêve en ce qui me concerne, a lancé Bruneau. Je pense que c’est aussi le cas pour plusieurs personnes. Ça va être un super match samedi.»

D’un côté du terrain, il y aura une légende vivante du tennis féminin. De l’autre, LA joueuse émergente du circuit de la WTA en 2019. 

«Ce sera un match de contrastes entre une joueuse en quête de son 24e titre du Grand Chelem et une jeune étoile montante. Serena sera prête et appuyée par la foule. Bianca devra jouer un grand match, mais elle en est capable», a assuré Bruneau.

«On en a eu un avant-goût à la Coupe Rogers de Toronto, mais le match a malheureusement été de courte durée en raison de la blessure de Serena. Cette fois, elle va être survoltée par l’appui de la foule. Le stade va être extrêmement bruyant», a-t-il ajouté.

Nul doute que le public exultera davantage si Serena parvient à décrocher son 24e titre et qu’elle égale du même coup le record de tous les temps appartenant à Margaret Court.

Celle qui aura 38 ans le 26 septembre vise un septième trophée aux Internationaux des États-Unis, après 1999, 2002, 2008, 2012, 2013 et 2014.