JiC

La révolution Andreescu

Publié | Mis à jour

La Canadienne Bianca Andreescu tentera d’écrire une nouvelle page de l’histoire du tennis canadien, samedi en finale des Internationaux des États-Unis, mais son influence sur son sport ira sans doute plus loin que le nombre de trophées qu’elle remportera.

Selon Eugène Lapierre, vice-président de Tennis Canada, l’Ontarienne de 19 ans a développé une façon de jouer qui fera des petits. Et tout s’est mis en place lorsque Sylvain Bruneau est devenu son entraîneur.

«On a fait le bon choix de le mettre à temps plein comme entraîneur de Bianca», a révélé Lapierre, vendredi, en entrevue à «JiC».

Tennis Canada voyait tout le talent d’Andreescu, qui progressait déjà bien avant l’arrivée de Bruneau. Lorsque ce dernier est entré en poste, il a invité sa protégée à se servir de tous ses atouts, parce qu’elle en possède plus que la moyenne.

«Je parlais à Louis Borfiga (vice-président au développement de Tennis Canada) en début de saison, et il me disait "Bianca est en train de développer un nouveau style de jeu du côté du tennis professionnel féminin"», a raconté Lapierre.

«Là, on va voir des joueuses qui vont essayer de varier beaucoup plus, plutôt que de frapper la balle en fond de terrain, a-t-il poursuivi. On le voyait hier. Elle n'a peut-être pas joué son meilleur match, mais elle y allait avec des "slices", des amortis, des balles plus brossées pour reculer la joueuse. Elle a varié le rythme. Ça a un peu mélangé son adversaire, Belinda Bencic. Ça a réussi.»

En plus de tout ça, Andreescu possède «une force mentale incroyable», a observé Lapierre, qui a identifié quelques clés pour que l’Ontarienne réussisse à battre la grande Serena Williams en finale, samedi.

«Je pense que ça va se passer du côté de l'émotion et du début du match, a-t-il souligné. Si Bianca est capable de bien sortir et de rendre les échanges difficiles pour Serena, elle va lui rentrer dans la tête.»

Peu importe l’issue du match, Lapierre, comme le reste de Tennis Canada, voit grand pour Andreescu.

«On a probablement, avec Bianca Andreescu, une première mondiale en devenir, a-t-il lancé. Ça se peut que ce soit très bientôt. Et on va voir demain si on a une championne de grand chelem!»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.