Crédit : AFP

Tennis

La porte grande ouverte pour Rafael Nadal?

Publié | Mis à jour

Les 11 derniers tournois majeurs de l’ATP ont été remportés par l’un ou l’autre des membres du redoutable «Big Three» soit Novak Djokovic, Rafael Nadal ou Roger Federer. Dans un revirement de situation aussi improbable qu’inusité, il ne reste plus qu’un seul membre de ce triumvirat toujours en vie aux Internationaux des États-Unis.

Novak Djokovic a été contraint à l’abandon en raison d’une blessure lors du quatrième tour face à Stan Wawrinka tandis que Roger Federer s’est fait montrer la porte de sortie en quarts de finale, mardi soir dernier, face à Grigor Dimitrov.

C’est donc dire que Rafael Nadal est le seul membre du Big Three toujours debout, au sein d’un carré d’as complété par le surprenant Italien Matteo Berrettini, 24e joueur mondial, le flamboyant Russe et cinquième raquette au monde Daniil Medvedev ainsi que Dimitrov, joueur no 78 au monde.

Nadal se dirige-t-il donc vers un quatrième titre en carrière à Flushing Meadows ou assistera-t-on au premier Grand Chelem qui ne couronnera pas un membre du trio d’enfer depuis la victoire de Stanislas Wawrinka aux Internationaux des États-Unis de 2016 ?

Avant de penser à son quatrième sacre à New York, Nadal devra tout d’abord se débarrasser de Berrettini, un joueur qui ne faisait pas nécessairement partie des favoris des preneurs aux livres en début de compétition.

Si vous suivez religieusement la carrière de Félix Auger-Aliassime, le nom de Berrettini vous dit assurément quelque chose. C’est lui qui avait battu le Québécois en finale du tournoi de Stuttgart en juin dernier.

Mercredi, dans un duel chaudement disputé, il est venu à bout du coriace Gaël Monfils pour obtenir son billet pour le carré d’as. Une victoire en cinq manches 3-6, 6-3, 6-2, 3-6 et 7-6 (5).

«Berrettini connaît une bonne année et il a gagné de gros matchs pour se rendre en demi-finale. Tu ne peux pas t’attendre à des matchs faciles rendu à ce stade-ci. Je crois vraiment que si tu veux gagner un tournoi, tu dois battre de bons adversaires comme je l’ai fait avec Marin (Cilic) et Diego (Schwarztman). Je devrai offrir mon meilleur tennis.»

Respect

De son côté, l’Italien avoue être en confiance à l’heure actuelle, mais est également bien au fait de la tâche colossale qui l’attend face à un joueur pour qui il voue un énorme respect.

«C’est le plus grand battant de l’histoire de ce sport. Ce qu’il fait est incroyable et j’ai beaucoup d’admiration pour lui en raison de sa façon de se comporter sur le terrain. Son attitude frôle la perfection. Qu’il perde 5-0, il est toujours concentré et c’est quelque chose qui n’est pas facile à faire. Bravo à lui.»