Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Alouettes

Alouettes: attention aux Lions

Publié | Mis à jour

Les Alouettes entament leur deuxième moitié de saison avec un beau défi psychologique lors de la visite des Lions de la Colombie-Britannique, vendredi soir, au stade Percival-Molson.

Les Lions (1-9) ont le pire dossier de la Ligue canadienne de football malgré plusieurs éléments de qualité au sein de leur formation. Toutefois, pour une raison ou une autre, le gâteau n’a pas encore levé.

Et on ne sait pas encore si l’entraîneur-chef DeVone Claybrooks sera en mesure de remettre son équipe sur les rails.

Du côté des Alouettes (5-4), les joueurs de Khari Jones tenteront de ne pas sous-estimer leurs adversaires. Un danger lorsqu’une équipe a remporté ses deux derniers matchs et qu’elle connaît enfin du succès après plusieurs saisons de vache maigre.

«Il faut simplement jouer de la façon comme nous sommes capables de le faire. On affrontera une équipe désespérée, a indiqué Jones après le léger entraînement des siens jeudi. Nos joueurs sont détendus, mais il faudra demeurer disciplinés.»

«On doit continuer de jouer du football sans avoir peur de faire des erreurs.»

Les joueurs sont bien conscients de l’importance de cette rencontre et des pièges qu’ils doivent éviter contre les Lions.

«C’est toujours un risque de les sous-estimer en raison de leur mauvaise fiche, a mentionné le garde Kristian Matte. En même temps, ils n’ont pas été déclassés.»

De la pression

L’attaque des Alouettes devra connaître du succès lors de ses premières séquences sur le terrain avec un bon équilibre entre la course et la passe. Une recette avec laquelle ils ont été productifs depuis le début de la campagne.

Du même coup, ça réduirait les ardeurs des vétérans Odell Willis et Shawn Lemon. Ces deux chasseurs de quart, même s’ils sont rendus dans la trentaine, ont souvent connu de bons matchs contre la ligne offensive des Alouettes au cours de leur carrière.

«Ils sont capables d’aller chercher des sacs et d’être physiques, a affirmé Matte. Ce sont les deux meneurs de leur ligne défensive.»

«Il faudra limiter nos erreurs et utiliser nos techniques pour les contenir. Il ne faut pas oublier les tactiques de Claybrooks et de leur coordonnateur Rich Stubler qui vont tenter de semer la confusion au sein de notre attaque.»

Décisions rapides

Le quart-arrière Vernon Adams fils devra donc prendre des décisions rapides et efficaces derrière sa ligne de mêlée. De plus, s’il parvient à distribuer le ballon comme il l’a fait contre les Argonauts de Toronto à Moncton le 25 septembre, il pourra créer des brèches dans la défensive aérienne des Lions.

Adams fils pourra compter sur un William Stanback en pleine santé. Le porteur de ballon a joué lors du dernier duel contre Toronto, mais son rôle avait été limité. Contre les Lions, il aura la majorité des courses.

S’ils veulent signer un troisième gain consécutif, les Alouettes devront connaître un bon départ. Depuis quelques rencontres, ils ont tendance à laisser l’adversaire prendre le contrôle avant de se ressaisir en deuxième demie.

Meilleure première demie

«On veut bien jouer et ce fut un des éléments de mon message à mes joueurs cette semaine, a souligné Jones. Par contre, je veux aussi qu’on finisse le match en force.»

«Je ne sais pas comment expliquer nos départs plus lents. On a changé quelques petites choses à l’attaque et en défense. Je souhaite qu’on puisse mieux répondre lors de la première demie.»

Le cauchemar de Mike Reilly 

Lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, les Lions de la Colombie-Britannique ont frappé un grand coup en embauchant le quart-arrière Mike Reilly. Cependant, les résultats ne sont pas concluants.

Depuis son arrivée à Vancouver, Reilly ne casse rien avec une récolte de 2437 verges avec neuf touchés et 11 interceptions. Des statistiques qui sont très loin de ses standards habituels.

Il faut dire que sa ligne offensive ne l’aide pas beaucoup, car elle a accordé 43 sacs cette année. C’est ce qui arrive souvent lorsqu’une équipe décide d’investir 750 000 $ sur une masse salariale qui se situe entre 5 et 6 millions $. Elle n’a pas d’argent pour combler les trous à d’autres positions.

Malgré cela, Reilly sera à surveiller contre les Alouettes.

«On va approcher ce match comme tous les autres, a souligné Henoc Muamba. On va se concentrer sur notre tâche plus que celle de nos adversaires. Je l’ai répété à mes coéquipiers cette semaine lors des entraînements.»

«À ce stade-ci de la saison, les fiches ne veulent rien dire. Même s’ils en ont une mauvaise, ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas une bonne équipe.»

Levels s’en promet

Pour Patrick Levels, ce match aura une saveur particulière. Il affrontera celui qui était son coordonnateur défensif avec les Stampeders de Calgary, DeVone Claybrooks.

«Je crois que j’ai certaines choses à lui prouver, a mentionné Levels. Lorsqu’il est devenu entraîneur-chef des Lions, il n’a pas démontré d’intérêt à mon endroit.»

«Je vais m’arranger pour lui remémorer. Par exemple, si je réussis une interception, je pourrais bien lui remettre le ballon.»

Le produit de l’Université Baylor est bien conscient qu’il devra contenir ses émotions. S’il commet des erreurs de jugement, il pourrait placer son équipe dans le pétrin. On peut être assurés que son entraîneur le mettra en garde avant de sauter sur le terrain.

Le duel sous la loupe

-Bowman va égaler Cahoon

John Bowman disputera un 224e match en carrière avec les Alouettes vendredi soir. Du même coup, il va égaler Ben Cahoon au quatrième rang de l’histoire de la formation montréalaise.

-Lewis en feu

Le receveur des Alouettes Eugene Lewis a été l’un des facteurs importants dans les deux dernières victoires de son équipe. Il a capté 13 passes pour un total de 200 verges et deux touchés.

-Trouver une façon de gagner

Malgré sa fiche de 5-1 comme partant, Vernon Adams fils ne livre pas toujours de grandes performances. Le quart des Alouettes est un peu brouillon avec de mauvaises prises de décision. Toutefois, malgré ses embûches, il permet aux Montréalais d’avoir une chance de gagner chaque match par son leadership et son désir de vaincre. Ça fait très longtemps qu’on n’a pas été témoin de cela chez un quart des Alouettes.

-43

S’il y a une faiblesse chez les Lions que la défense des Alouettes devra exploiter vendredi soir, c’est la ligne offensive. Depuis le début de la saison, elle a accordé 43 sacs du quart et elle est en bonne voie d’établir un record de concession. Ce n’est pas pour rien que son responsable, Bryan Chiu, a été congédié plus tôt cette semaine.

-20 000

Depuis le début de la saison, les Alouettes n’ont pas encore atteint le plateau de 20 000 spectateurs pour l’une de leurs rencontres locales. Avec les récentes performances des Moineaux, les amateurs ont de moins en moins de raisons de ne pas se présenter au stade Percival-Molson.