Crédit : AFP

Boxe

Anthony Joshua y va d'une audacieuse promesse

AFP

Publié | Mis à jour

Le Britannique Anthony Joshua a affirmé avoir opéré «des changements drastiques» et promis d'être «plus malin» lors de sa revanche contre l'Américain Andy Ruiz, qui l'a dépossédé à la surprise générale de ses titres WBA, IBF et WBO des poids lourds en juin.

Les deux boxeurs vont se retrouver sur le ring le 7 décembre à Diriyah, une petite ville d'Arabie Saoudite. Un lieu inédit, bien loin du clinquant du Madison Square Garden de New York où Joshua était tombé de très haut, arrêté par l'arbitre après sept rounds face à Ruiz, cet outsider mésestimé de tous et même moqué pour son embonpoint d'alors.

«Il n'y aura pas de répétition de scénario du premier combat. Je vais être plus malin. Avoir été envoyé au tapis a été une bonne chose», a assuré Joshua à l'AFP.

«Je ne dirais pas qu'on va voir un nouveau Joshua - je sais que ce que je faisais avant fonctionnait bien -, en revanche je dois juste modifier certaines choses et ça devrait être parfait. Perdre accélère ce processus», a-t-il ajouté.

Si le Britannique de 29 ans, champion olympique en 2012 à Londres, compte peu bouleverser sa boxe, il dit avoir par contre «opéré des changements drastiques dans (sa) vie et la façon dont (il) la menait».

«Je me suis recentré sur ma famille, mes proches, sur ce qui est important. Je dois comprendre qu'il faut que je devienne un athlète de très haut niveau. La boxe a toujours été la partie facile pour moi. C'était bien plus compliqué dans ma vie», a expliqué Joshua, évoquant des «distractions».

Malgré la controverse suscitée par son annonce, le combat Joshua-Ruiz II aura bien lieu en Arabie Saoudite, pays qui ouvre ses portes à de plus en plus d'évènements sportifs internationaux.

Un choix vertement critiqué par Amnesty International, évoquant un record de violations des droits de l'homme, l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, et la guerre menée par ce pays au Yémen.

«J'en ai entendu parler (des droits de l'homme) depuis l'annonce du combat, c'est un sujet qui fait débat, mais c'est une bonne chose que nous en parlions et qu'ils fassent ce qu'il faut pour apporter un changement», a estimé le Britannique.