TOPSHOT-AUTO-PRIX-F1-BEL-PRACTICE

Crédit : AFP

F1

À Leclerc de combler les tifosi

Publié | Mis à jour

Après être devenu, la semaine dernière en Belgique, le 108e pilote de l’histoire à remporter une épreuve de Formule 1, Charles Leclerc souhaite maintenant procurer à Ferrari une première victoire sur ses terres à Monza depuis 2010.

S’il a pu contrer la menace de Lewis Hamilton en fin de course à Spa-Francorchamps, il devra en faire tout autant dimanche à l’occasion d’un Grand Prix d’Italie qui s’est avéré un véritable terrain de jeu pour l’écurie Mercedes au fil des ans avec cinq succès consécutifs.

Le Monégasque de 21 ans ne demanderait rien de mieux que de monter sur la première marche du podium devant un public conquis d’avance. Aucun pilote de la Scuderia n’a gagné cette épreuve depuis Fernando Alonso il y a neuf ans.

Premier doublé depuis 2018 ?

«On espère inscrire le doublé, a dit Leclerc jeudi, mais il faudra se méfier des Mercedes. J’ai réalisé un rêve de jeunesse en gagnant pour la première fois, mais ça doit continuer. Monza me paraît l’endroit idéal pour poursuivre dans la même veine.»

«L’attente des tifosi [partisans italiens] a assez duré, a-t-il poursuivi, quoique pour les combler, il faudra tout faire à la perfection comme en Belgique.»

Sebastian Vettel est le dernier pilote à avoir signé deux victoires consécutives au volant d’une Ferrari. C’était en Australie et à Bahreïn, en lever de rideau de la saison 2018.

Pour dépasser Schumacher

Hamilton, lui, est bien installé en tête du championnat avec une priorité de 65 points sur son coéquipier Valtteri Bottas. Un sixième titre est à sa portée cette saison, ce qui le rapprocherait à un seul du record de sept détenu par Michael Schumacher.

Le Britannique a déjà battu ou égalé plusieurs marques du Kaiser et il pourrait en effacer une autre ce dimanche s’il remporte le Grand Prix d’Italie. Schumacher et Hamilton ont gagné cette course à cinq reprises.

Stroll à l’aise à Monza

Autant Lance Stroll n’a jamais aimé rouler à Spa-Francorchamps, autant il adore le circuit de Monza. C’est d’ailleurs le seul endroit depuis le début de sa carrière en F1 où il est parvenu à atteindre non seulement la dernière ronde (Q3) des qualifications, mais aussi à inscrire des points en deux participations.

«J’aime cette piste, a indiqué le pilote québécois jeudi, qui me rappelle mes belles années en F3. L’ambiance y est exceptionnelle et c’est plaisant d’attaquer les portions rapides du circuit quand la voiture est performante.»