Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Impact

Une pause salutaire

Publié | Mis à jour

Les joueurs de l’Impact vont retrouver le gazon du Centre Nutrilait jeudi matin après avoir passé le début de la semaine en congé et ils en ont eu bien besoin.

«Les trois journées de congé nous ont permis de nous vider la tête et de prendre une pause du chaos», a convenu Shamit Shome.

«Ça nous permet aussi de réfléchir à ce que nous devons faire individuellement et collectivement afin d’améliorer la situation», a ajouté le milieu de terrain albertain.

Evan Bush a quant à lui passé un peu de temps en famille, histoire de faire le vide.

«J’ai pu passer du temps avec ma famille et mes enfants avant qu’ils retournent à l’école.»

«Ça nous permet aussi de recharger nos batteries avant d’entamer la dernière étape de la saison.»

Travail de fond

Le congédiement de Rémi Garde, suivi de l’arrivée de Wilmer Cabrera, il y a deux semaines, tombait mal dans le calendrier de l’Impact. L’équipe se préparait à une séquence de trois matchs en huit jours et le manque de préparation a eu son effet sur le terrain avec une fiche d’une victoire et deux défaites.

«On a eu une seule vraie séance pour essayer de mettre des idées en place, puis on attaquait trois matchs en huit jours», a expliqué l’adjoint Patrice Bernier.

«Là, Wilmer va avoir du temps pour récupérer des gars qui avaient peut-être des petits bobos et pour mettre des choses au clair.»

Les joueurs avouent que ça n’a pas été facile d’établir un réel contact au cours des deux dernières semaines.

«Il manquait toujours trois ou quatre gars qui étaient en traitement. Avoir une semaine et demie pour travailler va nous faire du bien, même sans les joueurs absents qui sont en équipe nationale», a soutenu Bush.

«On espère que ça va donner le ton pour le prochain mois parce qu’il nous reste quatre matchs de ligue et les deux matchs de la finale du Championnat canadien. Il y a encore beaucoup de belles occasions devant nous.»

Par position

Selon ce qu’a avancé Patrice Bernier, Cabrera va avoir le temps de s’adresser à tous les joueurs selon leur position.

«Il va pouvoir travailler par groupe de position et leur expliquer ce qu’il recherche pour que les joueurs puissent l’exécuter.

«S’ils ont quelque chose de cohérent, c’est plus facile de réagir sur le terrain, on veut mettre des bases pour affronter les moments creux d’un match.»

L’ancien no 8 a rappelé que tout le monde tirait dans la même direction et qu’il ne fallait pas penser que les joueurs s’en balancent : «Ils ont la volonté et la détermination, même si les résultats ne sont pas toujours là pour le démontrer.»