Cyclisme

Une loyauté payante pour Hugo Houle

Publié | Mis à jour

Le cycliste québécois Hugo Houle est reconnu pour sa loyauté et son équipe Astana lui a rendu la pareille en lui offrant un nouveau contrat de trois ans.

De passage dans la métropole québécoise mercredi afin de promouvoir les prochains Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, qui auront lieu les 13 et 15 septembre respectivement, Houle était tout sourire au moment de partager la nouvelle.

Les Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal, prévus les 13 et 15 septembre, seront diffusés sur les ondes de la chaîne TVA Sports.

«Je suis vraiment content de continuer l’aventure, a indiqué l’athlète de 28 ans lors d’une entrevue réalisée au sommet du mont Royal. Cette équipe m’a permis de progresser et d’atteindre un autre niveau avec la confiance qu’elle m’a démontrée. Elle m'a permis de mieux comprendre les courses, mieux m’entraîner.»

Son bon travail effectué lors de sa première participation au prestigieux Tour de France, en juillet dernier, n’a fait que cimenter sa place chez Astana. Les deux parties en étaient alors à négocier la durée de l’entente. Gage de satisfaction du boulot accompli: un contrat de trois ans, c’est plutôt long dans le monde du cyclisme.

«Hugo est un cycliste d’équipe de grande valeur, toujours loyal, et prêt à faire de son mieux pour aider le leader, a souligné le directeur général d’Astana, Alexandr Vinokourov, dans un communiqué transmis mercredi. Nous l’avons vu travailler fort pour ses coéquipiers Jakob Fuglsang et Alexey Lutsenko. Hugo est un gars sur qui vous pouvez compter, peu importe le type d’épreuve.»

Les bons mots de Fuglsang

Jouant un rôle de «lieutenant» chez la formation kazakhe, Houle facilite la tâche des leaders pour qu'ils soient bien placés. Son dévouement auprès du cycliste danois Fuglsang n’est certainement pas étranger à ce nouveau contrat.

«Je suis près de Jakob Fuglsang, c’est un de mes bons amis chez Astana et c’est certain qu’un leader comme lui a un gros mot à dire sur les cyclistes qu’il veut avec lui lors des différentes courses, a expliqué Houle. Et lorsqu’il négocie son contrat à son tour, il peut mettre de la pression pour s’assurer que je reste à ses côtés. Ça fait aussi son poids dans les négociations de savoir qu’un leader tient absolument à toi.»

Fuglsang, qui dispute présentement le Tour d’Espagne plutôt que de voyager au Québec, a justement décroché une nouvelle entente de deux ans avec Astana au cours des dernières semaines.

«Quand tu roules toute la journée dans le peloton, les gars autour te regardent et savent si t'es loyal, si t’es fort, si tu fais ta "job" et si tu es intelligent, a repris l’athlète originaire de Sainte-Perpétue, dans la région du Centre-du-Québec. Ça reste et quand tu arrives pour négocier ton contrat, c’est beaucoup plus simple. Ça se parle à l’interne. Tu fais ton nom en fonction de tes performances et c’est très très bien vu d’être loyal et qu’un leader te respecte.»

«Si Jakob dit être certain que je vais rouler pour lui et que je ne vais pas prendre les échappées pour essayer de gagner une étape, il va dire au "boss" qu’il a besoin de moi», a-t-il ajouté.

Une famille

Cette loyauté de Houle a évidemment été remarquée par d’autres cyclistes et par certaines autres formations au cours des dernières années. Il y avait d’ailleurs de l’intérêt pour le Québécois auprès de différentes équipes en vue de son prochain contrat. Loyal sur son vélo comme à l’extérieur des courses, Houle a toutefois choisi de rester.

«C’est une belle équipe, c’est familial, a ajouté Houle, à propos d’Astana. Parfois, certains ont des préjugés. C’est une équipe kazakhe, on pense que les dirigeants vont être raides, mais en fait, ils sont comme les Québécois. Ils sont super gentils, des gars de famille. J’ai toujours été accueilli de très belle façon.»