GEN-RETOUR DE LAURENT DUVERNAY-TARDIF

Crédit : Dario Ayala / Agence QMI

JiC

Affronter les Jaguars pour exorciser les démons

Publié | Mis à jour

Le premier match de la saison des Chiefs de Kansas City, dimanche prochain à Jacksonville, aura une signification très particulière pour le Québécois Laurent Duvernay-Tardif.

C’est contre les Jaguars, en octobre dernier, que le joueur de ligne offensive des Chiefs a subi la blessure au genou gauche qui a mis fin à sa saison. Cette rencontre sera donc un défi autant sportif que mental pour l’athlète de 28 ans.

«Défensivement, c'est une équipe qui est composée de joueurs d'exception», a-t-il d’abord indiqué au sujet des Jaguars, mardi, en entrevue à «JiC».

«Il faut rester méfiants et ne pas arriver là-bas trop confiants, parce que c'est une équipe qui a le potentiel pour surprendre», a-t-il également mentionné.

«L'année dernière, on avait joué contre eux et on avait très bien fait, c'est la partie durant laquelle je m'étais blessé, mais je retourne là-bas cette année et ce match-là va revêtir une importance encore plus capitale pour moi», a-t-il avoué.

Le colosse québécois, qui avait failli revenir au jeu en janvier durant les éliminatoires, assure d’ailleurs que cette blessure est bel et bien derrière lui.

«Je pense que mon camp de printemps, d'été et le camp d'entraînement qu'on vient tout juste d'achever ont été une opportunité pour moi de reprendre ma place dans l'alignement partant et de mesurer la compétition qui est présente au sein de l'équipe, parce qu'on a beaucoup de joueurs de talent sur la ligne offensive cette année, a-t-il expliqué. Je pense que ça s'est bien passé, j'ai bien progressé et je regarde d'un bon oeil le début de la saison 2019.»

Duvernay-Tardif, qui est médecin de formation, a fait le nécessaire pour mettre toutes les chances de son côté.

«Ça ne va pas durer pour l'éternité, une carrière dans la NFL, donc c'est important d'en profiter le plus possible (...) de donner tout ce qu'on a et de s'assurer qu'on n’ait aucun regret peu importe ce qu'il adviendra du match, de la saison ou de la carrière.»

Du potentiel

Comme l’an dernier, les Chiefs seront sans doute l’une des meilleures formations de la NFL. Plusieurs observateurs les voient même atteindre le Super Bowl en février prochain.

«Le 2 février, c'est en 2020, a tempéré Duvernay-Tardif. Je pense que pour l'instant, il faut se concentrer sur le match qui vient dimanche. Il y a beaucoup de pression et de regards qui sont tournés vers Kansas City, cela dit, en tant qu'athlète professionnel, c'est ton devoir d'être capable de gérer ce genre de pression là.»

Le quart-arrière Pat Mahomes sera l’un des points de mire de cette équipe et Duvernay-Tardif est convaincu que le joueur de 23 ans, qu’il qualifie d’«incroyable», continuera à en mettre plein la vue.

«C'est un gars qui veut s'améliorer, qui n'a pas peur d'être très critique à l'endroit de son jeu, de continuer à regarder des vidéos et continuer à essayer de comprendre des stratégies défensives pour perfectionner son jeu, a-t-il expliqué. Donc moi, je m'attends à de grandes choses de Pat cette année.»

«C'est sûr, aussi, qu'avec un entraîneur comme Andy Reid, pour trouver des nouvelles stratégies et nouveaux jeux offensifs pour le mettre en valeur, je pense qu'il n'y a pas meilleur que lui dans la NFL pour le faire», a-t-il ajouté.

Un compatriote

Au plan personnel, c’est avec une grande joie que Duvernay-Tardif a appris que son coéquipier franco-ontarien Ryan Hunter allait être de la formation partante, cette année. Les deux hommes s’apprécient beaucoup.

«C'est sûr qu'étant les deux seuls Canadiens au sein de l'équipe, il y a une connexion et une chimie qui s'est créée dès le début, a-t-il indiqué. Je l'ai invité chez moi pendant un mois, l'année dernière, après le camp d'entraînement, donc on est très proches, et c'est sûr que j'étais hyper content pour lui.»

«Sasha (Ghavami), qui est mon meilleur ami et mon agent, le représente également, donc on a vécu de super beaux moments en fin de semaine, Sasha, moi et lui, quand on a appris qu'il faisait l'équipe», a-t-il révélé.

******************************************

Le médecin n’est jamais bien loin

Laurent Duvernay-Tardif en un cas particulier dans la NFL en raison de sa formation de médecin. Conscient de sa position, il n’hésite pas à user de son expertise pour contribuer à amoindrir les risques de blessures dans ce sport très exigeant physiquement.

«Le football est un sport de contact, il y a des risques et ce qu'il y a de plus important, c'est de les comprendre et de les accepter d'une certaine façon», a-t-il expliqué.

«Avec mon expertise médicale, j'essaie d'être tourné davantage vers ce que je peux faire pour aider la ligue, les joueurs, et c'est pour ça que je m'implique avec différents comités, comme le comité de santé et de sécurité de l'Association des joueurs», a également souligné le Québécois.

Les commotions cérébrales demeurent d’ailleurs un problème dans le football professionnel et Duvernay-Tardif essaie de faire sa part pour l’endiguer autant que possible.

«Je travaille en partenariat avec différentes entreprises qui conceptualisent et développent des "sensors" pour mettre dans les casques des joueurs pour mieux mesurer les divers impacts, a-t-il révélé. J'essaie d'être optimiste et tourné vers l'avenir. C'est sûr qu'on ne pourra jamais faire du football un sport 100% sécuritaire, mais j'ose croire que je peux peut-être contribuer à améliorer un peu (la situation).»