JiC

Des offres hostiles en octobre?

Des offres hostiles en octobre?

Renaud Lavoie

Publié 02 septembre
Mis à jour 02 septembre

L’été se termine et on se retrouve devant une situation assez unique avec un nombre considérable de joueurs autonomes avec compensation qui sont sans contrat.

Il y a deux mois, on était plusieurs à penser que Mitch Marner était assuré de recevoir une offre hostile de la part d’une autre équipe, mais c’est plutôt Sebastian Aho des Hurricanes qui en a reçu une des Canadiens.

Avec les camps d’entraînement qui commencent dans moins de deux semaines, est-ce qu’il faut s’attendre à ce que tous les dossiers se règlent rapidement? Pas nécessairement.

Une longue liste

Voici les meilleurs joueurs autonomes avec compensation qui attendent toujours de signer un nouveau contrat : Brock Boeser des Canucks, Kyle Connor et Patrik Laine des Jets, Mitch Marner des Maple Leafs, Brayden Point du Lightning, Mikko Rantanen de l’Avalanche, Matthew Tkachuk des Flames, Ivan Provorov des Flyers et Charlie McAvoy des Bruins.

Ce sont tous des joueurs qui n’ont pas l’intention d’accepter des contrats de transition et ils veulent forcer la main de leur équipe respective afin de toucher le plus d’argent possible.

Évidemment que l’idéal pour eux serait que quelqu’un imite les Canadiens et leur fasse une offre hostile, comme ce fut le cas pour Sebastian Aho.

Est-il trop tard?

La réponse à la question est non, mais je dirais qu’il est peut-être trop tôt.

Il y a une règle dans la convention collective qui permet aux équipes de dépasser le plafond salarial de 10% durant la saison morte. Cette règle se terminera début octobre alors que les équipes doivent avoir une masse salariale maximum de 81,5 millions $ pour la saison 2019-2020.

Alors quelle sera la meilleure façon de faire une offre hostile à un joueur tout en s’assurant que l’équipe qui détient les droits dudit joueur ne soit pas en mesure d’égaler l’offre? Il faut attendre le début de la saison.

Prenons l’exemple des Maple Leafs, du Lightning, des Jets ou des Bruins qui veulent mettre sous contrat leurs jeunes joueurs, mais qui ont des contraintes majeures lorsqu’on pense au plafond salarial.

Imaginons qu’une équipe offre un contrat de sept ans, d’une valeur annuelle moyenne de 12 millions $, à Mitch Marner, Patrik Laine ou Brayden Point. Les Maple Leafs, les Jets et le Lightning auraient une semaine pour égaler l’offre, donc une semaine pour échanger quelques joueurs afin de ne pas perdre leur jeune vedette. Ce serait une situation intenable pour ces équipes, qui auraient peu de pouvoir de négociation pour faire une transaction avec une autre formation.

Nous n'avons presque jamais vu une équipe soumettre une offre hostile durant la saison. C'est arrivé avec Ryan O'Reilly en 2012-2013 et Sergei Fedorov en 1997-1998. Dites-vous que quelques équipes étudient la possibilité d’emprunter cette avenue, mais on verra si un propriétaire aura le courage de le faire.

Une chose est certaine : une équipe peut complètement transformer sa formation en mettant la main sur un jeune joueur vedette et, dans le contexte actuel, il vaut mieux attendre encore quelques semaines.