Crédit : AFP

NFL

NFL: survol des équipes de l'Association nationale

Publié | Mis à jour

Le «Journal de Québec» a évalué les différentes équipes de la NFL en vue de la prochaine saison. Voici les formations de l’Association nationale.

Section Ouest

Difficile de voir comment les Rams pourraient être délogés de leur piédestal, même si les Seahawks ont montré des signes fort encourageants la saison dernière et que les 49ers sont considérés par plusieurs comme des candidats pour causer une surprise. Quant aux Cardinals, l’influx de jeunesse ramènera du lustre autour de l’équipe, qui aura toutefois encore des croûtes à manger.

Rams de Los Angeles

  • Fiche en 2018 : 13-3, champions de section, finalistes au Super Bowl
  • Prédiction pour 2019 : 11-5
  • Champions de section, séries

Plusieurs joueurs ont quitté le navire au terme de la dernière saison couronnée de succès, mais le noyau de l’équipe demeure à peu près intact.

C’est sur la ligne offensive où les changements pourraient faire mal, avec la perte de Rodger Saffold et John Sullivan, remplacés par deux choix au repêchage de l’an dernier qui n’ont pas encore prouvé leur valeur.

Le mystère de l’état du genou de Todd Gurley demeure entier, mais les Rams sont bien protégés par la sélection du porteur Darrell Henderson, en troisième ronde. Le receveur Cooper Kupp sera de retour et sa vitesse sera la bienvenue.

En défensive, le vétéran Clay Matthews stagnait à Green Bay, mais il aura le luxe de pourchasser le quart à volonté sous la férule de Wade Phillips, pour qui les secondeurs à l’extérieur sont d’une importance capitale.

326 : C’est le nombre de fois en moyenne que Todd Gurley a touché au ballon dans les trois dernières saisons.

  • Additions clés : Clay Matthews (secondeur), Eric Weddle (maraudeur)
  • Recrue à surveiller : Darrell Henderson est un porteur capable du coup de circuit à chaque course. Sa production à Memphis a été monstrueuse avec une moyenne de 8,9 verges par course la saison dernière.
  • Départs clés : Rodger Saffold (garde), John Sullivan (centre), CJ Anderson (porteur), Ndamukong Suh (plaqueur), Mark Barron (secondeur), Lamarcus Joyner (maraudeur)

49ers de San Francisco

  • Fiche en 2018 : 4-12, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 8-8

La légende de Jimmy bat toujours son plein, même si le quart-arrière à la gueule hollywoodienne n’a joué que trois matchs la saison dernière avant qu’une blessure au genou ne mette fin à sa saison. Le fait est que quand Garoppolo est le partant en fonction depuis son arrivée tardive en 2017, l’équipe est 6-2. Sinon, l’équipe est 4-18. Tout un contraste!

Les Niners ont assurément besoin d’un quart fonctionnel pour tirer la locomotive, mais le noyau en place a de quoi séduire. Plusieurs jeunes receveurs sont explosifs, les porteurs Tevin Coleman et Matt Breida sont dynamiques et le front défensif semble solide pour les années à venir. L’ajout de Nick Bosa au deuxième rang du repêchage promet un ailier défensif d’un rare talent. Une autre année d’attente pour les séries, mais tout près du but...

Les 49ers ont forcé uniquement sept revirements la saison dernière, soit quatre de moins que la précédente marque de médiocrité dans l’histoire.

  • Additions clés : Tevin Coleman (porteur), Dee Ford (ailier défensif), Kwon Alexander (secondeur), Jason Verrett (demi de coin)
  • Recrue à surveiller : Le receveur Deebo Samuel excelle pour les gains après réception, ce qui donne toujours un spectacle captivant. Il jouera tout de suite un rôle clé.
  • Départs clés : Cassius Marsh (ailier défensif)

Seahawks de Seattle

  • Fiche en 2018 : 10-6, séries
  • Prédiction pour 2019 : 8-8

Après une saison remplie de promesses lors de laquelle les Seahawks ont causé une belle surprise en se qualifiant pour les séries, les mois qui ont suivi ont donné lieu à plusieurs décisions qui suscitent le doute.

Sur la ligne offensive, laisser filer JR Sweezy pour le remplacer par Mike Iupati n’a rien de convaincant, même si l’unité demeure de bonne qualité. La retraite du receveur Doug Baldwin, un leader respecté de l’équipe, fait très mal, même si les Seahawks n’y pouvaient rien.

C’est défensivement que ça frappe avec le départ du productif ailier Frank Clark. Ziggy Ansah s’amène, mais traîne un historique de fragilité. L’ajout tardif de Jadeveon Clowney est toutefois un geste fort... s’il demeure en santé! Dans la tertiaire, Justin Coleman excellait à l’intérieur et Earl Thomas était un guerrier.

Il ne reste plus que quatre partants de la dernière présence au Super Bowl des Seahawks il y a quatre ans qui sont encore avec l’équipe.

  • Additions clés : Mike Iupati (garde), Ziggy Ansah (ailier défensif), Jadeveon Clowney (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Le receveur DK Metcalf, choix de deuxième ronde, devra prouver qu’il a plus qu’un physique monstrueux et la vitesse de l’éclair. Il aura beaucoup de temps de jeu.
  • Départs clés : Doug Baldwin (receveur), JR Sweezy (garde), Frank Clark (ailier défensif), Earl Thomas (maraudeur), Justin Coleman (demi de coin)

Cardinals, Arizona

  • Fiche en 2018 : 3-13, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 4-12

Difficile de dire si les Cardinals seront largement supérieurs à leurs tristes résultats de 2018 ou s’ils devront passer par une inévitable période d’ajustements avec leurs jeunes loups. Ce qui est sûr, c’est que l’équipe présentera un visage totalement différent.

Leur présent et leur avenir passe par le nouvel entraîneur-chef Kliff Kingsbury et le quart-arrière recrue Kyler Murray.

Kingsbury s’est forgé une réputation enviable à titre de gourou offensif sur la scène universitaire, mais de nombreuses transitions du genre dans la NFL se sont révélées ardues. Murray a pour sa part les traits d’un athlète électrisant qui est familier avec le système de Kingsbury, mais son petit gabarit pourrait lui nuire.

Les Cards devront aussi relancer le dynamo David Johnson après une saison à oublier au sol. Pas évident derrière une ligne offensive qui a mal paru. En défensive, quelques bons vétérans s’amènent et le portrait devrait s’améliorer.

  • Additions clés : Michael Crabtree (receveur), Marcus Gilbert (bloqueur), JR Sweezy (garde), Charles Clay (ailier rapproché), Terrell Suggs (ailier/secondeur), Jordan Hicks (secondeur)
  • Recrue à surveiller : En 2e et en 4e rondes, les Cards ont opté pour des receveurs différents, Andy Isabella, un petit missile, et Hakeem Butler, une énorme cible.
  • Départs clés : Josh Rosen (quart-arrière), Mike Iupati (garde), Deone Bucannon (secondeur), Antoine Bethea (maraudeur)

Lorsqu’il captera sa 23e passe cette saison, Larry Fitzgerald atteindra le deuxième rang dans l’histoire avec 1326 réceptions, devant Tony Gonzalez et derrière Jerry Rice.

Section Est

Depuis 2005, c’est devenu la coutume. Jamais le champion en titre de la section Est n’a été en mesure de défendre avec succès la saison suivante. Les Cowboys ont un noyau assez costaud pour y parvenir, mais les Eagles misent sur une équipe redoutable. Le portrait semble plus corsé chez les Giants et les Redskins, où de jeunes quarts-arrière pourraient brouiller les cartes.

Eagles de Philadelphie

  • Fiche en 2018 : 9-7, séries)
  • Prédiction pour 2019 : 12-4
  • Champions de section, séries

Les Eagles pourraient être de retour à leurs plus beaux jours après leur dernière saison en dents de scie. Carson Wentz devrait retrouver sa fougue habituelle, lui qui se remettait d’une sérieuse blessure au genou il y a un an.

On oublie vite qu’en 2017, Wentz était tout feu tout flamme avant de tomber au combat. Il se battra cette saison pour le titre de joueur le plus utile, tout simplement.

Autre facteur qui aidera la cause des Eagles : le retour d’un véritable jeu au sol. L’acquisition de Jordan Howard (Bears) donne un porteur productif, même s’il n’est pas spectaculaire, à l’attaque. Il y a aussi beaucoup de profondeur à la position de receveur, sur la ligne offensive et défensive, ainsi que dans la tertiaire. Les Eagles ont tout pour reprendre leur trône dans la division... et peut-être même plus.

Carson Wentz a raté pas moins de 13 des 24 derniers matchs des Eagles.

  • Additions clés : DeSean Jackson (receveur), Jordan Howard (porteur), Malik Jackson (plaqueur), Zach Brown (secondeur)
  • Départs clés : Nick Foles (quart-arrière), Golden Tate et Jordan Matthews (receveurs), Michael Bennett et Chris Long (ailiers défensifs), Haloti Ngata (plaqueur), Jordan Hicks (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Miles Sanders s’est retrouvé derrière l’extraordinaire Saquon Barkley à Penn State, mais son talent est immense et il obtiendra sa part de portées.
SPO-FBN-WASHINGTON-REDSKINS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Crédit photo : AFP

Cowboys de Dallas

  • Fiche en 2018 : 10-6, champions de section, séries
  • Prédiction pour 2019 : 9-7

Les Cowboys misent sur un excellent noyau de jeunes joueurs et visent une participation en séries pour une deuxième année de suite, ce qui serait une première pour eux depuis les saisons 2006 et 2007. Le rêve pourrait toutefois se buter à la force de la conférence nationale, qui ne leur laisse que très peu de marge de manœuvre.

Les Cowboys ont les atouts pour y arriver, mais leurs jeunes joueurs préoccupés par leur situation contractuelle respective devront y mettre toute leur tête, notamment le gréviste notoire Ezekiel Elliott.

Sur papier, les Cowboys sont aussi bons, sinon meilleurs, que l’an dernier, surtout depuis l’arrivée en cours de route l’automne dernier du receveur Amari Cooper. Et l’excellent centre Travis Frederick revient au jeu.

En défensive, plusieurs bons jeunes joueurs ont pris de l’expérience et si leur santé ne les trahit pas, il n’y a aucune raison qu’ils régressent. Le point d’interrogation demeure encore et toujours l’entraîneur-chef Jason Garrett.

16-0 : C’est la fiche des Cowboys à ce jour quand le porteur Ezekiel Elliott récolte au moins 140 verges de la ligne de mêlée (passe et course).

  • Additions clés : Randall Cobb (receveur), Robert Quinn (ailier défensif)
  • Départs clés : Cole Beasley (receveur)
  • Recrue à surveiller : Si Elliott persiste dans l’attente d’un meilleur contrat, c’est le choix de 4e tour Tony Pollard qui prendra sa place dans le champ-arrière.

Redskins de Washington

  • Fiche en 2018 : 7-9, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 6-10

Pour les Redskins, c’est l’heure d’une autre nouvelle expérience au poste de quart-arrière avec le vétéran éprouvé Case Keenum. C’est une question de temps avant que le talentueux choix de premier tour Dwayne Haskins prenne le relais, même si le jeune homme manque de bagage avec seulement une saison comme partant à Ohio State. Une période normale de rodage est à prévoir dans la NFL.

Le quart en place n’aura pas le luxe de lancer le ballon à des receveurs très aguerris et constants, à moins que les jeunes recrues (Terry McLaurin et Kelvin Harmon) poussent plus vite que prévu.

Le jeu au sol devrait cependant rouler à plein régime avec Derrius Guice et Adrian Peterson, et si l’ailier rapproché Jordan Reed demeure en santé, sait-on jamais... Les quarts-arrière percent de plus en plus rapidement et il ne faut pas sous-estimer l’effet bénéfique que Haskins pourrait apporter, mais il doit faire ses classes.

L’attaque aérienne des Redskins a terminé au 28e rang pour les verges par match (188,8) et les passes de touchés (16)

  • Additions clés : Case Keenum (quart-arrière), Donald Penn (bloqueur), Landon Collins (maraudeur), Dominique Rodgers-Cromartie (demi de coin), Jon Bostic (secondeur)
  • Départs clés : Jamison Crowder (receveur), Preston Smith et Zach Brown (secondeurs), Ha Ha Clinton-Dix (maraudeur), Josh Doctson (receveur)
  • Recrue à surveiller : Montez Sweat est un spécimen athlétique rare et à titre de secondeur extérieur, il formera un tandem intéressant avec Ryan Kerrigan.

Giants de New York

  • Fiche en 2018 : 5-11, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 4-12

Les Giants misent sur un talent générationnel avec le porteur Saquon Barkley, mais le pauvre demeurera captif d’une attaque moribonde tant que la situation ne s’améliorera pas au poste critique de quart-arrière.

Eli Manning, malgré tout le respect qu’on lui doit, semble au bout du rouleau. Son successeur Daniel Jones, repêché dans la controverse au sixième rang au total, a connu de superbes moments en matchs préparatoires et les partisans, frileux à son endroit au départ, réclameront vite sa présence. Avec Manning, les Giants savent où ils s’en vont et ç’a tout l’air d’un mur.

La ligne offensive est améliorée et la seule présence de Barkley ouvrira normalement des fenêtres dans le jeu aérien, mais défensivement, les Giants demeurent très loin du seuil de respectabilité. Il leur faudra marquer beaucoup de points, ce qui ne se fait pas uniquement au sol.

Seulement trois porteurs de ballon de première année dans l’histoire ont amassé plus de 2000 verges de la ligne de mêlée : Eric Dickerson, Edgerrin James et Saquon Barkley.

  • Additions clés : Kevin Zeitler (garde), Mike Remmers (bloqueur/garde), Golden Tate (receveur), Jabrill Peppers et Antoine Bethea (maraudeurs)
  • Départs clés : Odell Beckham fils (receveur), Jamon Brown (garde), Olivier Vernon (ailier défensif), Landon Collins (maraudeur)
  • Recrue à surveiller : Le plaqueur Dexter Lawrence est un choix de premier tour qui n’a clairement pas fait l’unanimité, mais il aura la chance de s’imposer avec son gabarit monstre (342 lb).

Section Sud

Les Saints ont gagné la division Sud par une marge énorme de six matchs la saison dernière. Ça ne risque pas de se reproduire avec des Falcons, qui retrouvent plusieurs joueurs en santé pour les pousser. Les Buccaneers pourraient surprendre avec un nouvel entraîneur-chef, tandis que les Panthers espèrent que Cam Newton retrouve la forme.

Falcons d'Atlanta

  • Fiche en 2018 : 7-9 exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Champions de section, séries

La grande différence entre les Falcons de 2018 et ceux de 2019, qui permet de croire à un bond prodigieux au classement? La santé, tout simplement!

La saison dernière, des joueurs de grande qualité comme les maraudeurs Keanu Neal et Ricardo Allen, de même que le secondeur Deion Jones, ont raté la majeure partie de la saison. Résultat, la défensive qui s’était hissée au neuvième rang en 2017 a croulé jusqu’au 28e rang l’automne dernier, une aberration.

À l’attaque, le retour du porteur Devonta Freeman devrait aussi changer la donne pour le jeu au sol qui est passé du 13e au 27e rang.

La réalité est que les Falcons sont jeunes et en ascension du côté défensif et bardés de munitions à l’attaque. La venue de Dirk Koetter comme coordonnateur offensif est aussi un gros plus.

Depuis leur cruelle défaite au Super Bowl face aux Patriots, les Falcons n’ont remporté que 18 de leurs 35 matchs.

  • Départs clés : Tevin Coleman (porteur), Ryan Schraeder (bloqueur), Brooks Reed (secondeur), Bruce Irvin (ailier défensif), Robert Alford (demi de coin)
  • Additions clés : James Carpenter et Jamon Brown (gardes), Adrian Clayborne (ailier défensif)
  • Recrue à surveiller : Les Falcons ont investi massivement sur leur ligne offensive avec deux choix de première ronde. Le garde Chris Lindstrom sera tout de suite partant.

Saints de La Nouvelle-Orléans

  • Fiche en 2018 : 13-3, champions de section, finale de conférence
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Séries

Les Saints, qui ont l’impression d’avoir été floués par les arbitres en finale de conférence face aux Rams, auront certainement l’esprit de vengeance bien affûté, mais est-il possible que l’on assiste au déclin de Drew Brees?

C’est presque blasphématoire de poser la question, considérant l’excellente saison qu’il a connue, mais quelques signes inquiétants se sont quand même présentés en fin de parcours. Dans ses sept derniers matchs en incluant les séries, il n’a franchi la barre des 300 verges qu’à deux reprises et a lancé six interceptions. Durant ces sept parties, les Saints n’ont inscrit que 19,7 points en moyenne par match.

Les Saints demeurent toutefois très bien nantis et Brees profitera de la présence d’un productif ailier rapproché en Jared Cook. En défensive, il n’y a pas lieu de croire que les forces sont en voie de s’effriter avec plusieurs jeunes joueurs de qualité qui gagnent en expérience.

Drew Brees a complété 86 % de ses passes en direction de Michael Thomas la saison dernière, le plus haut pourcentage dans l’histoire entre un quart et un receveur.

  • Additions clés : Latavius Murray (porteur), Jared Cook (ailier rapproché), Nick Easton (centre), Malcom Brown (plaqueur), Kiko Alonso (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Choix de 4e tour, Chauncey Gardner-Johnson peut être un coup de circuit ou un coup d’épée dans l’eau, mais il a le talent pour évoluer partout dans la tertiaire.
  • Départs clés : Mark Ingram (porteur), Ben Watson (ailier rapproché), Max Unger (centre), Alex Okafor (ailier défensif)
FBN-SPO-DIVISIONAL-ROUND---PHILADELPHIA-EAGLES-V-NEW-ORLEANS-SAI
Crédit photo : AFP

Buccaneers de Tampa Bay

  • Fiche en 2018 : 5-11 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 7-9

La seule venue de Bruce Arians à la barre de l’équipe a de quoi redonner espoir aux partisans de l’équipe. Arians a le don de tisser des liens avec ses joueurs, de tirer le meilleur d’eux et de générer des flammèches à l’attaque.

Et justement, l’attaque était déjà explosive à souhait. Là où il y a place à amélioration, c’est au niveau du jeu au sol, et Arians devra trouver une façon de faire fonctionner le décevant choix de deuxième tour l’an dernier, Ronald Jones II.

En défensive, la tertiaire est le talon d’Achille de l’équipe. Le nouveau coordonnateur, Todd Bowles, est constamment en mode attaque dans son plan de match, ce qui génère des revirements, mais qui met la tertiaire sous pression. Chose certaine, les Bucs seront beaucoup moins passifs.

Dans sept des huit dernières saisons, les Buccaneers ont terminé au dernier rang de leur division.

  • Départs clés : Ryan Fitzpatrick (quart-arrière), DeSean Jackson et Adam Humphries (receveur), Gerald McCoy (plaqueur), Kwon Alexander (secondeur)
  • Additions clés : Breshad Perriman (receveur), Ndamukong Suh (plaqueur), Deone Bucannon (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Le secondeur Devin White a tout pour devenir le général de la défensive des Bucs pendant de longues années. Un athlète très spécial...

Panthers de la Caroline

  • Fiche en 2018 : 7-9, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 7-9

L’état de l’épaule et du pied de Cam Newton sera le grand sujet de conversation autour des Panthers en ce début de saison. L’an dernier, le quart-arrière connaissait de bons moments avant qu’une blessure ne vienne faire chuter sa production pour ensuite mettre fin à sa saison.

Il faudra voir si le style de l’attaque sera altéré en fonction de l’état de santé de Newton. Les échos en provenance de la Caroline laissent croire que non, mais Newton n’en est pas à ses premiers problèmes de la sorte et il est rarement bien protégé par sa ligne offensive, qui ne s’annonce pas encore comme une force de l’équipe cette année. Son homme à tout faire, Christian McAffrey, peut cependant le sortir régulièrement du pétrin. Sinon, il y a peu de profondeur chez ses receveurs et l’ailier rapproché Greg Olsen est trop souvent sur la touche.

91,3 : C’est le pourcentage des jeux offensifs auxquels le porteur Christian McAffrey a pris part la saison dernière, un sommet dans la ligue à sa position.

  • Départs clés : Devin Funchess (receveur), Ryan Kalil (centre), Matt Kalil (bloqueur), Julius Peppers (ailier/secondeur), Thomas Davis (secondeur)
  • Additions clés : Chris Hogan (receveur), Matt Paradis (centre), Gerald McCoy (plaqueur), Bruce Irvin (ailier défensif)
  • Recrue à surveiller : Les Panthers ont terminé au 27e rang avec 35 sacs la saison dernière, une statistique qu’ils espèrent améliorer grâce à Brian Burns, un ailier défensif explosif.

Section Nord

Les Bears ont pris le contrôle du Nord la saison dernière et misent sur une défensive qui peut encore faire des ravages. Les Vikings ont tous les éléments pour ressurgir après une saison décevante. Les Packers ne peuvent être pris à la légère avec Aaron Rodgers à bord, et les Lions poursuivent leur relance dans une division qui s’annonce très corsée.

Vikings de Minnesota

  • Fiche en 2018 : 8-7-1, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Champions de section, séries

Plusieurs facteurs laissent croire que les Vikings sont mûrs pour un retour en force, notamment la manière dont ils ont choisi d’entourer Kirk Cousins.

Leur quart-arrière a des chances d’être infiniment plus confortable avec l’arrivée de Gary Kubiak comme consultant offensif, lui qui amène une philosophie basée sur le système de Mike et Kyle Shanahan. C’est dans ce cadre que Cousins a été à son meilleur à ce jour, mais il doit apprendre à gagner les gros matchs.

La ligne offensive, qui a plombé les espoirs de l’équipe avec un jeu pitoyable en 2018, reçoit du renfort avec le centre recrue Garrett Bradbury, qui permet aussi de déplacer Pat Elflein au poste de garde. Le porteur Dalvin Cook, qui se remettait l’an dernier de sa blessure au genou, aura retrouvé toute son explosion.

La défensive, toutefois, a déçu l’an passé et devra retrouver sa forme de 2017.

L’attaque des Vikings a peiné sur les troisièmes essais la saison dernière, terminant au 26e rang avec 35,8 % de succès.

  • Additions clés : Josh Kline (garde)
  • Recrue à surveiller : L’ailier rapproché Irv Smith Jr est coincé derrière Kyle Rudolph, mais les Vikings adorent son explosivité et le déploieront partout sur le terrain.
  • Départs clés : Latavius Murray (porteur), Mike Remmers (bloqueur), Sheldon Richardson (plaqueur), Andrew Sendejo (maraudeur)

Bears de Chicago

  • Fiche en 2018 : 12-4, champions de section, séries
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Séries

À Chicago, aucune perte ne sera plus dure à combler que le départ du coordonnateur défensif Vic Fangio, un brillant esprit dont le système complexe cadrait à merveille avec les éléments en place.

Chuck Pagano, n’est certainement pas un mauvais successeur, et les Bears sont bourrés de talent en défensive, mais la chimie pourrait être difficile à recréer. Pagano affectionne davantage les blitz et autres stratégies agressives. Les Bears sont outillés pour ce changement, mais il est risqué de jouer avec une recette gagnante.

Offensivement, Mitchell Trubisky a fait des pas de géant à sa deuxième saison, mais demeure néanmoins inconstant. Il y a fort à parier que Matt Nagy lui en mettra plus sur les épaules en ouvrant de plus en plus son livre de jeux. Il sera intrigant de voir comment il répondra.

36 : C’est le nombre de revirements provoqués par les Bears, un sommet dans la ligue la saison passée.

  • Additions clés : Mike Davis (porteur), Cordarrelle Patterson (receveur), Ha Ha Clinton-Dix (maraudeur), Buster Skrine (demi de coin)
  • Recrue à surveiller : Le départ du porteur Jordan Howard ouvre la voie au choix de troisième tour David Montgomery, qui a brillé au camp d’entraînement.
  • Départs clés : Jordan Howard (porteur), Adrian Amos (maraudeur), Bryce Callahan (demi de coin)

Packers de Green Bay

  • Fiche en 2018 : 6-9-1, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 9-7

Il était grand temps que cesse le marasme qui régnait à Green Bay en raison de la relation tendue entre Aaron Rodgers et Mike McCarthy. L’offensive vivra probablement une période de transition avec la venue du nouvel entraîneur-chef Matt LaFleur, mais à moyen terme le changement devrait être bénéfique.

L’attaque s’annonce plus complexe, au goût du jour et moins prévisible, un défi qui devrait stimuler Rodgers. Il devra toutefois se montrer ouvert et plus discipliné dans l’application à la lettre des jeux qu’il l’a été dans les dernières années avec McCarthy.

La défensive mise sur une tertiaire aussi jeune que talentueuse et a revampé son groupe de secondeurs. D’un côté, on peine à imaginer que les Packers puissent rater les séries une troisième année de suite pour la première fois depuis 1992. D’un autre côté, la division est peu commode.

À ses 54 derniers matchs, Aaron Rodgers compte autant de défaites que de victoires, soit 27.

  • Additions clés : Billy Turner (garde), Za’Darius Smith et Preston Smith (secondeurs), Adrian Amos (maraudeur)
  • Recrue à surveiller : Les Packers ont de nouveau investi dans leur tertiaire en première ronde. Le maraudeur Darnell Savage couvre beaucoup de terrain grâce à sa vitesse.
  • Départs clés : Randall Cobb (receveur), Mike Daniels (ailier défensif), Clay Matthews et Nick Perry (secondeurs)

Lions de Detroit

  • Fiche en 2018 : 6-10, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 5-11

Les Lions continuent de piger chez les Patriots dans l’espoir que le modèle fasse des petits à Detroit. Cette fois, c’est l’ailier défensif Trey Flowers qui s’amène, de même que le receveur Danny Amendola, qui a bien vécu le «Patriot Way» avant d’aboutir à Miami.

L’entraîneur-chef Matt Patricia a connu plus de bas que de hauts à sa première saison à la barre et il a fallu du temps avant que les troupes s’adaptent à la façon de faire rigide qu’il a importée de la Nouvelle-Angleterre. Est-ce qu’à court terme, cette approche va rapporter?

C’est offensivement que les Lions doivent sortir du formol. Sept fois lors de leurs neuf derniers matchs, ils n’ont pas inscrit plus de 20 points. Darrell Bevell a du boulot comme coordonnateur et doit impérativement donner un rôle clé au porteur Kerryon Johnson.

Les Lions ont bouclé la saison au 25e rang au chapitre des points marqués, leur pire performance depuis 2009.

  • Additions clés : Danny Amendola (receveur), CJ Anderson (porteur), Trey Flowers (ailier défensif), Justin Coleman (demi de coin)
  • Recrue à surveiller : Pas un joueur ne semblait une valeur plus sûre que TJ Hockenson au repêchage. L’ailier rapproché peut à la fois s’illustrer au bloc et dans le jeu aérien.
  • Départs clés : Theo Riddick (porteur), TJ Lang (garde), Ziggy Ansah (ailier défensif), Glover Quin (maraudeur)