Crédit : AFP

NFL

NFL: survol des équipes de l'Association américaine

Publié | Mis à jour

Le «Journal de Québec» a évalué les différentes équipes de la NFL en vue de la prochaine saison. Voici les formations de l’Association américaine.

Section Ouest

Il est tentant de positionner les Chargers au sommet, eux qui misent sur une excellente équipe. Les Chiefs ont toutefois tout pour dominer la division pour une quatrième saison de suite. Il sera intéressant de voir si les Broncos et les Raiders pourront fournir une solide compétition aux favoris plus tôt que prévu, eux qui ont amené plusieurs changements.

Chiefs de Kansas City

  • Fiche en 2018 : 12-4 (champions de section)
  • Prédiction pour 2019 : 12-4
  • Champions de section, séries

Cette fois, la finale de conférence ne suffira pas. Pour les Chiefs, c’est mission Super Bowl! Évidemment, le quart-arrière Patrick Mahomes ne sera peut-être pas aussi fumant que la saison dernière, et ses rivaux s’adapteront. Mais tout est en place pour prétendre au trône, et il est loin d’être le seul à briller.

Le jeu au sol, avec l’émergence de Damien Williams et le renfort inattendu de LeSean McCoy, ne souffrira pas du départ de Kareem Hunt. Avec un quart-arrière aussi talentueux et une cible en Tyreek Hill qui monopolise autant d’attention, les autres receveurs paraissent bien. La stabilité règne sur la ligne offensive.

Défensivement, certains diront que plusieurs partants ont quitté. Mais Frank Clark est supérieur à bien des égards à Dee Ford. Eric Berry était l’âme de la défensive, mais il a raté tellement de matchs que les Chiefs sont mieux avec Tyrann Mathieu. Oui, ils ont tout pour aller au bout.

Les Chiefs ont produit 76 jeux de passe de 20 verges ou plus la saison dernière, un sommet dans la NFL.

  • Départs clés : Kareem Hunt (porteur), Mitch Morse (centre), Justin Houston (secondeur), Dee Ford (ailier défensif), Eric Berry (maraudeur), Steven Nelson (demi de coin)
  • Additions clés : Frank Clark (ailier défensif), Tyrann Mathieu (maraudeur), Alex Okafor (ailier défensif), Bashaud Breeland et Morris Claiborne (demis de coin), LeSean McCoy (porteur)
  • Recrue à surveiller : Le receveur Mecole Hardman (2e ronde) semble construit dans le même moule de polyvalence et d’explosion que Tyreek Hill. À surveiller de près.

Chargers de Los Angeles

  • Fiche en 2018 : 12-4 (séries)
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Champions de section, séries

Avec un quart-arrière toujours performant, mais âgé de 37 ans en Phillip Rivers, les Chargers voient tranquillement leur fenêtre d’opportunité se fermer. Il est cependant encore permis de croire qu’ils forment l’une des puissances de la ligue.

Bien sûr, la grève du porteur Melvin Gordon tombe à un mauvais moment, mais sans lui, Austin Ekeler fait du bon boulot au besoin. Déjà bien nantis en receveurs, les Chargers ajouteront une dimension à leur attaque avec le retour de l’ailier rapproché prometteur Hunter Henry.

Si la fenêtre se rétrécit en raison de l’âge de Rivers, on ne peut en dire autant en défensive avec un noyau jeune et alléchant. Joey Bosa, Jatavis Brown, Denzel Perryman, Casey Hayward et Derwin James ont tous moins de 30 ans. La lutte s’annonce captivante avec les Chiefs. Tellement dommage que ce même James sera longtemps sur la touche!

En incluant les séries et leur match à Londres, les Chargers ont montré une fiche de 9 victoires et 1 défaite en dehors de Los Angeles la saison dernière.

  • Départs clés : Tyrell Williams (receveur), Antonio Gates (ailier rapproché), Jahleel Addae (maraudeur), Jason Verrett (demi de coin)
  • Additions clés : Thomas Davis (secondeur), Tyrod Taylor (quart-arrière)
  • Recrue à surveiller : Le plaqueur Jerry Tillery est de cette espèce capable de provoquer des explosions de pochettes protectrices. Il verra le terrain rapidement.

Broncos de Denver

  • Fiche en 2018 : 6-10 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 8-8

À Denver, on repart à neuf avec du vieux... Joe Flacco est le nouveau quart-arrière. Le vétéran de 34 ans, qui ne faisait plus le boulot à Baltimore, devient le cinquième quart-arrière à obtenir une chance comme partant chez les Broncos depuis la retraite de Peyton Manning en 2015. Et le pire, c’est que cette triste chaise musicale risque de se poursuivre.

Flacco, sans être exécrable, n’a pas lancé plus de 20 passes de touchés depuis 2014. Les Broncos devront l’appuyer avec leur excellent champ-arrière sinon on risque de voir le jeune loup Drew Lock le reléguer au banc pour de bon.

La défensive contre la passe des Broncos, redoutable, il n’y a pas si longtemps, a croulé au 20e rang la saison dernière. Cette équipe prendra du mieux et le meilleur est à venir. Mais pas avec Flacco...

Pour la première fois depuis 1971 et 1972, les Broncos viennent de connaître deux saisons perdantes de suite.

  • Départs clés : Case Keenum (quart-arrière), Matt Paradis (centre), Brandon Marshall (secondeur), Bradley Roby (demi de coin)
  • Additions clés : Joe Flacco (quart-arrière), Ja’Wuan James (bloqueur), Theo Riddick (porteur), Kareem Jackson (demi de coin)
  • Recrue à surveiller : Noah Fant n’excelle pas au bloc et cette facette pourrait retarder son impact, mais son explosivité ne fait aucun doute comme ailier rapproché.

Raiders d'Oakland

  • Fiche en 2018 : 4-12 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 5-11

Tous s’attendaient à une longue et agonisante reconstruction chez les Raiders, après le grand ménage orchestré par Jon Gruden l’automne dernier, mais des manœuvres agressives sur le marché des agents libres et des transactions pourraient expédier le processus.

Si Antonio Brown garde la tête froide, il prodiguera aux Raiders un duo fort intéressant avec un autre nouveau venu, Tyrell Williams.

Sur la ligne offensive, on a fait confiance à un joueur qui a donné une grosse saison aux Patriots en Trent Brown et un autre à la personnalité trouble en Richie Incognito. Comme porteur, Josh Jacobs montre un beau potentiel.

En défensive, Vontaze Burfict demeure un joueur efficace, mais il a tellement fait souvent le zouave sur le terrain que c’en est gênant.

N’empêche que si tout ce beau monde demeure sous contrôle, les Raiders montreront des signes encourageants.

Les 13 maigres sacs du quart que la défensive des Raiders a produits la saison dernière représentent le plus bas total en une saison depuis 2008 à travers la ligue.

  • Départs clés : Marshawn Lynch (porteur), Jordy Nelson (receveur), Jared Cook (ailier rapproché), Donald Penn (bloqueur), Kelechi Osemele (garde)
  • Additions clés : Antonio Brown et Tyrell Williams (receveurs), Trent Brown (bloqueur), Richie Incognito (garde), Lamarcus Joyner (maraudeur), Vontaze Burfict (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Productif à Clemson et choix de 5e ronde des Raiders, le receveur Hunter Renfrow a été la révélation du camp. On devrait le voir rapidement comme ailier inséré.
Crédit photo : AFP

Section Est

La section Est s’avère la propriété exclusive des Patriots, qui trônent au sommet depuis 10 ans et lors de 16 des 18 dernières saisons. Il serait étonnant que l’étau se resserre sur eux cette année même s’ils ont perdu des morceaux et que les Jets devraient entamer une belle renaissance. Les Bills pourraient aussi montrer des dents, mais l’automne s’annonce long pour les Dolphins.

Patriots de la Nouvelle-Angleterre

  • Fiche en 2018 : 11-5 (Champions du Super Bowl)
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Champions de section, séries

Rien de neuf sous le soleil, les Patriots doivent palier la perte de plusieurs partants des dernières saisons. Mais c’est connu, Bill Belichick pourrait transformer le boulanger du coin de la rue en futur membre du Temple de la renommée. On exagère à peine...

Quand même, l’équipe prend du vieux avec 15 joueurs de 30 ans et plus, un sommet dans la NFL. À commencer par le quart-arrière Tom Brady, âgé de 42 ans. L’élastique est-il étiré au maximum? Brady n’a démontré aucun signe de déclin et tant qu’il est à bord et que la machine est aussi bien rodée, les Patriots demeurent essentiellement les Patriots. Autrement dit, une équipe avec ses lacunes, mais qui trouve toujours le moyen de tirer l’impensable de chacun de ses membres. Pas de passation des pouvoirs en vue!

Dans huit des neuf dernières saisons, les Patriots ont remporté la section par au moins trois matchs.

  • Départs clés : Rob Gronkowski et Dwayne Allen (ailiers rapprochés), Chris Hogan (receveur), Trent Brown et LaAdrian Waddle (bloqueurs), Trey Flowers (ailier défensif), Malcom Brown (plaqueur)
  • Recrue à surveiller : Il est rare que les Patriots se tournent vers un receveur en première ronde. K’Neal Harry amène un gros gabarit et excelle dans les attrapés contestés
  • Additions clés : Ben Watson (ailier rapproché), Michael Bennett (ailier défensif), Jamie Collins (secondeur), Russell Bodine (centre)

Jets de New York

  • Fiche en 2018 : 4-12 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2018 : 8-8

Sans parler de redoutables prétendants, les Jets peuvent au moins être considérés comme une équipe qui devrait logiquement redevenir compétitive cette saison. Pour une franchise qui n’a connu qu’une saison gagnante depuis 2011 et qui est exclue des séries depuis 2010, c’est déjà ça de pris!

Le jeune quart Sam Darnold a montré des signes encourageants avec 17 passes de touchés à sa saison recrue. Il est entouré de talentueux receveurs et le porteur multidimensionnel Le’Veon Bell s’est greffé au noyau. Reste à voir s’il aura le même lustre qu’à Pittsburgh malgré un an à l’écart du jeu et derrière une ligne offensive qui n’inspire pas la plus grande confiance, malgré des ajouts intéressants.

Défensivement, les Jets ont croupi au 25e rang en 2018, mais l’arrivée du plaqueur recrue Quinnen Williams et du vétéran secondeur CJ Mosley devrait permettre de progresser.

Le nouveau pilote Adam Gase n’a pas dirigé une attaque figurant dans le top 20 depuis 2014, quand Peyton Manning était son quart-arrière à Denver.

  • Départs clés : Spencer Long (centre), James Carpenter (garde), Jermaine Kearse (receveur), Buster Skrine et Morris Claiborne (demis de coin)
  • Recrue à surveiller : Le choix de premier tour Quinnen Williams devrait permettre aux Jets de retrouver du lustre contre le jeu au sol et le tandem jeunesse qu’il formera avec Leonard Williams s’annonce percutant.
  • Additions clés : Le’Veon Bell (porteur), Jamison Crowder (receveur), Ryan Kalil (centre), Kelechi Osemele (garde), CJ Mosley (secondeur), Brian Poole (demi de coin)

Bills de Buffalo

  • Fiche en 2018 : 6-10 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 7-9

Les Bills misent clairement sur leurs jeunes joueurs pour les faire progresser, à commencer par le quart-arrière Josh Allen. Ce dernier devra prouver qu’il peut demeurer en santé et améliorer le manque de précision chronique qui le caractérise depuis les rangs universitaires. Il a montré des signes encourageants en matchs préparatoires.

Quand Allen a été en santé, les Bills formaient clairement une meilleure équipe l’an dernier, et ses qualités athlétiques sont indéniables. L’attaque devra penser court, malgré le bras canon d’Allen. Ce dernier n’a complété que 10 passes par match de 10 verges ou moins, la moyenne ailleurs dans la ligue se situant à 16.

Allen n’est pas le seul jeune qui devra contribuer, puisque trois recrues (le plaqueur Ed Oliver, le garde Cody Ford et l’ailier rapproché Dawson Knox) devraient voir beaucoup de terrain. Ce sera une équipe jeune, affamée et bien dirigée.

Le quart-arrière Josh Allen a complété 52,8 % de ses passes, le plus bas pourcentage parmi les partants à travers le circuit.

  • Départs clés : LeSean McCoy (porteur), Charles Clay (ailier rapproché) Russell Bodine (centre)
  • Recrue à surveiller : Choix de première ronde, le plaqueur Ed Oliver est un athlète exceptionnel qui devra permettre aux Bills d’appliquer plus de pression. Ils ont été 26e pour les sacs en 2018.
  • Additions clés : John Brown et Cole Beasley (receveurs), Mitch Morse (centre), Spencer Long (garde), Frank Gore (porteur), Tyler Kroft (ailier rapproché)

Dolphins de Miami

  • Fiche en 2018 : 6-10 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 2-14

C’est encore un recommencement à Miami, où on a cette fois-ci fait confiance à l’expérience de Brian Flores dans la famille des Patriots pour redresser le navire. Le nouveau pilote devrait gagner le respect des siens par sa feuille de route et instaurer une mentalité de guerrier, mais les bonnes intentions n’achètent pas le talent.

Au poste de quart, l’infatigable vétéran Ryan Fitzpatrick s’amène, en compagnie de l’intrigant espoir de deuxième année Josh Rosen, obtenu des Cardinals, qui ont vite lancé la serviette. Rosen aura la saison pour prouver sa valeur avant une forte cuvée de quarts en 2020 au repêchage, mais «FitzMagic» tiendra le fort pour l’instant. Toutefois, la profondeur manque chez les receveurs et la ligne offensive n’annonce rien d’extraordinaire. La vente de feu des Dolphins a pris une nouvelle tournure quand Laremy Tunsil et Kenny Stills ont été échangés. Cette organisation a déjà la tête à 2020.

Pour les Dolphins, la fin du calendrier pose trop souvent problème, eux qui ont remporté deux de leurs 10 derniers matchs en 2017 et trois de leurs huit derniers l’an passé, pour cinq gains.

  • Départs clés : Ryan Tannehill (quart-arrière), Frank Gore (porteur), Danny Amendola et Kenny Stills (receveurs), Ja’Wuan James et Laremy Tunsil (bloqueurs), Cameron Wake et Robert Quinn (ailiers défensifs), Kiko Alonso (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Le receveur non repêché Preston Williams a fait sensation au camp des Dolphins. Il sera intéressant d’épier son développement.
  • Additions clés : Josh Rosen et Ryan Fitzpatrick (quarts-arrière), Dwayne Allen (ailier rapproché), Julien Davenport (bloqueur)

Section Sud

Les Colts voguaient vers le trône avant la retraite-choc d’Andrew Luck. Ils forment toujours une équipe bien rodée, mais moins explosive et les Texans sont de dangereux prétendants. Les Titans se sont munis de nouvelles armes, tandis que les Jaguars repartent à neuf avec un quart-arrière qui a tout gagné. La lutte dans la division Sud s’annonce imprévisible.

Texans de Houston

  • Fiche en 2018 : 11-5, champions de section, séries
  • Prédiction pour 2019 : 9-7
  • Champions de section, séries

La saison dernière a été couronnée de succès, mais Deshaun Watson a constamment couru pour sauver sa vie. Non seulement il a été victime de 62 sacs, le plus haut total contre un quart-arrière depuis 2006, mais il a été frappé 126 fois de plus. Selon Pro Football Focus, il a été sous pression, frappé ou victime d’un sac à 275 reprises. Les Texans ont pris les grands moyens pour accroître son espérance de vie en payant cher pour obtenir les services du jeune bloqueur Laremy Tunsil. Cette acquisition améliore la ligne offensive, sans compter qu’à plus long terme, l’ajout de deux recrues au dernier repêchage pourrait changer tout le portrait. Avec le duo Watson et DeAndre Hopkins, les Texans devraient faire le nécessaire pour se faufiler en séries, même si défensivement, la perte de Jadeveon Clowney laisse un immense trou.

JJ Watt a déjà cumulé quatre saisons de 15 sacs ou plus. Dans l’histoire, seul Reggie White en compte plus (5).

  • Départs clés : Tyrann Mathieu et Andre Hal (maraudeurs), Kareem Jackson (demi de coin), Jadeveon Clowney (secondeur), Julien Davenport (bloqueur)
  • Additions clés : Duke Johnson, Carlos Hyde (porteurs), Bradley Roby (demi de coin), Tashaun Gipson (secondeur), Laremy Tunsil (bloqueur), Kenny Stills (receveur)
  • Recrue à surveiller : Le demi de coin Lonnie Johnson Jr (2e ronde) a connu de bons moments durant la présaison et la tertiaire aura rapidement besoin de lui.

Titans du Tennessee

  • Fiche en 2018 : 9-7, exclus des séries
  • Prédiction pour 2019 : 9-7

Sur papier, les Titans forment une équipe améliorée. Du moins, si Marcus Mariota demeure en santé... et qu’il commence à produire comme un véritable quart-arrière de franchise. Ce sont là deux gros points d’interrogation, surtout que son nouveau réserviste Ryan Tannehill a mieux paru en matchs présaison.

Cette équipe ne regorge peut-être pas de super vedettes, mais elle est plutôt solide à toutes les positions, avec une profondeur intéressante. Cependant, Mariota finit toujours par être incommodé par une blessure. Personne ne doute de son esprit de guerrier, mais il semble trop rarement à son meilleur. Il n’a plus d’excuse, derrière une ligne offensive efficace, un beau tandem au sol et un groupe de receveurs auquel se greffe Adam Humphries.

La défensive cède peu de points (18,9 par match) et a terminé au huitième rang pour les gains concédés.

S’il y a un problème, c’est donc le quart-arrière...

Marcus Mariota a lancé seulement 11 passes de touchés (en 13 matchs) la saison dernière.

  • Départs clés : Josh Kline (garde), Jonathan Cyprien (maraudeur)
  • Additions clés : Adam Humphries (receveur), Rodger Saffold (garde), Ryan Tannehill (quart-arrière), Cameron Wake (ailier/secondeur)
  • Recrue à surveiller : Le maraudeur Amani Hooker a fait tourner des têtes lors des matchs présaison avec quelques jeux spectaculaires. Il peut aussi jouer comme demi de coin.

Colts d'Indianapolis

  • Fiche en 2018 : 10-6 (Séries)
  • Prédiction pour 2019 : 7-9

Que valent les Colts avec la retraite soudaine de leur quart-arrière étoile, Andrew Luck?

On a répété à satiété que Jacoby Brissett est l’un des réservistes de luxe de la ligue, mais le voilà dans les crampons de partant, à tenter de combler un vide impossible à remplir.

Brissett est un bon athlète et sera mieux protégé qu’en 2017 par une ligne offensive revampée. Il protège bien le ballon, mais ne montrera jamais le flair et le talent de Luck. La défensive est devenue plus que respectable, même si elle n’a pas affronté plusieurs attaques explosives. Là où elle doit impérativement faire mieux, c’est au chapitre des sacs du quart, avec seulement 25 (31e rang). L’arrivée de Justin Houston devrait rectifier le tir, mais il en faudra plus. Les Colts demeureront très compétitifs, mais manqueront de jus offensivement.

Les Colts sont passés, en un an, du dernier au premier rang en allouant seulement 18 sacs du quart la saison dernière.

  • Départs clés : Andrew Luck (quart-arrière), Dontrelle Inman et Ryan Grant (receveurs), Matt Slauson (garde)
  • Additions clés : Devin Funchess (receveur), Justin Houston (ailier/secondeur)
  • Recrue à surveiller : Il y a un an, le secondeur Darius Leonard faisait beaucoup de bruit au camp avant de connaître une saison monstre. Cette année, c’est Bobby Okereke qui se fait connaître à la même position.

Jaguars de Jacksonville

  • Fiche en 2018 : 6-10 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 7-9

Quel dilemme que ces chers Jaguars! Il y a deux ans, ils surprenaient la NFL en se faufilant en finale de conférence, à un cheveu du Super Bowl. Et l’an dernier, quand tout le monde les voyait gros, ils sont lamentablement revenus à leurs habitudes perdantes.

Pour solutionner le tout, au revoir l’indigeste Blake Bortles et bonjour Nick Foles, grand héros de la conquête du Super Bowl des Eagles il y a deux ans. Ce qu’il faut préciser, toutefois, c’est qu’à Philadelphie, Foles jouissait d’une équipe plus complète et d’un vestiaire beaucoup plus solide.

À Jacksonville, quelques têtes fortes ont pris le bord, mais Foles devra garder le contrôle avec les Leonard Fournette et Jalen Ramsey de ce monde. Plus facile à dire qu’à faire avec une équipe dont le moral collectif semblait en implosion dès le premier obstacle la saison dernière.

La défensive est passée du deuxième au 22e rang de 2017 à 2018 au chapitre des sacs du quart (55 contre 37).

  • Départs clés : Blake Bortles (quart-arrière), Donte Moncrief (receveur), Malik Jackson (plaqueur), Telvin Smith (secondeur), Tashaun Gipson (maraudeur)
  • Additions clés : Nick Foles (quart-arrière), Chris Conley et Terrelle Pryor (receveurs)
  • Recrue à surveiller : Certains voyaient l’ailier défensif Josh Allen comme le meilleur de sa cuvée pour appliquer la pression. On lui fait déjà une place aux côtés de Calais Campbell et Yannick Ngakoue.
Nick Foles
Crédit photo : AFP

Section Nord

L’influx massif de talent en direction de Cleveland a de quoi semer les plus beaux espoirs chez les partisans des Browns. Mais peuvent-ils enfin se qualifier pour les séries? Est-ce que les Steelers, qui ont étrangement régressé en 2018, ont dit leur dernier mot? Les Ravens, menés par Lamar Jackson, peuvent-ils répéter leurs exploits? Tant de questions dans la division Nord!

Browns de Cleveland

  • Fiche en 2018 : 7-8-1 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Champions de section, séries

Chaque année, une équipe effectue d’imposantes emplettes et figure soudainement parmi les favorites de tous les observateurs pour renverser la vapeur et enfin passer au niveau supérieur. Cette année, cette équipe, c’est les Browns.

L’arrivée d’Odell Beckham fils dans les rangs amène une arme de premier plan à Baker Mayfield, qui entamera sa deuxième saison après des débuts plus que prometteurs. La défensive s’est renforcée de trois partants potentiels.

Ce club semblait clairement sur une lancée depuis la mi-saison dernière, et le piège à éviter, c’est de sombrer dans le sentiment du devoir accompli avec des personnalités fortes comme Beckham, dont les crisettes sont aussi spectaculaires que les attrapés.

Freddie Kitchens, un esprit offensif que Mayfield a instantanément adopté, devra maintenant montrer sa poigne de fer.

C’est la moyenne de verges par jeu des Browns avec Freddie Kitchens comme coordonnateur offensif, la saison dernière. C’est la plus haute moyenne depuis les Rams de 2000 (6,98).

  • Départs clés : Kevin Zeitler (garde), Duke Johnson (porteur), Brashad Perriman (receveur), Emmanuel Ogbah (ailier défensif), Jamie Collins (secondeur)
  • Additions clés : Odell Beckham fils (receveur), Kareem Hunt (porteur), Sheldon Richardson (plaqueur), Olivier Vernon (ailier défensif), Morgan Burnett (maraudeur)
  • Recrue à surveiller : Les Browns (25e) ont encore beaucoup de place à l’amélioration en défensive contre la passe. L’ajout du demi de coin Greedy Williams est un autre pas en ce sens.

Steelers de Pittsburgh

  • Fiche en 2018 : 9-6-1 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 10-6
  • Séries

Malgré les départs percutants de Le’Veon Bell et Antonio Brown, l’attaque des Steelers demeure menaçante et d’une belle profondeur. Mais, est-ce que la perte de deux joueurs aussi productifs finira par les rattraper?

Pour les Steelers, c’est l’année de vérité au sens où s’ils déçoivent de nouveau. Un grand ménage est donc envisageable. L’entraîneur-chef Mike Tomlin doit s’assurer que les crises d’égos ne ternissent pas la chimie de l’équipe. C’est là où le train a déraillé la saison dernière.

Les Steelers n’ont pas raté les séries deux ans de suite depuis les saisons 2012 et 2013 et seront toujours menés par Ben Roethlisberger et sa cible de choix, JuJu Smith-Schuster. C’est derrière lui qu’il faudra qu’un autre receveur se lève, et James Washington semble se démarquer. La défensive contre la passe (23e en 2018) devra aussi s’illustrer.

Ben Roethlisberger vient de connaître, la saison dernière, sa première campagne de plus de 5000 verges.

  • Départs clés : Le’Veon Bell (porteur), Antonio Brown (receveur), Marcus Gilbert (bloqueur), Jesse James (ailier rapproché), Morgan Burnett (maraudeur)
  • Additions clés : Donte Moncrief (receveur), Steven Nelson (demi de coin), Mark Barron (secondeur)
  • Recrue à surveiller : Le secondeur intérieur Devin Bush sera le centre de l’attention, les Steelers manquant cruellement de punch à cette position depuis la perte de Ryan Shazier

Ravens de Baltimore

  • Fiche en 2018 : 10-6 (champions de division)
  • Prédiction pour 2019 : 7-9

Le mariage entre le nouveau coordonnateur offensif Greg Roman et l’électrisant quart-arrière Lamar Jackson intrigue au plus haut point et rappelle le lien entre ce même Roman et un certain Colin Kaepernick, jadis, à San Francisco...

À ce jour, Jackson n’a pas démontré de constance dans le volet aérien de son jeu, mais ses capacités athlétiques extraordinaires forcent l’adversaire à respecter la menace qu’il amène par la course à chaque jeu.

Toutefois, les défensives adverses finissent toujours par figurer ce type d’athlète, et Jackson devra démontrer qu’il peut devenir un joueur plus complet. Sans mauvais jeu de mots, laissons la chance au coureur.

C’est surtout en défensive que les Ravens devront s’ajuster avec la perte de plusieurs éléments clés. Cette défensive a terminé au tout premier rang de la ligue l’an dernier, mais des habituels réservistes devront chausser de gros crampons.

230 : C’est la moyenne de verges au sol que les Ravens ont amassé à leurs sept derniers matchs du calendrier.

  • Départs clés : Joe Flacco (quart-arrière), Michael Crabtree et John Brown (receveurs), CJ Mosley, Za’Darius Smith et Terrell Suggs (secondeurs), Eric Weddle (maraudeur)
  • Additions clés : Mark Ingram (porteur), Earl Thomas (maraudeur)
  • Recrue à surveiller : Le receveur Marquise Brown est un missile qui amène beaucoup de vitesse à une attaque qui en a besoin. Reste à voir s’il s’établira comme un receveur complet.

Bengals de Cincinnati

  • Fiche en 2018 : 6-10 (exclus des séries)
  • Prédiction pour 2019 : 5-11

Avec l’arrivée de Zac Taylor comme jeune entraîneur-chef, les Bengals espèrent recréer l’effet Sean McVay avec les Rams.

Ce jeune esprit offensif hérite de jouets très intéressants en AJ Green, Tyler Boyd et Joe Mixon. Andy Dalton est un quart-arrière beaucoup moins désolant que plusieurs le prétendent, mais il a quand même ses limites, surtout quand il doit charrier l’équipe sur son dos. Ça devient toutefois difficile de l’appuyer avec constance sur le jeu au sol étant donné le piètre état de la ligne offensive. La retraite inattendue du garde Clint Boling et la blessure qui a déjà mis fin à la saison du bloqueur recrue Jonah Williams n’aideront en rien.

Et comment oublier à quel point la défensive des Bengals a été pitoyable la saison dernière? L’organisation a cependant choisi, essentiellement, de miser sur les mêmes morceaux.

Les Bengals ont terminé au 32e et dernier rang en défensive pour le nombre de verges par la passe et le nombre de verges au total.

  • Départs clés : Clint Boling (garde), Tyler Kroft (ailier rapproché), Vontaze Burfict et Vincent Rey (secondeurs)
  • Additions clés : John Miller (garde), BW Webb (maraudeur)
  • Recrue à surveiller : Le quart-arrière Ryan Finley (4e ronde) a connu un excellent calendrier préparatoire et, si Dalton s’égare, il pourrait s’avérer une bonne alternative.