Impact de Montréal

Le ton monte entre les partisans et les joueurs de l'Impact

Publié | Mis à jour

La défaite de 3-0 de l’Impact contre D.C. United, samedi soir au Stade Saputo, a visiblement été la goutte qui a fait déborder le vase chez plusieurs partisans du club montréalais.

Après le match, plusieurs membres des Ultras étaient furieux et ils ne se sont pas gênés pour le faire savoir aux joueurs de l’équipe. Samuel Piette et Saphir Taïder sont au nombre des joueurs de l’Impact qui ont échangé avec ces partisans.

Notre analyste Hassoun Camara, qui a disputé sept saisons avec l'Impact, était manifestement secoué devant la situation.

Voyez tout le segment dans la vidéo ci-dessus.

Des huées qui font mal

Les joueurs de l’Impact ont essuyé des huées et des sifflets de la part des partisans et ils les ont parfaitement entendus.

«Ça ne fait jamais plaisir parce que j’estime qu’on doit nous soutenir, peu importe ce qui se passe sur le terrain. Ils ont le droit d’être déçus, et à juste titre, parce que c’est 3 à 0», a déploré Bacary Sagna.

Il faut dire que l’équipe a remporté un seul de ses trois derniers matchs à domicile, on peut comprendre que les partisans soient mécontents.

«On a accordé trois très mauvais buts, c’est difficile de planifier un match autour de ça, a convenu Daniel Lovitz. C’est décevant de se creuser un trou comme ça dans un match aussi important.»

Dominer, vraiment ?

Jukka Raitala est un travailleur honnête qui n’a pas l’habitude de faire de grandes déclarations.

Mais il en a fait une quand même un peu étonnante quand il a soutenu que l’Impact avait eu le meilleur sur l’ensemble du match.

«C’est très décevant, ils ont marqué trois buts, mais on a dominé pendant 60 ou 70 minutes.»

On doit respectueusement souligner qu’après avoir pris une avance de trois buts après 32 minutes de jeu, D.C. a laissé le ballon à l’Impact et n’a pas vraiment été embêté par la suite.

Fatigue

Dans son point de presse d’après-match, Wilmer Cabrera a soutenu que la fatigue avait été un élément important dans cette rencontre, théorie à laquelle n’a pas adhéré Daniel Lovitz.

«Je respecte ses commentaires, mais en tant que groupe, ça n’a pas vraiment d’importance. Tu ne peux pas dire que tu es fatigué dans un match aussi important.

«Si tu l’es, tu donnes tout ce que tu as jusqu’à ce que tu sois remplacé. Bien sûr qu’on a joué beaucoup de minutes cette semaine, mais parfois il faut ce qu’il faut et on n’a pas le luxe de prendre des matchs à la légère.»

Bacary Sagna a tout de même fait valoir que les deux équipes ne luttaient pas à armes égales à cet égard.

«On vient d’enchaîner trois matchs en peu de temps. D.C. n’a pas joué en milieu de semaine, je ne veux pas utiliser ça comme excuse, mais sur le plan de la fraîcheur physique, il y avait une différence.»

(Avec Dave Lévesque/Journal de Montréal)