Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

«Je réalise à quel point je suis chanceux» - Ryan Poehling

Publié | Mis à jour

Plus de quatre mois après le premier match de sa carrière avec les Canadiens de Montréal, au cours duquel il a inscrit trois buts en plus de faire la différence en fusillade, le jeune Ryan Poehling peine encore à croire ce qu’il a accompli.

Au terme de sa saison avec l’Université St. Cloud State, le joueur de centre a terminé la campagne avec le CH. Il s’est rapidement distingué, aidant le club à vaincre les Maple Leafs de Toronto au compte de 6 à 5, lors d'un match disputé le 6 avril au Centre Bell.

«Je me fais identifier probablement une ou deux fois par semaine par des partisans sur des publications de faits saillants sur Instagram, a dit Poehling, selon le réseau Sportsnet. J’ai encore l’impression que la poussière n’est pas retombée. Quand j’y pense, je crois qu’on ne pourrait pas écrire une meilleure histoire.»

«Marquer trois buts et avoir le filet victorieux en tirs de barrage avec [le commentateur du réseau CBC] Bob Cole qui décrivait son dernier match... je réalise à quel point je suis chanceux.»

Du respect

Ayant passé quelques jours avec le Canadien au mois d’avril, l’espoir a été en mesure d’acquérir de l’expérience qui lui sera fort utile pour l’avenir. Il a ainsi mis derrière lui les premières sensations et les premiers apprentissages de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Au sein de toutes ces premières impressions, deux choses semblent avoir retenu son attention: la prestance du capitaine Shea Weber et la passion des partisans montréalais.

«[Weber] est probablement l’un des meilleurs capitaines et je peux dire, même si je n’ai été avec l’équipe que pendant une semaine, à quel point c’est un bon gars et à quel point les gens le respectent. De l’avoir avec nous et de savoir qu’il est là pour m'appuyer, ça m’aide énormément à réussir cette transition.»

Par ailleurs, même s’il a bien fait à son premier match, Poehling sait très bien que sa place n’est pas assurée avec l’équipe. Max Domi, Jesperi Kotkaniemi et Phillip Danault devraient théoriquement garder leur place dans l’équipe, Nate Thompson et Matthew Peca ont également des contrats en poche, et Nick Suzuki tentera également sa chance au camp d’entraînement.

L’option d’entamer la saison avec le Rocket de Laval est donc une option possible.

«Il y a plusieurs bons centres à Montréal, mais pour moi, vraiment, il s’agit de croire en moi et de voir ce qui va arriver. C’est tout ce que je peux contrôler.»