Crédit : AFP

Tennis

Nick Kyrgios qualifie l’ATP de «corrompue»

Publié | Mis à jour

L’Australien Nick Kyrgios a récemment été frappé par une amende de 113 000 $ de la part de l’ATP pour s’être conduit de manière grossière sur le terrain lors d’un match contre le Russe Karen Khachanov à Cincinnati. Après son affrontement de premier tour aux Internationaux des États-Unis, mardi, l’athlète de 24 ans en a remis une couche.

À la suite de sa victoire contre l’Américain Steve Johnson, Kyrgios a déclaré en entrevue d’après-match qu’il n’était pas ébranlé psychologiquement par les sanctions le visant et ajoutant que «l’ATP est corrumpue de toute façon».

Déjà sous le coup d’une enquête pour ses agissements à Cincinnati où il a insulté l’arbitre de chaise, quitté le terrain sans en avoir la permission et détruit deux raquettes dans le corridor du court central, Kyrgios en voit donc une deuxième s’ouvrir concernant «une offense majeure».

L’Australien a cependant nuancé ses propos, mercredi, par le biais de son compte Twitter.

«Je voudrais clarifier mon commentaire sur l’ATP étant corrumpue. Ce n’était pas le bon choix de mots. Mon intention était de mettre à l’avant-plan les doubles standards plutôt que la corruption», a-t-il notamment écrit.

Kyrgios, 30e joueur au classement de l’ATP, a remporté deux titres en 2019 en plus de cumuler des gains de plus de 1,1 million $.