Impact

Fanni, un Montréalais heureux de retrouver l’Impact

Publié | Mis à jour

C’est un Rod Fanni très souriant qui a retrouvé les médias montréalais, mardi, au Centre Nutrilait.

Le défenseur français de 37 ans participait à un premier entraînement «officiel» avec l’Impact après l’annonce de son retour avec l’équipe le jour précédent. Manifestement, le vétéran était très heureux de retrouver le club, d’autant plus qu’il est maintenant très attaché à la métropole québécoise.

Lorsqu’il a appris, au printemps, que l’Impact ne pouvait conserver ses services pour la saison 2019, il a quitté le Québec pour un temps, mais il y est vite revenu.

«Je suis parti pour quelque temps, quand même, mais je suis revenu il y a environ trois mois, a-t-il expliqué. J'avais acheté un appartement à Montréal et on s'est installés en famille. J'étais parti, sans vraiment partir!»

«Au-delà de l'Impact, j'ai des amis ici, alors ça me tenait à coeur de rester en contact», a-t-il insisté.

«C'est un club que j'aime beaucoup, j'aime aussi la ville vu que je m'y suis posé, donc c'est un très grand plaisir d'être là aujourd'hui», a assuré l’ancien de l’Olympique de Marseille.

Un retour en deux temps

Les discussions pour son retour avec l’Impact ont commencé il y a une dizaine de jours tout au plus, après le départ du défenseur Zakaria Diallo pour le RC Lens.

«Oui j'étais surpris, mais il s'est passé beaucoup de choses en peu de temps, ces derniers temps, c'est un peu une série, a-t-il souligné. Quand j'ai été approché, il y avait encore Rémi Garde au sein du club, et aussi par monsieur Vassili (Cremanzidis, responsable de l'analytique et directeur adjoint du personnel des joueurs), il y a eu beaucoup de discussions à ce moment-là.»

«J'ai senti vraiment que c'était une intention du club de me faire revenir, et aussi de l'entraîneur (Wilmer Cabrera), a poursuivi Fanni. C'est pour que ça s'est fait quand même. Ça a été un peu particulier pour moi de parler avec un entraîneur et finalement, d'arriver avec un nouveau. C'est les aléas du football (...) moi, ma mission, c'est surtout d'aider l'Impact de Montréal à accéder aux séries et faire un beau parcours là-dessus.»

En forme

Le défenseur de l’Impact Bacary Sagna, un bon ami de Fanni, disait lundi que ce dernier aurait sans doute besoin d’environ deux semaines pour se trouver en état de jouer des matchs, tant ses capacités athlétiques sont remarquables.

Le principal intéressé, de son côté, s’est montré plus prudent.

«Je n'aime pas donner des chiffres parce que ça va rester dans les têtes (...) mais ça va revenir assez rapidement, ça c'est sûr, parce que moi, entre temps, je m'étais quand même tenu pas mal en forme, a-t-il expliqué. J'ai besoin d'un laps de temps pour tout remettre en service, comme on dit, mais ça va le faire.»

Étant passé par de grands clubs européens et même l’équipe nationale française, Fanni possède un bagage d’expérience enviable, il le sait, et il compte bien en faire profiter ses coéquipiers, surtout les plus jeunes, d’ici la fin de la saison.

«Je vais faire ce que je sais faire, ce que j'ai déjà fait ici, a-t-il indiqué. De l'extérieur, en regardant les matchs, il y a des choses que je pense que je peux apporter, notamment en terme d'unité, d'union, ce que j'essayais de faire quand j'étais ici.»

«Des fois, ça tient à pas grand-chose, a-t-il ajouté. Peut-être un peu plus de communication dans certains cas, ou des petits réglages. Parfois ce sont de petites choses qui amènent beaucoup de différence (...) À des plus jeunes aussi, parce qu'on voit pas mal de choses, des erreurs de jeunesse, et autres.»

Fanni espère être capable de «donner de la confiance» à ses coéquipiers.

«Je ne suis pas là pour critiquer mes partenaires, je suis plus là pour apporter le meilleur de moi-même, et beaucoup de positivité parce qu’il y a de bonnes chances pour faire les séries et il ne faut pas les négliger», a-t-il réitéré.

Le défenseur a signé un contrat valide jusqu’à la fin de la saison. Pense-t-il déjà à l’an prochain?

«On en a parlé brièvement, mais pour moi, ce n’est pas l'heure, a-t-il admis. En fin de saison, quand on tient des bilans des deux côtés, s'ils sont satisfaits de ce que j'ai pu apporter, et si je sens l'envie de me garder parce que c'est important pour moi de sentir qu'on veut que je rester, on verra à ce moment-là.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.