Impact

Wilmer Cabrera veut rester longtemps

Publié | Mis à jour

Maîtriser la langue française est un atout non négligeable pour quiconque souhaite obtenir – et conserver – un emploi d’entraîneur-chef d’une équipe professionnelle de Montréal. Le nouveau pilote de l’Impact, Wilmer Cabrera, en est bien conscient.

Ainsi, le nouveau venu a fait de son apprentissage du français l’une de ses priorités. Il était bien au fait de sa situation, quelques jours après avoir paraphé un contrat dont le club a refusé de dévoiler les détails.

«Être ici est un risque, a-t-il reconnu, lors d’une séance de questions et réponses avec les partisans au terme de l’entraînement public de dimanche. "Je ne parle pas français", a-t-il dit en français. Mais je veux apprendre et étudier le français. "Je veux apprendre le français", a-t-il ajouté dans la langue de Molière.

Mode séduction

Le Colombien de 51 ans était donc en mode séduction avec les amateurs de soccer montréalais en prononçant ces quelques mots. Sur le terrain, il devrait également se faire quelques amis avec le style offensif qu’il veut préconiser.

«Je n’ai pas analysé le travail de Rémi, mais ma mentalité est d’attaquer le plus possible. C’était ma façon de penser quand je jouais; j’aimais marquer des buts, a révélé Cabrera. Pour moi, il faut aller devant, il faut attaquer.»

Cependant, ce sont fort possiblement les résultats qui dicteront les prochaines décisions du président et chef de la direction, Kevin Gilmore. Ce dernier a par ailleurs brassé les cartes la semaine dernière pour donner un regain d’énergie à son club. Patrice Bernier, qui s’est joint à l’équipe d’instructeurs lors de la valse de changements, espère lui aussi un soubresaut.

«Quand tu arrives dans cette situation, c’est pareil pour tout le monde, que ce soit avec l’Impact ou ailleurs. Le club a décidé d’apporter des changements pour atteindre ses objectifs et tenter de redynamiser le groupe et d’amener un nouveau discours.»

Le onze montréalais est actuellement huitième de l'Association de l’Est, à trois points du Toronto FC et d’une place en éliminatoires de la Major League Soccer (MLS). Le club de l’Ontario possède toutefois un match en main.

Les deux équipes doivent par ailleurs croiser le fer dans le cadre de la finale du Championnat canadien, avec à la clé un billet pour la Ligue des champions de la CONCACAF.

Voyez le reportage de Nicolas A. Martineau dans la vidéo ci-dessus