Football universitaire RSEQ

Les Carabins ont eu chaud

Publié | Mis à jour

Malgré l'attaque qui était au neutre, les Carabins de l'Université de Montréal ont réussi à vaincre les Stingers au compte de 10 à 3, vendredi soir, au Stade Concordia.

La troupe de Danny Maciocia a cependant pu compter sur une défensive qui a limité les dégâts. Sans être dominante comme en 2018, elle a tout de même empêché les favoris de la foule de trouver la zone payante.

«Nous voulions aller chercher une victoire et nous avons été capables de le faire. C'est sûr que nous avons besoin de mieux jouer», a indiqué l'entraîneur-chef des Bleus, après la rencontre.

«Je suis très satisfait du travail de notre défensive, a-t-il ajouté. [...] Dans les moments cruciaux, nous avons été capables de livrer la marchandise.»

Au total, l'unité défensive a donné 266 verges et réalisé une interception. Elle a également terminé la rencontre avec quatre sacs du quart.

C'est le receveur de passes Jeremy Murphy qui a représenté la plus grande menace pour les Carabins. Le joueur de première année des Stingers a attrapé cinq passes pour des gains de 95 verges.

Une attaque anémique

De l'autre côté du ballon, l'attaque n'a jamais été capable de prendre son erre d'aller. Elle a pourtant bien amorcé le duel, inscrivant un majeur sur leur première séquence. C'est le quart-arrière Dimitri Morand qui a franchi la ligne des buts avec une faufilade du quart.

Le pivot de 22 ans a été inconstant lors du reste de la partie, trouvant difficilement ses receveurs. Ceux-ci ne l'ont pas plus aidé, échappant régulièrement ses relais. Le centre Simon Laurin lui a aussi compliqué la tâche avec quelques remises hasardeuses.
Morand a complété sa rencontre avec 12 passes complétées en 25 tentatives pour des gains de 130 verges. Il a aussi été victime d'une interception.

«Je suis déçu, ce n'était pas le résultat que nous visions, a d'entrée de jeu expliqué Morand. C'est maintenant du passé et il faut que nous apprenions de cela. Nous allons mettre les bouchées doubles pour être capables d'éliminer les erreurs d'exécutions.»

Le coordonnateur à l'attaque des Carabins, Gabriel Cousineau, avait essentiellement le même discours que son quart.

«Nous avons fait des petites erreurs d'exécution et de concentration, a affirmé l'entraîneur de 28 ans. Je pense à quelques échappés ici et là. À quelques occasions, nous étions à un bloc d'une grosse course. Ce n'est pas inquiétant du tout.»

Le botteur Louis-Philippe Simoneau, qui a combattu un cancer ce printemps, a raté son unique tentative de placement. Il a néanmoins réussi plusieurs bottés de dégagement, qui ont donné un bon coup de main à la défensive.

Les Carabins auront une semaine pour peaufiner leur jeu, alors qu'ils recevront le Vert et Or de l'Université Sherbrooke, vendredi soir prochain, au CEPSUM. La même journée, les Stingers visiteront l'Université McGill au Stade Percival-Molson.