Canadiens

Karl Alzner : pas question de retourner à Laval

Louis-André Larivière / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Karl Alzner a passé l’été entouré de ses proches en Colombie-Britannique, où il s’entraîne sur glace avec Shea Weber et Carey Price. Évidemment, il n’a pas en tête les mêmes objectifs que ses deux coéquipiers des Canadiens de Montréal.

Écoutez un extrait de l'entretien avec Karl Alzner dans la vidéo, ci-dessus.

«(Shea et Carey) veulent accéder aux séries. Moi, tout ce que je veux, c’est recommencer à jouer et de reprendre un rôle régulier», a raconté le sympathique défenseur dans un entretien avec le TVASports.ca, vendredi.

Lorsqu’il reviendra à Montréal dans quelques semaines, Alzner, qui fêtera son 31e anniversaire en septembre, tentera par le fait même d’éviter la douloureuse rétrogradation vécue l’an dernier. Et si son destin l’amène encore chez le Rocket de Laval, exigera-t-il une transaction?

«Certainement, si c’est pour faire comme l’an dernier», a-t-il laissé entendre.

«Je ne veux pas perdre de temps, car il ne reste pas beaucoup d’années à ma carrière de joueur. Je veux profiter de celles qui me restent.»

Avant d’être transféré dans la Ligue américaine, en novembre, le numéro 27 avait un statut d’homme de fer. Il n’avait pas raté une seule rencontre dans la LNH en saison régulière depuis 2010-2011, lui qui a revêtu l’uniforme du Bleu-blanc-rouge neuf fois au cours de la plus récente campagne.

De ce nombre, son temps d’utilisation n’a pas dépassé les 19 min 19 s. Le 10 janvier, son dernier match avec le CH, son temps de glace était de 14:58. Avec le recul, il avoue ne pas comprendre ce qui s’est passé.

«Je veux avoir une chance de jouer, ce que je n’ai pas vraiment eu l’an dernier. Je me sentais bien dans tous les matchs que j’ai joués, a assuré le vétéran.

«C’est difficile de savoir quoi faire différemment. J’espère avoir l’heure juste à mon retour. Je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre.»

La LNH et rien d’autre

Alzner est dans l’incertitude depuis l’hiver dernier. Non seulement ne savait-il pas s’il allait changer d’adresse par la voie d’une transaction ou si son entente paraphée en 2017 était rachetée pendant l’été, il dit ne pas avoir eu de rencontre de fin de saison avec le directeur général, Marc Bergevin.

Son seul entretien a été d’une durée de «deux ou trois minutes» avec l’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, à qui il entend bientôt passer un coup de fil à savoir s’il a eu vent des intentions de l’organisation à son égard.

Pour l’instant, Alzner assure qu’il n’a pas demandé à être échangé. Du moins «pas formellement». Cela changera manifestement si le CH décide que son avenir est du côté de la Ligue américaine.

«Je ne veux pas faire de bruit. En même temps, tu veux t’assurer que ta voix est entendue dans une situation comme ça, prévient-il.

«J’étais sans doute ouvert à l’idée d’être échangé lorsque j’ai lu entre les lignes. Je préfèrerais jouer au plus haut niveau. Même si j’ai aimé mon passage à Laval, je ne veux pas qu’une équipe se serve de moi comme mentor. Je veux être dirigé et gagner.

«Si je n’ai pas de poste à Montréal, ce sera ailleurs.»

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Un coûteux contrat

Cet automne, il restera trois saisons au contrat de cinq ans et 23, 125 millions$ d’Alzner, dont la moyenne annuelle s’élève 4,625 millions$ sur la masse salariale de l’équipe.

Il reconnait que ce pacte est coûteux dans la LNH d’aujourd’hui et que ça complique la possibilité qu’une transaction voie le jour.

«Je réalise que mon contrat est difficile à absorber pour une organisation. La plupart des équipes sont près du plafond. C’est la partie désavantageuse, mais je veux me trouver avec une équipe où je me sens désiré.

«C’est important pour moi.»

Une pensée pour Ben Chiarot

En attendant de voir ce qui se passera au camp, il y aura un nouveau visage à la ligne bleue du Tricolore avec l’embauche de Ben Chiarot, pendant l’été.

L’ancien des Jets de Winnipeg est pressenti pour patrouiller le flanc gauche de la deuxième paire, en compagnie de Jeff Petry, une acquisition qui laisse Alzner perplexe quant à son avenir à Montréal.

«Il joue d’une façon similaire (à mon jeu). Je lui souhaite que ça se déroule mieux que moi. C’est un bon joueur et il peut sans doute aider l’équipe.»

Malgré tout, l’esprit d’équipe est une qualité que personne ne peut enlever à Alzner. Lorsqu’il parle de ses camarades, on sent que la fraternité est tissée solide.

«Je veux que l’équipe connaisse du succès. J’adore les gars. C’est important pour moi. S’ils jouent tous comme ils l’ont fait pendant la plupart du temps, la saison dernière, ils obtiendront de bons résultats.

«Les gars étaient assez optimistes aprèsla saison. Ce sera intéressant de voir comment ça se transportera au camp.»