MLB

Stade à Montréal: les Québécois veulent un toit rétractable

Publié | Mis à jour

Le projet de bâtir un stade de baseball à ciel ouvert à Montréal n’est pas bien reçu par la population québécoise.

Les résultats d’un sondage réalisé pour le Journal de Montréal par le groupe Léger viennent à l’encontre du souhait du groupe de Stephen Bronfman qui disait favoriser la construction d’un stade ouvert dans un document déposé à l’Office de consultation publique de Montréal, le mois de mai dernier.

Une forte majorité de répondants plaident en faveur d’un stade qui protégerait les spectateurs contre les intempéries. Un toit rétractable reçoit l’assentiment de 36 pour cent des répondants. Une proportion de 20 pour cent se dit favorable à un toit fixe.

C’est donc dire que 56 pour cent des gens interrogés estiment que le nouveau stade projeté au bassin Peel devrait être doté d’une protection contre les mauvaises conditions climatiques.

Quant aux gens qui appuient l’idée d’un stade ouvert, ils ne sont que 20 pour cent.

Parmi les gens sondés, ce sont les amateurs de baseball qui sont les plus favorables à l’idée d’un toit rétractable, dans une proportion de 62 % chez les amateurs réguliers, et 49 % chez les amateurs occasionnels.

Climat imprévisible

Ce chiffre n’a rien d’étonnant compte tenu du temps capricieux qui prévaut au printemps. Le mois d’avril nous offre habituellement un cocktail météo.

On l’a vu encore cette année alors qu’une dizaine de centimètres de neige se sont abattus sur Montréal à quatre jours du match d’ouverture local de l’Impact.

Parce qu’elle ne voulait pas disputer son premier match devant ses partisans au Stade olympique, l’équipe montréalaise de la MLS avait joué ses six premières rencontres de la saison à l’étranger.

À son retour, la pelouse du stade Saputo était en mauvais état. Le terrain ne dispose pas d’un système de réchauffement, comme c’est le cas au BMO Field à Toronto.

Selon divers sites compilant des données de météo, le mois d’avril a été ponctué de 24 journées où les conditions climatiques furent qualifiées de défavorables ou très défavorables à Montréal.

On peut donc penser que plusieurs matchs auraient été reportés en raison du mauvais temps s’il y avait eu une équipe de baseball en ville.

C’était monnaie courante lorsque les Expos jouaient au stade Jarry et même à leurs premières saisons au Stade olympique alors que le mât contenant la fameuse toile était inachevé.

Le meilleur compromis

Un stade de baseball avec toit rétractable serait le meilleur compromis entre un stade ouvert et un stade fermé.

Par ailleurs, contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est du côté des jeunes que l’on observe le plus haut pourcentage en faveur d’un toit amovible.

La réponse est de 45 pour cent pour la tranche des 18 à 34 ans, de 33 pour cent chez les 35 à 54 ans et de 32 pour cent chez les 55 ans et plus.

C’est dans ce dernier groupe que l’on retrouve, par contre, la plus forte proportion en faveur d’un toit fixe avec 23 pour cent.

Le pourcentage est identique chez les 35 à 54 ans tandis qu’il s’élève à 11 pour cent seulement pour la tranche des 18 à 34 ans.

La venue d’une équipe à Montréal, quant à elle, est favorisée par une majorité de 60 pour cent des répondants.

Les opposants se chiffrent à 15 pour cent tandis que 25 pour cent ne savent pas ou ont refusé de répondre à la question.

D’autre part, 41 pour cent des répondants s’identifient comme des amateurs réguliers (7 %) ou occasionnels (34 %).

La proportion des gens sondés affirmant ne pas avoir d’intérêt pour le baseball s’élève à 59 pour cent.

Une personne sur deux se dit prête à acheter des billets sur une base saisonnière (2 %), régulière (6 %) ou occasionnelle (43 %).

Non aux deniers publics

Cependant — et sans grande surprise —, les répondants se disent défavorables à 54 pour cent à une participation financière des gouvernements dans la construction d’un nouveau stade. Une proportion de 27 pour cent se dit en faveur.

À cet égard, le Groupe de Montréal, que dirige Stephen Bronfman, a toujours indiqué que ses attentes envers la ville de Montréal reposaient sur une contribution au niveau des infrastructures. La mairesse Valérie Plante se montre réceptive à cette idée.

Quant au financement d’un stade, les promoteurs montréalais dévoileront sans doute leur plan le jour de l’annonce de la venue d’une équipe en ville.

Le sondage a été réalisé par internet du 12 au 16 juillet 2019, auprès de 1007 Québécois. Sa marge d’erreur est de 3,09 %, 19 fois sur 20.