Canadiens de Montréal

Michel Bergeron «assommé» par la gestion du dossier Alzner

Publié | Mis à jour

Michel Bergeron s’explique mal que le contrat du défenseur Karl Alzner n’ait pas été racheté par les Canadiens de Montréal cet été.

Réunis à Trois-Rivières dans le cadre d’un tournoi de golf caritatif, Bergeron et l'analyste de TVA Sports Patrick Lalime étaient en entrevue à l’émission «Les Partants», vendredi. Ils ont commenté différents dossiers touchant le CH à l’approche de la saison 2019-2020 (à voir dans la vidéo ci-dessus).

«Je suis encore assommé qu’on n’ait pas racheté le contrat d’Alzner, a fait savoir Bergeron. Tout le monde sait que [Marc Bergevin] a fait une erreur en l’embauchant, mais la deuxième, c’est de le garder. Si Alzner ne se taille pas un poste, on va encore une fois payer un joueur qui gagne près de [5 millions $] à Laval, dans la Ligue américaine.

«Je veux bien croire qu’il va aider les espoirs à Laval, mais on a besoin d’un jeune qui se développe, pas d’un vétéran en fin de carrière. Je pense que Joël Bouchard aimerait beaucoup mieux travailler avec de jeunes défenseurs plutôt qu’avec des défenseurs surpayés que l’on veut absolument garder à Montréal.»

Selon CapFriendly, le CH ferait une économie de 3,55 millions $ en 2019-2020 en rachetant le contrat d’Alzner. Toutefois, l’année suivante, le Tricolore ne retrancherait que 430 556$ de son impact initial de 4,625 millions $ sur la masse salariale.

Un autre inconvénient est que le vétéran continuerait d’occuper un espace sur la masse salariale jusqu’en 2025 dans l’éventualité d’un rachat, alors que le contrat d’Alzner prendrait normalement fin en 2022.

Rachat du contrat d’Alzner

Saison

Impact sur la masse salariale

Économies

2019-2020

1 069 444 $

3 555 556 $

2020-2021

4 194 444 $

430 556 $

2021-2022

2 194 444 $

2 430 556 $

2022-2023

1 069 444 $

-1 069 444 $

2023-2024

1 069 444 $

-1 069 444 $

2024-2025

1 069 444 $

-1 069 444 $

Drouin, le facteur déterminant?

Par ailleurs, «Bergie» n’a pas paru très emballé par les changements - ou le manque de changements - apportés par Bergevin durant la saison morte.

«Je ne pense pas que le Canadien s’est beaucoup amélioré, a indiqué Bergeron. On attendra le camp d’entraînement pour se prononcer sur les jeunes.»

L’ancien entraîneur-chef des Nordiques de Québec estime que Jonathan Drouin doit prendre les rênes à l’attaque – et avoir l’occasion de le faire – pour que le CH obtienne des résultats intéressants.  

«Je ne peux pas voir le Canadien avoir du succès si Jonathan Drouin n’explose pas. Je voudrais que Jonathan soit LE joueur, surtout en avantage numérique. Pourquoi ne jouerait-il pas sur le premier trio? Il a le talent et il a de bonnes intentions, j’en suis persuadé. Il faut que Jonathan soit l’homme-clé à l’attaque chez le Canadien», a-t-il soutenu.

Attentes modérées pour Chiarot

Ben Chiarot représente l’embauche la plus importante de Bergevin sur le marché des joueurs autonomes cet été. Le robuste défenseur de 28 ans a décroché un contrat de trois ans, d'une valeur totale de 10,5 millions $ après avoir récolté 20 points et compilé un différentiel de +6 en 78 matchs avec les Jets de Winnipeg.

Patrick Lalime entretient des attentes assez raisonnables à l’endroit du nouveau venu. 

«Je le vois comme un défenseur numéro 5, a expliqué l’ancien gardien. Il est plus offensif que Jordie Benn l’an passé. [...] Il va être bon, il va être aussi bon que Benn, mais je ne pense pas que c’est un joueur qui va avoir un impact majeur.»