Lutte

SummerSlam: bon, mais imparfait

SummerSlam: bon, mais imparfait

Patric Laprade

Publié 12 août
Mis à jour 12 août

La WWE présentait l’un de ses événements les plus importants de l’année hier, au Scotiabank Arena de Toronto, alors que SummerSlam revenait au Canada pour la première fois en 15 ans.

La carte de 12 combats n’a pas été parfaite, mais au final, ce fut un bon show. Le problème avec cette dernière prémisse est qu’il n’y avait rien d’extraordinaire. Rien de mauvais à se cogner la tête sur le mur, mais rien de mémorable non plus. Et c’est ce qui est parfois désolant de la part de la WWE. Un événement spécial comme un PPV devrait toujours être meilleur qu’un événement hebdomadaire télévisé. Par le fait même, un événement comme Royal Rumble, WrestleMania, Money in the Bank, SummerSlam et Survivor Series, les cinq plus importants, devrait toujours être au sommet de la liste. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas.

Ceci dit, j’ai bien aimé l’événement d’hier soir. Mais il y a une différence entre bon et extraordinaire, entre bon et incroyable, entre bon et mémorable.

Parmi les moments forts, le match entre Seth Rollins et Brock Lesnar en est un. Je n’aurais jamais pensé que Rollins contre Lesnar aurait été le match de la soirée. Malgré l’échec lamentable de faire passer Rollins pour un babyface pour lequel on a de la sympathie lundi dernier à Raw, par la fin du match d’hier soir, la foule, qui visiblement voulait être derrière Rollins, était à nouveau conquise. Et ce, malgré les hués qui ont accompagné son entrée vers l’arène.

L’intensité du combat et voir autant de manœuvres percutantes ont aidé en ce sens, alors que le match a été un peu plus long qu’un match régulier de Lesnar. Ce dernier a d’ailleurs prouvé qu’il avait encore sa place parmi les grands de ce métier.

J’ai aimé qu’on fasse un clin d’œil à WrestleMania, alors que cette fois-ci, les rôles étaient inversés : Becky faisait le premier match, tandis que Seth faisait les frais de la finale. Le résultat est le même cependant. Les deux quittent SummerSlam champions respectifs de leur division. L’envers de la médaille cependant est de constater que rien n’a changé depuis WrestleMania.

Mais avant de tomber dans le négatif, je m’en voudrais de ne pas mentionner qu’un des points positifs de l’événement est que plus souvent qu’autrement, les bonnes personnes ont remporté la victoire, une donnée trop souvent négligée de la part de la WWE.

De Becky à Kevin Owens, des victoires logiques

Becky se devait de garde le titre contre Natalya. La journée qu’elle va le perdre, ça devrait être contre quelqu’un qui va pouvoir solidement prendre la relève et non pas une vétérane comme Nattie. Goldberg se devait de gagner contre Ziggler. Ce dernier a tout aussi bien paru dans la défaite, encore plus en rappelant Goldberg pas une, mais deux fois vers l’arène. J’ai tout adoré de ce segment. Charlotte Flair se devait de gagner contre Trish, qui a offert une performance très honnête. Ça a été mon match féminin préféré de la soirée. J’aurais tellement aimé voir Trish, 15 ans plus jeune, maintenant, alors qu’on laisse plus de chances aux femmes de donner des bons matchs. Je pense qu’elle aurait très bien pu suivre les meilleures lutteuses d’aujourd’hui. Bray Wyatt se devait de battre Balor. Le personnage est vraiment fou et si on peut continuer à lui donner de bonnes histoires et de bons moments, il y a quelque chose de spécial ici, c’est certain. Je me serais distancé un peu de son ancien thème d’entrée et de la lampe, mais on parle de détails ici.

Et finalement, Kevin Owens se devait de battre Shane McMahon.

Ce fut d’ailleurs un excellent match, qui a très bien été reçu par la foule. Premièrement, Owens a reçu l’une des ovations les plus fortes de la soirée, mais le match comme tel n’a pas eu de temps mort et les amateurs ont apprécié que les bonzes de la WWE soient enfin derrière le Québécois. Même si Shane n’a pas été aussi spectaculaire que dans la majorité de ses combats, l’histoire n’était pas autour de lui cette fois, mais bien autour d’Owens. Il avait besoin d’une grosse victoire, pas d’une victoire remportée par chance et c’est ce qu’on lui a donnée.

On n’a toujours pas créé de vedettes

Si j’avais une critique générale à faire à l’événement, c’est qu’on n’a pas encore créé une nouvelle vedette. On n’a pas encore élevé un lutteur ou une lutteuse au statut des quelques vedettes sur lesquelles la WWE peut compter.

Même si les bonnes personnes ont remporté la victoire, ça ne veut pas dire que c’est optimal pour autant. On se retrouve quand même dans la même position qu’après WrestleMania, avec Seth, Becky et Kofi au sommet de la montagne et pas nécessairement plus populaires qu’ils l’étaient à ce moment-là. Le fait que Brock et Rollins se soient échangés le titre est l’exemple parfait du manque de candidats crédibles pour le poste et ça, c’est la faute de Vince McMahon et de son équipe créative, qui avaient quatre mois pour arriver avec un aspirant pour le titre et qui n’ont pas été en mesure de le faire. Même chose du côté de Becky, alors que personne n’a pu vraiment en bénéficier depuis avril, pas même Lacey Evans. Kofi et Orton avaient une histoire à raconter et je n’avais pas de problème avec ce match, qui fut très bien vendu d’ailleurs. Mais là où le bât blesse, c’est qu’en faisant un double compte à l’extérieur, on nous dit que la rivalité ne fait que débuter. C’est donc dire qu’Orton prend la place de quelqu’un qui pourrait en profiter davantage. Pour moi, le plus bel exemple de cette critique est qu’on a senti le besoin de ramener des vedettes d’autrefois, comme Goldberg et Trish, à une époque où la WWE a tellement de profondeur et tellement de talents que ça en est épeurant.

AJ vs Ricochet aurait dû être du calibre de NXT

Ça aurait été le temps par exemple de donner une grosse victoire à Ember Moon. Ça aurait été le temps d’utiliser le fait que Charlotte ait fait la finale de WrestleMania pour élever une autre lutteuse. Mais ça aurait surtout été le temps de donner un gros match entre AJ Styles et Ricochet. Ma foi que ce match m’a déçu. J’étais prêt à

acheter qu’à la télévision, on ne voulait pas trop en donner et avec les pauses et tout ça, le format n’était peut-être pas le bon pour ça. J’étais prêt à vivre avec Extreme Rules et la victoire de Styles, dans un match qui ne passera pas à l’histoire, car je me disais que SummerSlam s’en venait. Mais là SummerSlam est chose du passé et je suis resté sur mon appétit.

La veille, NXT a offert des classiques à ses fans. Que ce soit les Street Profits contre Undisputed Era, Pete Dunne, Roderick Strong et Velveteen Dream dans un triple menace ou Johnny Gargano contre Adam Cole, qui ont été, selon moi, les trois meilleurs matchs de la fin de semaine dans l’univers de la WWE. Aucun match à SummerSlam n’a passé près de cette qualité de combats que NXT a donnée. Pourtant, Styles contre Ricochet avait ce potentiel. Si deux lutteurs à la WWE peuvent donner un meilleur match que Gargano et Cole, ce sont bien ces deux-là. Mais non. On a donné un bon match de 13 minutes, un match qui n’a rien à se reprocher comme tel, mis à part le fait que ce ne sera pas un match qu’on va se rappeler. Personne dans six mois va dire « Ah oui, j’étais là la fois que Styles et Ricochet se sont affrontés à SummerSlam ». Pourtant, c’est comme ça que tu fabriques des vedettes. Ce match fut possiblement ma plus grosse déception.

Paul Levesque ne confirme pas le départ de Gargano

Parlant de NXT, j’ai eu l’opportunité d’assister à la conférence de presse que Paul Levesque (Triple H) donnait après NXT samedi soir. Il était satisfait du résultat et à juste titre. Ce fut un excellent TakeOver. Même si tout porte à croire qu’il s’agissait du dernier combat de Johnny Gargano avec NXT, Levesque n’a pas voulu confirmer ou infirmer et a plutôt tenté de dévier sa réponse, disant qu’il n’avait pas demandé à William Regal de sortir et aller serrer la main à Gargano et qu’il trouvait normal pour les amateurs de remercier Johnny Wrestling, compte tenu du match qu’il venait d’offrir. Sa non réponse en était une pour moi et je crois bien qu’entre Raw ce soir, SmackDown Live demain et les enregistrements télés de NXT mercredi en Floride, ce sera fait officiellement.

Concernant la superbe entrée de Velveteen Dream, l’un des moments forts de l’événement, alors que la musique du Mountie (Jacques Rougeau) s’est fait entendre, suivi par des danseurs habillés aux couleurs des Raptors de Toronto, Levesque disait que le résultat final n’était pas l’œuvre d’une seule personne, mais bien un remue-méninge de plusieurs personnes.

Reigns, Bryan et Raw ce soir

J’avoue avoir été surpris de ne pas voir une seule fois Roman Reigns à SummerSlam. Suite à l’intervention de Rowan dans le match de Buddy Murphy, je croyais qu’on continuerait cette histoire-là durant le show. Mais non. Ce qui n’est pas une mauvaise chose, loin de là. On va certainement reprendre l’histoire ce soir à Raw. Mais c’est quand même quelque chose de réaliser que Roman Reigns, Daniel Bryan, Samoa Joe, Cesaro, Drew McIntyre, Sami Zayn, tous des gars avec beaucoup, beaucoup de talent, ne faisaient pas partie d’un des événements les plus importants de l’année à la WWE.

Les t-shirts de KO partent comme des petits pains chauds

Les Canadiens ont eu la cote hier soir, à juste titre. Trish a eu une belle réaction de la foule, peut-être pas aussi forte lors de son entrée que je m’attendais, mais à sa sortie, avec la performance qu’elle avait livrée, les amateurs lui ont bien remis. Surprise en avant-show alors qu’Edge est venu interrompre le discours anti-Toronto d’Elias. Il a reçu l’ovation de la soirée. Et bien entendu Kevin Owens, qui a été le lutteur le plus populaire de tout SummerSlam. Toujours très agressif et créatif dans sa marchandise (les lutteurs/lutteuses sont consultés à ce niveau), Owens avait un nouveau t-shirt aux couleurs des Raptors de Toronto, les champions de la NBA. Pour avoir discuté avec quelques vendeurs aux différents kiosques dans l’aréna, c’était le meilleur vendeur de la soirée. Plusieurs kiosques n’en avaient plus par la fin de l’événement. Je leur souhaite de renouveler leur stock pour ce soir et demain.

Instagram pour davantage de contenu

Je vous invite à vous abonner à mon compte Instagram, @patlaprade, afin de voir du contenu exclusif entourant SummerSlam. Des entrevues avec Becky Lynch, Kofi Kingston, Big E et bien d’autres. De plus, ce soir, comme à tous les lundis, je vais vous offrir le Quiz de l’Historien, cinq questions sur l’histoire de la lutte professionnelle.

En terminant, voici les cinq meilleurs matchs chez les hommes et les cinq meilleurs matchs chez les femmes, toute promotion confondue, que j’ai eu la chance de voir cette semaine :

  1. Johnny Gargano c. Adam Cole
  2. Street Profits c. Undisputed Era
  3. WALTER c. Daisuke Sekimoto (wXw)
  4. Velveteen Dream c. Pete Dunne c. Roderick Strong
  5. Seth Rollins c. Brock Lesnar

 

  1. Mercedes Martinez c. Jordynne Grace (The Summit)
  2. Nicole Matthews c. Nicole Savoy (The Summit)
  3. Io Shirai c. Candice Lerae
  4. LuFisto c. Allysin Kay c. Priscilla Kelly c. Cheerleader Melissa (The Summit)
  5. Charlotte Flair c. Trish Stratus

 

Résultats rapides de NXT

  • Les champions par équipe NXT les Street Profits ont battu Undisputed Era
  • Io Shirai a défait Candice LeRae
  • Le champion Nord-Américain Velveteen Dream a vaincu Pete Dunne et Roderick Strong dans un match triple menace
  • La championne NXT Shayna Baszler a battu Mia Yim
  • Le champion NXT Adam Cole a défait Johnny Gargano dans un match 2 de 3

Résultats rapides de SummerSlam

  • Le champion mi-lourd 205 Live Drew Gulak a battu Oney Lorcan
  • Buddy Murphy a défait Apollo Crews par disqualification lorsque Rowan est intervenu
  • Les championnes par équipe Nikki Cross et Alexa Bliss ont vaincu les IIconics
  • La championne de Raw Becky Lynch a battu Natalya dans un match de soumissions
  • Goldberg a défait Dolph Ziggler
  • Le champion des États-Unis AJ Styles a vaincu Ricochet
  • La championne de SmackDown Live Bayley a battu Ember Moon
  • Kevin Owens a défait Shane McMahon
  • Charlotte Flair a vaincu Trish Stratus
  • Le match entre champion de la WWE Kofi Kingston et Randy Orton s’est soldé par un double compte à l’extérieur
  • Bray Wyatt a battu Finn Balor
  • Seth Rollins a défait le champion Universel Brock Lesnar pour remporter le titre