Ryth-Jean Giraud

Photo : Ryth-Jean Giraud Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Carabins: un comité de porteurs

Publié | Mis à jour

Le jeu au sol a toujours été l’une des marques de commerce des Carabins de l’Université de Montréal et la saison 2019 ne fera pas exception.

Si à une certaine époque Rotrand Sené ou encore Sean Thomas-Erlington animait pratiquement seul le spectacle, le système d’un porteur de ballon unique est bel et bien terminé au CEPSUM.

Depuis quelques saisons, les Carabins divisent les courses entre plusieurs porteurs de ballons lors d’un même match. Une formule qui a fait ses preuves et qui sera renouvelée cette année, avec en vedette Ryth-Jean Giraud, Reda Malki et Jean-Clifford Dazouloute. 

«Nous ne serons pas une équipe qui va donner une trentaine de courses à un seul porteur de ballon. Nous allons les partager entre deux ou trois porteurs à chaque match. Ça, c’est sûr et certain», a affirmé l’entraîneur-chef des Bleus Danny Maciocia.

«Nous ne voyons pas l’utilisation de nos porteurs de ballons différemment par rapport à la dernière saison, a renchéri le coordonnateur à l’attaque Gabriel Cousineau. C’est sûr que Ryth-Jean [Giraud] part avec une certaine avance, compte tenu de ses performances en 2018. Nous avons cependant une belle profondeur derrière lui et nous avons bien l’intention d’en user.»

«Tous nos porteurs sont différents dans leur style, ce qui nous permet de changer le rythme, a ensuite dit l’ancien quart-arrière. Nous essayons aussi de tous les garder en santé. Nous avons beaucoup de porteurs de ballon dans notre alignement, car nous les utilisons sur les unités spéciales. Tant qu’à les avoir en uniforme, pourquoi ne pas les utiliser.»

Le partage, pas de problème

Les athlètes de haut niveau aiment avoir le plus de temps de jeu possible et les footballeurs des Carabins n’y font pas exception. Cousineau, Maciocia et leurs acolytes dans le personnel d’entraîneurs des Carabins ont cependant habilement vendu l’idée du partage des responsabilités à leurs étudiants-athlètes.

«C’est parfait [d’avoir plus d’un porteur], a exprimé Giraud. Cela me permet de progresser comme joueur. Les trois, nous savons que nous sommes capables d’exceller et c’est vraiment motivant d’avoir des athlètes de leur niveau à mes côtés.»

«Chaque porteur de ballon est en mesure de bien faire sur le terrain, a-t-il ajouté. Nos entraîneurs s’assurent que nous soyons tous capables d’aider l’équipe à remporter des matchs.»

Giraud, qui a étonné avec 32 courses pour 224 verges et quatre majeurs à sa saison recrue, préfère même parler du collectif quand on lui demande s’il sera en mesure de produire au même rythme qu’en 2018.

«Je pense encore être en mesure de créer la surprise chez les défensives adverses et si ce n’est pas moi, ce sera l’un des autres porteurs. Il y a vraiment du talent chez les Carabins. Je ne suis pas inquiet que notre jeu au sol va faire des étincelles en 2019.»