Coupe Rogers 2020

Bianca Andreescu championne à Toronto... par abandon!

Publié | Mis à jour

Bianca Andreescu aurait certainement aimé l’emporter dans de meilleures circonstances, mais elle ne chérira pas moins son titre de championne de la Coupe Rogers.

La jeune canadienne de 19 ans, 27e au monde, a profité du forfait de l’Américaine Serena Williams (10e) pour gagner le volet féminin du prestigieux tournoi canadien, dimanche à Toronto.

Williams a été forcée à l’abandon, car elle souffrait de spasmes au dos. Andreescu menait 3-1 dans la première manche à ce moment-là.

«Ce n’est pas facile pour Serena, surtout se retirer en finale», a dit celle qui devrait grimper au 14e rang mondial lors de la prochaine publication du classement de la WTA.

«Je sais comment elle se sent parce que j’ai déjà dû le faire souvent dans ma courte carrière, a-t-elle ajouté. Parfois, tu dois seulement écouter ton corps. Ce n’est pas de cette façon que j’aurais souhaité gagner, mais une victoire est une victoire et je suis très heureuse.»

Andreescu effectuait d’ailleurs un retour au jeu à Toronto. Elle était absente depuis son forfait avant son match de deuxième tour à Roland-Garros en mai dernier, à cause d’une blessure à l’épaule.

Après le retrait de Williams, les deux joueuses ont partagé un beau moment aux abords du terrain. Elles se sont notamment serrées dans leurs bras.

«Je ne peux pas bouger», a confié une Williams en pleurs à Andreescu pendant leur discussion.

«Je t’ai suivi pendant toute ta carrière, tu es une bête», a répliqué la Canadienne.

À la maison

En décrochant la victoire au Centre Aviva, Andreescu ne remportait pas seulement son deuxième titre en carrière sur le circuit de la WTA, mais aussi le tournoi dont elle rêvait depuis toujours.

En mars dernier, elle avait décroché les grands honneurs à Indian Wells en défaisant l’Allemande Angelique Kerber.

«À Indian Wells, ce fut une rude bataille alors la victoire était plus satisfaisante sur le coup, a-t-elle reconnu. Toutefois, ce tournoi est à la maison. J’ai tellement travaillé sur ce terrain et dans ce gymnase. Ce tournoi est 10 fois plus spécial.»

Andreescu est la première Canadienne à gagner la Coupe Rogers, qui en était à sa 40e année d’existence. En 1969, à Toronto, la Canadienne Faye Urban avait remporté l'Omnium canadien contre sa compatriote Vicky Berner.

Confiante

En quarts de finale, Andreescu a dû retraiter au vestiaire pour subir des traitements et se faire installer des bandages à cause d’un inconfort à l’aine. Elle ne participera d’ailleurs pas au tournoi de Cincinnati la semaine prochaine.

En dépit de cela, elle se sent d’attaque pour les Internationaux des États-Unis, qui commencent le 26 août à Flushing Meadows.

«Ma victoire et le fait d’avoir bien géré la pression et les attentes de tout le monde ont certainement fait monter mon niveau de confiance, a-t-elle affirmé. En espérant que ce gain me donnera du momentum en vue des Internationaux des États-Unis.»