Coupe Rogers 2020

Bianca Andreescu passe à l’histoire

Publié | Mis à jour

Faisant passer ses partisans par toute la gamme des émotions à Toronto, la Canadienne Bianca Andreescu a réussi à s’imposer contre la troisième raquette mondiale, soit la Tchèque Karolina Pliskova, lors des quarts de finale du tournoi de la Coupe Rogers, vendredi.

Ennuyée par une blessure à une cuisse au cours de cette rencontre, Andreescu a profité de certaines erreurs de son adversaire pour l’emporter en trois manches de 6-0, 2-6 et 6-4, devenant ainsi la première Canadienne depuis Faye Urban en 1969 à atteindre les demi-finales du volet féminin de la Coupe Rogers.

«Quand je saute sur le terrain, je n’ai peur de rien», a dit Andreescu en point de presse après son match, pour expliquer ses succès contre les meilleures joueuses au monde.

«Je n’ai aucune pitié, peu importe l’identité de mon adversaire, et je pense que ça paraît», a-t-elle ajouté.

Gros défi

En demi-finale, Andreescu affrontera l’Américaine Sofia Kenin, 29e au classement de la WTA.

Après avoir vaincu la numéro un mondiale Ashleigh Barty plus tôt cette semaine, Kenin s’est qualifiée pour le carré d’as en disposant de l’Ukrainienne Elina Svitolina, vendredi.

«J’ai joué contre elle [Kenin] deux fois cette année déjà, a raconté Andreescu, qui a remporté un de ces deux duels. Je sais à quoi m’attendre. C’est une battante. Elle va chercher beaucoup de balles. Je vais me présenter et essayer d’offrir la meilleure performance possible.»

Les deux joueuses devaient aussi croiser le fer au deuxième tour à Roland-Garros, mais Andreescu avait dû déclarer forfait à cause de sa blessure à l’épaule.

Dans la douleur

À propos du match contre Pliskova, l’Ontarienne de 19 ans a rapidement fait rêver les amateurs en dominant complètement le premier set. Or, elle a vu Pliskova retrouver provisoirement ses repères. Andreescu a ensuite dû retraiter au vestiaire pour des traitements alors qu’elle tirait de l’arrière par le pointage de 5-2 lors de la deuxième manche.

«J’ai senti une douleur à l’aine ce matin et ça s’est aggravé pendant le match, a-t-elle indiqué. [...] Je viens de prendre le plus long bain glacé de l’histoire. Je tremble encore. J’espère que ça va aider.»

Combattant la douleur, Andreescu a finalement su résister lors du troisième set, profitant par ailleurs des nombreuses fautes directes de Pliskova.

«C’est difficile de ne pas y penser que tu souffres pendant chaque point, a reconnu la Canadienne. Quand une chose comme celle-là se produit, j’essaie de me concentrer sur ma stratégie et sur ma performance.»

Peu importe l’issue de la demi-finale, Andreescu pourrait se hisser parmi les 20 meilleures au monde au classement de la WTA grâce à ce parcours à la Coupe Rogers.