Jeff Skinner

Photo : Jeff Skinner Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

L'entraînement hors du commun de Jeff Skinner

Publié | Mis à jour

S’il a signé un contrat de huit ans et de 72 millions $ en juin dernier, l’attaquant des Sabres de Buffalo Jeff Skinner doit certes une fière chandelle aux nombreuses personnes qui l’aident dans son entraînement estival.

Le directeur général de l’organisation, Jason Botterill, avait d’ailleurs souligné l’excellente forme physique de l’ancien des Hurricanes de la Caroline peu après l’annonce officialisant l’entente.

«Nous sommes très à l’aise quant à la façon que Jeff se comporte à l’extérieur de la patinoire. Il est dédié au conditionnement et à l’entraînement», avait-il précisé.

Or, pour sa préparation estivale, Skinner compte sur le soutien d’une instructrice de patinage artistique (Barbara Underhill), d’un entraîneur d’arts martiaux mixtes (Jorge Blanco), de deux autres supervisant les habiletés du hockey, d’un professionnel du tennis, d’un spécialiste du pilates et enfin, d’un instructeur renommé en conditionnement physique.

«On dirait que je me sens bien en étant fatigué; je ne sais même pas comment décrire cela. Lors de la saison morte, il y a plusieurs choses plaisantes pour moi. Je suis chanceux de pratiquer un sport pour gagner ma vie et celui-ci m’offre l’opportunité de rencontrer des gens au sommet de leur discipline. Vous apprenez constamment et vous grandissez en tant qu’individu», a-t-il expliqué au quotidien Buffalo News.

L’un de ceux le côtoyant sur la glace, l’entraîneur Bill Bowler, ne tarit pas d’éloges à l’égard du hockeyeur ayant atteint le plateau des 40 buts pour la première fois de sa carrière en 2018-2019.

«Son potentiel est illimité. Le total de 50 buts n’est pas inatteignable et évidemment, s’il est en bonne santé, ce jeune homme peut devenir un gagnant du trophée Maurice-Richard, a-t-il déclaré. Son éthique de travail est si spéciale et il vit les meilleurs moments de sa carrière. Il est en bon état et rien ne me surprendrait.»

Un athlète complet

Peu importe où il se trouve et les tâches à accomplir, Skinner tire son épingle du jeu et ne lésine pas sur les efforts, comme c’est le cas dans son entraînement d’arts martiaux mixtes.

«S’il ne fait pas bien les choses, il n’arrêtera pas tant qu’il n’aura pas tout bon. C’est une compétition pour lui. Je savais qu’il était vraiment en contrôle quand je l’ai rencontré, mais à chaque année, il semble placer la barre un peu plus haute. [...] Il identifie ce qu’il aurait pu accomplir mieux la saison précédente et il se concentre sur ça», a affirmé Blanco.

Le même constat s’applique pour ses séances de patinage artistique, qu’il a commencé à pratiquer à l'âge de 6 ans. Il côtoie aussi Underhill depuis plusieurs années déjà afin qu’elle puisse lui inculquer des connaissances pouvant servir au hockey.

«Je peux lui parler dans un jargon différent, comparativement aux autres joueurs, car il comprend, puisqu’il a ce vécu. Je peux lui dire quelque chose complexe, sachant qu’il a amorcé son apprentissage à un jeune âge, a spécifié l’instructrice. Il possède le sens inné de l’équilibre et l’habileté de patiner sur une seule jambe. Il peut réaliser ce que de nombreux joueurs sont incapables d’effectuer, ceux-ci ne saisissant pas où leur corps se trouve dans l’espace.»