Coupe Rogers 2019

«Félix est très déçu»

Publié | Mis à jour

Félix Auger-Aliassime n’est qu’au début d’une carrière prometteuse. Et derrière chaque élève, il y a le maître qui dirige l’apprenti.

Le professeur qui veille sur l’apprentissage du Québécois, c’est son entraîneur Guillaume Marx. Selon ce dernier, le joueur de 19 ans est un premier de classe au stade idéal pour commettre des erreurs.

Après avoir remporté la première manche 7-6 (7) contre le Russe Karen Khachanov, sixième tête de série à la Coupe Rogers, jeudi, Auger-Aliassime s’est avoué vaincu à l’issue des deux suivantes, au troisième tour.

«Ç’a été un très bon match, a souligné Marx, sur les ondes de TVA Sports. Khachanov n’a jamais baissé le niveau du début à la fin. Félix a eu des hauts et des bas.»

«Il a eu de grands hauts parce qu’on voit vraiment des facettes spectaculaires de son jeu. Mais c’était dur pour lui de se tenir face à un adversaire très stable et très fort physiquement. Il frappait très fort.»

Deux ans après le parcours de conte de fées de son bon ami Denis Shapovalov, Auger-Aliassime aurait sans doute aimé, qui plus est le jour de son anniversaire, soulever la foule montréalaise jusqu’à la fin et passer au quatrième tour. Surtout devant ses admirateurs à Montréal.

Il leur a toutefois offert de bons moments en sauvant deux balles de match à la manche initiale, tout en démontrant une grande combativité contre une grosse pointure.

«Il n’a pas à rougir de cette défaite, croit Marx. Il a eu (cinq bris). Parfois, on dit que la victoire est juste derrière, mais ça n’a pas tenu. Il faut regarder ce qui s’est passé lorsque ça s’est moins bien passé.

«D’être aussi proche de gagner contre un joueur comme ça, qui a joué un bon match, je pense que c’est quand même très encourageant. Là, il est très déçu et c’est normal, mais il va se rendre compte que c’est très positif.»

Limiter les erreurs

En plein apprentissage, Auger-Aliassime doit limiter les doubles fautes. À ce chapitre, il en a accumulé 12. Il a aussi été brisé à quatre reprises.

«Ça arrive de temps en temps, il ne faut pas se le cacher. C’est quelque chose qu’on travaille sans toutefois en faire une obsession. Il n’y a pas eu que ces doubles fautes, prévient Marx.

«C’est ce qu’on voit le plus dans les chiffres à la fin, mais dans les jeux de service où il se fait briser, il y a des fautes aussi. C’est un ensemble.

«Khachanov est un gros joueur. C’est difficile de trouver des brèches dans son jeu. En plus, il sert bien. Que Félix parvienne à contrôler les échanges, c’est très encourageant.»

Aux dires de Marx, Auger-Aliassime n’aura pas le temps de ruminer sa défaite au Stade IGA. Il mettra le cap sur Cincinnati avant de participer aux Internationaux des États-Unis

«Il n’a pas le temps de réfléchir, il faut partir!»

Voyez l'entretien avec Guillaume Marx dans la vidéo, ci-dessus.