Impact

Bojan Krkic a choisi Montréal avant l’inverse

Publié | Mis à jour

La plupart des transferts, au soccer, se produisent parce qu’un club a ciblé le joueur qu’il veut et fait les démarches pour l’obtenir. Dans le cas du passage de Bojan Krkic à l’Impact de Montréal, c’est l’inverse qui s’est produit.

L’Espagnol de 28 ans a été présenté aux médias montréalais, jeudi, environ 24 heures après l’annonce de son embauche. Krkic a avoué qu’il cherchait à donner une nouvelle direction à sa carrière et il s’est laissé séduire par l’idée d’aller jouer en MLS. Le contact a ensuite été vite établi entre ses représentants et la formation montréalaise.

«C'est un joueur qui a choisi la MLS, et qui a choisi l'Impact comme son prochain grand club», a indiqué le président de l’Impact, Kevin Gilmore, en ouverture de la conférence de presse.

«On a eu une très bonne rencontre à Bologne (en Italie) et on a passé les trois derniers jours à finaliser tous les détails», a-t-il également mentionné.

 «Je pense que ce club est ma meilleure option à ce point-ci», a indiqué l’attaquant.

«On a eu une rencontre et dès le début, j'ai vu que ce club était une famille et c'était quelque chose que je recherchais, un club où on ressent l'amour et où tout le monde se bat pour la même chose», a expliqué le joueur formé au FC Barcelone.

Plusieurs joueurs qui arrivent en MLS se sont informés au préalable sur la ligue en parlant à des collègues qui y ont évolué. Krkic n’a pas eu besoin de faire ça.

«Je n'en pas vraiment parlé avec d'autres joueurs, a-t-il avoué. Quand je prends ce genre de décision, c'est parce que je le sens bien (...) Jonathan Dos Santos (du Galaxy de Los Angeles) est un bon ami et il aime la ligue, mais quand je lui ai parlé, j'étais déjà ici!»

Beaucoup de qualités

En Krkic, l’Impact obtient un joueur au parcours étoilé et aux qualités évidentes. L’entraîneur de l’Impact, Rémi Garde, est apparu emballé par l’idée de le compter parmi ses hommes.

«Il est déjà un joueur au passé exceptionnel, mais on peut aussi parler de lui comme d'un joueur en pleine force de l'âge», a-t-il d’abord observé.

L’Espagnol est «un joueur qui a la capacité de marquer des buts et aussi d'être un excellent passeur», a également souligné l’entraîneur.

«Il a eu l'honneur et le talent pour jouer avec les plus grands passeurs du foot comme Xavi, (Andrès) Iniesta et (Lionel) Messi», a-t-il également mentionné, avant d’ajouter que Krkic «est capable de voir loin dans la profondeur et de repérer les joueurs dans les espaces».

«J'ai une très bonne relation avec Eric Abidal à Barcelone et il m'a dit d'y aller les yeux fermés», a raconté Garde, vantant ainsi le professionnalisme du joueur.

Voyez le point de presse complet dans la vidéo ci-dessous: 

Prêt dès samedi?

Lorsqu’il a été question de l’état de forme du nouveau venu, tout le monde a semblé marcher sur des œufs. Krkic est évidemment dans un très bon état physiquement, mais il doit encore retrouver son rythme.

«Il a déjà, dans les jambes, une préparation et un certain niveau physique (...) mais il lui manque encore l'intensité des matchs et des petits jeux», a avoué Garde.

«Il reste deux mois à cette saison et je veux aider l'équipe, mais j'ai parlé avec l'entraîneur, a expliqué Krkic. Je suis en bonne forme, mais j’ai besoin de temps. Mais on va essayer de commencer à travailler avec l'équipe le plus vite possible.»

Garde n’a pas voulu dire si Krkic allait être disponible dès samedi, alors que l’Impact visitera le Fire à Chicago.

«Je ne veux pas trop donner d'indications à Chicago, vous verrez, a-t-il avancé. Mais je pense que j'en ai dit pas mal. L’idée est de ne pas trop attendre longtemps (...) mais l'autre idée c’est de ne pas mettre l'équipe et le joueur en difficulté.»